Skip to content

Réseau éthérique planétaire



Psychologie Cosmique


21-11-87 3/3


Réalité ésotérique des mathématiques.
Les extraterrestres.
Le réseau éthérique de la planète.

 

Question
Le réseau éthérique de la planète est-il suffisamment stable et équilibré pour répondre adéquatement aux forces et énergies nouvelles ?
Par exemple, quels sont présentement les résultats de la déchirure du réseau éthérique planétaire provoquée par l’usage de la bombe atomique durant la dernière guerre et actuellement lors de chaque essai nucléaire ?
À propos des armes nucléaires et surtout des déchets nucléaires qui transforment notre terre en une superpoudrière, les scientifiques vont-ils trouver un moyen de neutraliser ce danger, de reconvertir cette énergie ?

Avec toi il faudrait que j’aie trente-six cerveaux et trente-six bouches à la fois, parce que tes questions ont chaque fois plusieurs niveaux. Mais il se trouve que l’unité de temps simplifie la chose et que je ne peux parler que d’une chose à la fois, heureusement pour vos deux oreilles d’ailleurs.
Donc parlons du plan éthérique. Le plan éthérique est-il assez solide, comme on vient de me le demander, pour assumer la transformation initiatique qui est attendue de la part des hommes ?

 

 

 

La question renverse le problème. Ce qu’il faut se demander, c’est si les hommes ont un corps suffisamment solide pour accepter la transformation qui a déjà eu lieu dans le corps éthérique de la terre, afin que cela ait lieu dans le corps éthérique de l’homme.

Mais l’homme ne voit jamais la position du point où il se trouve, il ne peut pas penser que c’est lui-même qui doit changer les choses, il faut qu’il ait toujours d’autres responsables, d’autres issus, ou d’autres supports.
Mais lui-même, quand va-t-il se prendre en charge, quand va-t-il commencer à régir la planète et sa vie et à fusionner avec elle.

L’aura de la terre, celle qui vous fait tant de soucis, n’est pas du tout en mauvaise santé, parce qu’il faut différencier deux auras en fait, c’est pour cela qu’il y a confusion. Les hommes imaginent l’aura de la terre, comme étant celle qui est composée par toutes les auras humaines, les actions et les pensées humaines. L’aura de la terre, est en fait, l’aura du Dieu planétaire et cela est complètement différent. Car si l’aura de la terre était soumise à l’aura de l’humanité, la terre aurait déjà péri dans les plus grandes et plus chaudes cendres que l’univers n’ai jamais connues.

Donc il y a deux auras, celle de l’humanité et celle du Dieu planétaire. L’aura de l’humanité se développe et tire sa vitalité de l’aura du Dieu planétaire et de sa condensation représentée par la nature. Ce qui fait que lorsque vous attaquez la nature, vous attaquez le Dieu planétaire personnellement, jusque dans son foie, jusque dans ses reins et jusque dans ses yeux. Il faut apprendre à respecter son corps et sa chair.

Lorsque vous voyez des arbres, vous n’avez pas affaire à des arbres, vous avez affaire aux poumons du Dieu planétaire. Que pensez-vous de ce microbe qui vient attaquer vos propres bronches ? Vous êtes en colère, vous êtes malade et vous essayez de combattre le microbe, vous essayez tout pour vous débarrasser du microbe.

Alors imaginez quel est le problème du logos planétaire, de ce Dieu planétaire, lorsqu’il s’aperçoit que vous vous comportez en microbe. Imaginez toute sa souffrance, lorsqu’il doit prendre la décision : « est-ce que je le chasse comme un microbe, ou est-ce que j’endure encore la maladie qu’il me fait supporter. Et si je suis contaminé, étant donné que mon corps astral extériorise l’astral des hommes, un jour il sera lui-même malade. » Ainsi est vérifiée la loi qui dit que tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut.

Créez le cancer dans la nature et vous l’aurez jusque dans votre ventre, votre cœur, votre cerveau, votre moelle épinière. Naturellement celui qui l’aura créé le premier, ne sera pas le seul à en souffrir, des millions d’innocents souffriront à cause de lui.

Pour revenir au corps éthérique, que se passe-t-il actuellement ?

Il y a une intensification, une sorte d’électrisation du corps éthérique de la terre, pour que l’homme soit capable d’intégrer un taux vibratoire différent, lui donnant accès à un plan de conscience différent. Il n’y a pas capacité, possibilité de changer de plan de conscience, s’il n’y a pas une énergie qui sous-tend ce changement et qui amène ce plan de conscience.

Comme je l’ai déjà dit mille fois, conscience égale énergie et énergie égale conscience. Et lorsque vous vous mettez sur le taux de conscience X, vous avez conséquemment toutes les énergies X de ce taux de conscience.

De la même manière lorsque l’on veut initier des hommes, et à plus forte raison une humanité, il faut lui donner l’énergie pour le faire. Sans l’énergie, l’homme n’arrive pas à découvrir le plan de conscience. Et l’énergie dans ce cas-là n’est pas à être considérée comme un carburant, comme un stimulant, qui le fera monter. Il faut considérer l’énergie comme l’avant-garde du plan de conscience, c’est-à-dire qu’il ne faut pas résumer l’énergie à l’énergie, mais qu’il faut y voir toute la conscience.

Ainsi les Maîtres envoient un plan de conscience. Ce plan de conscience pour devenir une objectivité, un état d’âme dans chacun des êtres humains incarnés, va utiliser le principe dynamique qui la constitue et que vous, vous appelez l’énergie. Mais en fait il ne faut jamais, jamais dissocier l’énergie de la conscience, sinon vous ne comprendrez rien au principe initiatique et vous serez parmi tous ceux qui se plaignent de ne pas avoir obtenu la vision du maître, de ceci ou de cela, alors que vous méditer, que vous faites du yoga, que vous êtes des ascètes etc.

Énergie et conscience sont une seule et même chose.
Donc, pour faire obtenir un plan de conscience à une humanité de façon générale, il faut d’abord précipiter ce plan de conscience dans l’astral, puis dans le plan éthérique de la planète, pour espérer que les hommes suffisamment évolués et sensibles soient touchés, soient inclus dans ce plan de conscience, et qu’ils le concrétisent dans la matière, jusque dans la molécule, jusque dans l’atome physique, et que cela déclenche tout un processus d’initiation, même si cela se passe inconsciemment au niveau des autres hommes.

Ainsi l’énergie circulant, permet au plan de conscience attendu de circuler lui aussi, et c’est cela qui perturbe l’humanité. Chaque fois qu’il y a un changement de plan de conscience, il y a cette énergie, cette conscience qui circule et qui essaie de trouver les cerveaux, les chakras, les individus, les évolutions appropriées, pour devenir une objectivité, une réalité manifestée.

Les problèmes viennent lorsque l’homme, pas encore suffisamment ouvert, pas encore suffisamment subtil, est suscité par ce plan de conscience. C’est en fait comme un individu enfermé chez lui alors que l’on frappe très fort à sa porte d’entrée : « Ouvre-moi, je suis plein de soleil, je suis plein de lumière. Si tu ne me permets pas d’entrer, je vais devoir brûler tes murs, parce que mon devoir c’est d’entrer. Comme l’eau d’un torrent je me répands partout et j’imprègne tout. Telle est la nature de mon action. »

Une énergie initiatrice est toujours une énergie que l’on doit considérer comme un solvant, quelque chose qui va dissoudre. Une énergie initiatrice est toujours quelque chose qui va d’une certaine manière, par son acidité, dissoudre les nœuds, les blocages, les idées archaïques, les principes arriérés, les réactions anciennes, pour faire place à une nouvelle dimension, à un nouveau champ de liberté.

Est-ce que le corps éthérique de la planète se porte bien ?

Oui, celui qui constitue votre plan spirituel et qui reçoit l’impact spirituel des Maîtres se porte très bien. Il n’est soumis qu’au rayonnement du Maître et le rayonnement du Dieu planétaire.

Par contre celui de l’humanité ne va pas bien du tout. Parce que cette aura est directement liée aux pensées, aux actions des hommes, et aussi à la nature astrale de toutes les entités, qui ont pu depuis des milliers d’années avoir une relation avec les hommes. D’où la phobie, pour certaines écoles, de se distancer des médiums et même de jeter le médium dans le feu ardent de la purification.

Tant qu’il y aura des points d’ancrage pour les entités du bas astral, il y aura pénétration du bas astral dans l’aura de l’humanité, d’où la contagion possible. Alors que si, comme le dit justement la prière que vous récitez en début des travaux comme ouverture, « que les portes du mal soit scellées », il ne s’agit pas de claquer la porte au diable. Que soit scellée la porte du mal, veut dire, que de façon déterminée, soit close la relation du physique avec le bas astral. Ainsi toute l’origine du mal ou de ce qui assombrit le destin de l’humanité, sera définitivement coupée.

Pourquoi est-il très important de se couper de ce bas astral ?

La plupart des individus, dans la mesure de leurs vibrations, de leurs dépressions, de leurs maladies ou de leur manque d’évolution, sont plus en rapport avec le bas astral, que quoi que ce soit d’autres. Ils sont investis par les vibrations de ce bas astral, voire même les entités de ce bas astral, qui les poussent à produire de plus en plus de rayonnements négatifs, voir à s’abîmer aussi de plus en plus dans leurs débauches, ou dans leurs crimes.

On confond toujours les énergies d’involution avec le bas astral, ce qui fait que l’on ne comprend rien aux histoires du diable et du Bon Dieu, et que l’on associe trop vite le diable aux énergies d’involution, et c’est faux.

Les énergies d’involution sont nécessaires à la vie comme les énergies d’évolution, soit le positif le négatif, le blanc le noir, le froid  le chaud, le conscient et l’inconscient en quelque sorte. Les énergies d’involution ne sont pas plus que des énergies qui deviennent de plus en plus inconscientes pouvant par là même créer la matière.

Lorsque l’on regarde l’arbre de la vie qui a sa transparence dans les cieux, forcément toutes les énergies sont positives. Lorsque l’on regarde l’arbre de la vie, qui est projeté dans la matière, il est négatif, mais cela ne veut pas dire qu’il est diabolique, il est involutionnaire. C’est-à-dire que volontairement, l’énergie de la conscience lui a été retirée pour devenir seulement un potentiel vibratoire, car l’énergie est à différencier de la vibration. La vibration concerne toujours un plan physique, l’énergie toujours un plan subtil.
Où est le diable dans tout cela ? Le diable, c’est ce que l’on a associé ésotériquement à toute la horde des entités du bas astral.

Que sont les entités du bas astral ?

Elles sont de plusieurs natures. D’une part il y a les entités qui sont là depuis toujours, depuis l’instant de la création, et qui sont en fait les futures âmes de tous les éléments que ce soit de la nature, des minéraux ou de quoi que ce soit de dur, de tangible, de concret, et qui n’ont pas de système d’évolution comme l’homme. Il ne faut pas toucher à ces entités-là. C’est le réservoir de la survie de la matière en tant qu’énergie.

Puis il y a le bas astral créé par l’humanité. Il faut savoir que l’homme, lorsqu’il agit, lorsqu’il pense, lorsqu’il décharge des émotions, il crée une vibration, il crée une forme, ainsi l’homme lui aussi géométrise. C’est pour cela que dans les auras on peut voir des formes, en plus des couleurs, qu’elles soient géométriques, ou symboliques. L’individu capable de voir ces symboles et ces formes est un clairvoyant qui a donc accès à la vision du corps bouddhique, alors que la plupart du temps, l’individu ne voyant que des couleurs, n’a accès au maximum qu’au corps astral, rarement au corps causal qui lui aussi émet des couleurs.

Donc ces entités qui sont dues à l’évolution de l’homme et à toutes les actions de l’homme, ne sont pas nées de part une loi nécessaire à la création. C’est ce qui est exprimé dans le livre sacré, lorsqu’il est dit : qu’il faudra nettoyer les cieux, avant que l’homme soit nouveau. C’est ce qui a permis à Jésus de dire que l’homme devait renaître.

Lorsque l’humanité s’approche d’un nouveau plan initiatique, comme l’homme individuel, il vous faut, dans un premier temps, être complètement nettoyés de l’astral, et c’est ce qui se passe à l’heure actuelle. Un homme, en tant qu’individu, peut facilement nettoyer son astral, c’est ce qui va ressortir en tant qu’épreuve ou en tant que karma, et ainsi, individuellement, il va pouvoir aller prendre son initiation. Mais lorsqu’il s’agit d’initier toute une humanité, même si l’on essaye de répartir le karma de façon individuelle, il y a un karma de masse, un karma collectif qu’il faut absolument purger, afin que ces entités, ces fantômes du bas astral, fabriqués par l’humanité involutionnaire, soient complètement dissous.

C’est ce qui crée parfois des furoncles comme la guerre, les crises, comme tous les problèmes que vous connaissez, que ces problèmes soient sociaux, politiques, ou quoi que ce soit d’autre. C’est une façon d’évacuer, de brûler, dans une prise de conscience générale, ces entités-là.

Cet éthérique de la planète vous devez vous en occuper, et c’est ce que je vous ai déjà dit mille fois, et c’est ce que je vous ai même dit de faire en vous proposant des prières collectives. C’est ce dragon que Mickaël doit terrasser, et en le terrassant, il permet au Christ de se révéler.

Qu’en est-il maintenant de toute la recherche nucléaire et plus principalement comme on me l’a demandé des déchets nucléaires, et de l’impact des explosions nucléaires ?

Il ne faut pas tourner au tragique tout ce qui est nucléaire. Certes, il y a là un danger, mais comme tous les dangers sont significatifs de chaque âge, l’individu ou plutôt la masse des hommes a tendance à y voir tout le drame dû à son âge, à son type d’évolution. Ainsi la grande peur à l’heure actuelle est le nucléaire, autrefois c’était autre chose et demain ce sera encore autre chose.

Pourquoi le nucléaire aujourd’hui ?

Parce que tout simplement l’individu qui n’en a pas encore absolument la maîtrise, doit passer de toute façon à des applications et à des expérimentations poussées. Ce qui fait le grand drame entre ceux qui sont pour et ceux qui sont contre le nucléaire, ne se résume qu’à cela, aux expérimentations. Parce que la recherche dans le sens du nucléaire ne doit pas être abandonnée. Il faut au contraire, comme je vous l’ai déjà dit, poursuivre, parce qu’à la clé il y a une grande découverte. Une découverte d’une immensité que l’homme ne peut imaginer, qui est capital pour son évolution et le développement de son entendement.

Il faut donc que les hommes s’entendent, pour que les expérimentations et les utilisations soient faites de façon raisonnable. Mais il n’y a pas que le nucléaire qui soit un danger, car lorsqu’il s’agit de faire utilisation raisonnable, toutes les énergies sont un danger, qu’elles soient nucléaires, magiques, ou quoi que ce soit d’autre. Vous n’avez pas que le nucléaire pour détruire la planète, il y a bien d’autres armes beaucoup plus dangereuses que le nucléaire.

Par le nucléaire, admettons qu’il y ait une explosion. Cela détruirait l’humanité c’est certain, mais cela ne détruirait pas la planète. Parce que l’énergie étant semblable à l’énergie, le nucléaire étant de l’énergie, il y a destruction d’une certaine créature, mais il n’y a pas destruction de la planète, qui elle-même n’est qu’un agglomérat d’énergie. C’est un peu comme si l’on essayait de noyer un poisson. On n’y arriverait pas, parce que le poisson vit dans un élément qui est l’eau, donc l’eau ne pourra jamais lui faire de mal.

Le nucléaire ne pourra jamais détruire la planète, pas plus que perturber les ondes électromagnétiques d’une planète à une autre, parce que le nucléaire est de l’énergie. Par contre cela risque fortement de détruire l’humanité, mais ça, c’est différent et il ne faut pas confondre les deux.

Il y a des armes beaucoup plus dangereuses que le nucléaire qui risquent d’entamer les équilibres, les harmonies, c’est toutes les armes chimiques et biochimiques. Et puisqu’on en parle moins, puisqu’on en parle peu, l’homme, l’opinion publique, n’en fait pas état et n’en crée surtout pas une source de peur, alors que la peur devrait plutôt se situer là.

S’il y a une explosion nucléaire comme je vous ai dit, il y a destruction des corps, mais au bout d’un X temps du retour des énergies, la vie redevient possible, et cela a déjà été prouvé, car cela s’est déjà passé.

Par contre lorsqu’il y a une contagion, s’il y avait, pouvons-nous l’imaginer, une guerre chimique, une guerre faite à partir de bactéries complètement inventées par les hommes, par la folie de l’homme, il n’y aurait aucun moyen d’anéantir ces créatures, aucun moyen de redécouvrir un équilibre. Il y aurait mutation et la terre ne redeviendrait qu’un caillou. Un caillou qui serait abandonné à un système d’évolution, dont personne ne voudrait s’occuper, parce qu’il n’y aurait pas d’âmes à investir dans ces créatures.

Cela revient donc à parler des bactéries et du microbe. Si le microbe ou la bactérie que crée l’homme peut perturber l’équilibre de la terre et de l’univers, qu’en est-il donc du microbe et de la bactérie, communément connus par l’homme et que la nature produit. Quelle est leur réalité ?

Il ne faut pas voir le microbe comme étant un ennemi de l’homme, il ne faut pas voir non plus le virus comme étant l’ennemi de l’homme, pas plus que la bactérie. Il faut comprendre qu’ils sont des corpuscules, des petites créatures qui n’ont pas encore trouvé d’alliance avec l’homme, et c’est là toute la difficulté.

Il faut donc comprendre que tout ce qui est microbe, virus et bactérie, sont un réservoir d’entités, qui vont devenir plus tard des créatures, que ce soit au niveau minéral, végétal ou animal, et qui n’arrivent pas à s’adapter avec le règne dominant, le règne humain. Dans la mesure où le règne dominant humain ne respecte pas lui-même certaines lois de l’équilibre, certaines lois de la nature, ou certaines lois cosmiques, toute cette faune qui est là pour maintenir la vie, pour la renouveler, la redistribuer, la détruire et la recréer, rentre en conflit.

Alors que tant que l’homme se situe dans un parfait axe d’harmonie avec les lois de la nature, le microbe, le virus ou la bactérie, sont dominés par lui et ne peuvent jamais lui apporter de maladie. Mais ceci dans le cadre des bactéries, virus ou microbe, qui sont engendrés par la nature et qui sont donc le manteau régénérateur de la nature. Si l’homme en produit des nouveaux alors ce manteau régénérateur ne peut plus avoir lieu, l’homme étant attaqué, va se voir transformé.

Imaginez qu’un virus X ou Y, inventé par l’homme soit répandu et que les hommes en soient atteints. Naturellement dans un premier effet il y aura la mort. Mais il y aura ensuite persistance du virus, à l’état latent, qui va se reproduire et qui va contaminer les autres générations. Ce qui fait que, par exemple, si ce virus X concernait plus particulièrement le foie, les autres générations vont se voir être transformées dans cette région-là du corps, vont avoir une atrophie du foie, ou un développement du foie, ou bien, le foie va décider de créer un autre travail que celui que la nature lui a donné. Et ainsi, l’homme risque de se dégrader par mutation et devenir un véritable monstre, parce que le manteau régénérateur de la nature aura été transformé.

Si vous voulez combattre utilement, combattez ces armes-là et laissez tranquille le nucléaire. Ce qui ne veut pas dire que vous n’avez pas le devoir de conscienciser les hommes responsables du nucléaire. Car, toute chose qui est faite sans responsabilité, toute chose qui est faite sans précaution, peut amener des conséquences dramatiques. Donc ce qu’il faut absolument développer chez les hommes, c’est avant tout une pleine responsabilité de leurs actes, vis-à-vis des autres êtres humains qui risquent de pâtir de leurs actes. Mais laissez le nucléaire tranquille, et occupez-vous plutôt des armes directes, qu’elles soient chimiques ou simplement à balles, ou quoi que ce soit d’autre, occupez-vous vraiment de l’arme qui tue, au lieu de vous battre pour une potentialité qui n’arrivera de toute manière jamais.

Des accidents, certes, sont inévitables, parce que les accidents reposent sur la responsabilité, la compétence et l’intelligence humaine. Mais une destruction, ne la craignez pas, elle n’aura jamais lieu, jamais, jamais, jamais. Et j’en donne pour preuve le fait que, même de façon inconsciente, aucun homme n’a décrété l’établissement, soit de centre de recherches, ou de centre de production d’énergies sur les lieux qui vont être touchés par les transformations géologiques de la terre. Aucun de ces lieux-là ne se trouve fourni en centrale nucléaire ou centrale de recherches.

Naturellement vous pouvez dire que certaines sont implantées dans des endroits suspects. Oui, tous les endroits sont suspects, mais ce ne seront pas ceux qui vont être touchés par les transformations géologiques de la terre. N’ayez aucune crainte, battez-vous pour ce qui est concret, battez-vous pour ce qui est réel et pas pour des fantômes dans des placards.

Question.
Nous vous remercions nous sommes arrivés au terme de cette longue communication, et nous attendons une conclusion si vous désirez en faire une.

Tout ce que je voudrais dire, pour terminer, bien que mon message n’ait jamais de fin, car si je m’arrête d’utiliser cette bouche, je me perpétue à travers tous les esprits de bonne volonté et à travers tous ceux qui, par leur force et leur communion permettent à la vibration, ou à leur Maître, de perpétuer un service et un acte de bonté.

Pour terminer la séance, je dirais tout simplement et comme d’habitude, ayez l’espoir. Si je vous parle, tel que je vous parle, depuis mon ciel, ce n’est pas parce que je suis quelqu’un de différent de vous. Je suis simplement quelqu’un qui a pu dire je suis, quelqu’un qui a pu comprendre qui il était, quelqu’un qui a pu admettre tout ce que les lois cosmiques développent en évidence tout autour de la planète, et à chaque instant de la vie. J’ai eu les yeux pour voir et l’oreille pour entendre.

Tout ce que je dis, n’est pas quelque chose à laquelle vous devez croire, tout ce que je vous dis, n’est pas des concepts auxquels vous devez vous attacher et ne vivre que pour cela et ne penser que pour cela. À quiconque qui prendrait ce chemin, je lui retirerais la foi qu’il a en moi, et ainsi de mon ami, il deviendra mon ennemi. Je retire la foi, afin que l’homme pense de par lui-même et non pas de par moi, parce que j’ai parlé et qu’il aime. Cela, je ne le veux pas. Je préfère qu’il devienne ennemi de ceux qui ont le service vis-à-vis de moi, plutôt qu’il reste mon serviteur, car je ne veux aucun serviteur.

Je ne veux pas, m’ayant écouté, que vous vous disiez en vous-mêmes ou dans l’espoir que je vous entende, je suis ton serviteur grand frère, ou Maître prend moi sous ton aile, adombre-moi, afin que j’exécute un service. Cela, je ne le veux pas, je retire mon oreille, mon œil, mon aile et je m’en vais très loin dans le fond du cosmos, en me promettant de ne plus jamais revenir parmi les hommes.

Je ne suis pas seul lorsque je viens vous voir. Il y a au contraire tout un frémissement d’ailes, nous sommes plusieurs présences. C’est pour cela que nous pouvons et que nous admettons des chapitres différents d’expressions, donc diverses questions. Chacun ayant son dossier, sa capacité à parler dans tel ou tel aspect de la science concrète, ou de la science métaphysique.

Quel est donc notre effort ?

Notre effort n’est pas de développer en l’homme ou sur la terre une nouvelle religion, pas plus que de lui apporter un nouvel espoir. L’espoir n’est pas bon pour l’homme, lorsqu’il espère en un Dieu, en un extraterrestre, ou en un initié. Il n’est plus un homme, il est un animal, et je veux que vous compreniez cette chose. L’homme qui espère en un Dieu, l’homme qui espère en un guide, en un messie, ou en un extraterrestre, est un animal, parce que l’animal se comporte de la sorte. Il observe le chef du troupeau et il obéit au chef du troupeau, ou il observe son maître et il obéit au maître.

Mais Dieu n’a pas créé ses fils pour pouvoir être le maître-chien de la horde de ses créatures. Comme je vous l’ai dit mille fois, les lois, puisque tel est le mot que vous utilisez, ne sont pas des lois auxquelles vous devez obéir. Les lois sont des principes, d’équilibre, d’harmonie, que l’homme doit découvrir, et s’il n’en était pas ainsi l’homme n’aurait jamais existé, car dès le premier instant où il aurait bafoué la loi, il aurait été détruit et toute sa descendance n’aurait pas eu lieu.

Donc n’essayez jamais d’obéir à un Maître, n’essayez jamais d’obéir même à un Dieu. Essayez simplement d’être vous-mêmes, et par là même, vous comprendrez quel est le sens véritable de l’obéissance. Certes, l’obéissance est nécessaire, mais quelle obéissance ?

Non pas l’obéissance qui dit que, tu dois faire parce que cela est exigé, ou parce que je l’ai dit. L’obéissance, qui est attendue de l’homme, est la connaissance qu’il obtient en lui-même, lorsqu’il s’aperçoit de ce qui est juste, de ce qui est nécessaire.

Ainsi, lorsqu’un initié se manifeste sur la terre, et qu’on lui dit : tu devras mourir, tu devras souffrir, tu es sacrifié. Cet initié ne va pas obéir au Maître et lamentablement traîner sa croix. S’il est capable de prendre sa croix, de la porter, donc d’obéir à la loi de sacrifice que le cycle a déterminé et que les Maîtres lui ont donné, c’est parce qu’avant tout il obéit non pas aux Dieux, mais aux hommes, donc à la nécessité.

Lorsqu’un Christ meurt, ce n’est pas pour obéir à sa propre loi, ou à la loi des Maîtres, ni même à Dieu qui est au-dessus de lui, c’est pour obéir à vous.
En fait qui sont les vrais Maîtres, les Maîtres des Maîtres ?

Ce sont les hommes, les hommes inconscients, les hommes ignorants, les hommes débauchés, non initiés, profanes et profanateurs. Parce que c’est cette masse d’hommes qui va déterminer le nombre de nécessité, auxquels vont devoir répondre les guides, les initiés, les Maîtres et les Dieux. Et ainsi le Maître tout aussi grand soit-il, s’abîme et s’abaisse à répondre à la nécessité des hommes profanes et profanateurs.

Donc qui est le Maître de l’autre ?

Toi qui es disciple et qui crois devoir obéir à un Maître, réfléchis à cette chose et comprends bien qu’à l’instant où tu veux obéir à ton Maître, tu obliges ton Maître à t’obéir. Parce que tu te trouves dans un état non initié, pas encore développé, pas encore assez subtil, et que le Maître va devoir tout programmer, tout sacrifier, pour développer tout ce qui en toi n’est pas développé. Naturellement il va exiger de toi certaines choses, et tu croiras que tu devras obéir. Tu ne devras pas y obéir parce qu’il te l’aura dit, tu devras y obéir parce que tu sais, de conviction intime et intérieure, que cela est juste, que cela est bon et que cela est la loi de l’univers, la vie même de l’univers et que tu te tuerais, tu te renierais en ne le faisant pas.

Je veux que vous réfléchissiez sur cette notion d’obéissance et de liberté, parce que tant que l’homme n’aura pas compris exactement ce qu’est la liberté, il n’aura pas compris non plus ce qu’est l’obéissance et que faire avec. La seule obéissance que doit le disciple, c’est donc vis-à-vis du plan, et pas vis-à-vis de son Maître, ni vis-à-vis de Dieu. Il doit obéissance au plan, mais qui dit plan, dit les hommes, donc la nécessité pour les hommes.

Le plan c’est cela, le plan ce n’est pas un idéal que les Maîtres ont créé. Le plan c’est la somme des nécessités qui, en provenance d’une certaine civilisation, va faire appel à un certain nombre de réponses, qui vont être apportées par les Maîtres, les guides, les initiés.

Lorsque vous imaginez le Maître, ne le cherchez pas comme s’il était votre lanterne, votre initiateur, votre idole, celui qui vous manque, celui à qui vous devez obéir. Sachez qu’il est une réalité, qu’il est tangible, qu’il peut venir à chaque instant, parce que tel est son amour et telle est aussi la loi qui le régit, c’est la présence.
Sachez qu’il est un principe, un principe qui tient le monde comme il tient aussi l’évolution des individus. Et essayez d’être utile au Maître au lieu de pleurer, de crier, de faire des pieds et des mains, de taper le sol, de réclamer, et je ne sais quoi d’autre d’enfantin. Au lieu de réclamer votre Maître, soyez plutôt quelqu’un qui est utile au Maître, et immanquablement vous le trouverez.

C’est comme l’individu qui veut absolument transporter de l’eau et qui pense d’abord trouver la source. Erreur. Trouve ta marmite et lorsque tu iras à la source tu auras de quoi transporter de l’eau pour tes frères. Mais si tu vas à la source simplement avec tes mains, certes tu la trouveras, mais tu ne pourras rien ramener. De la même façon, les êtres qui cherchent leur Maître parce que telle est l’impulsion humaine, ne peuvent rien ramener. Certes, eux, ils auront bu, certes ils se seront développés, ils auront acquis, mais ils ne pourront rien ramener.

Ce qu’il faut donc avant tout et spécialement à l’heure actuelle, c’est entrer dans le service et devenir des disciples actifs, et pas des disciples contemplatifs. Il faut tourner un instant vos yeux vers le ciel et l’autre instant vers la terre, vous servir dans le ciel et distribuer aux hommes.

Si tout cet hiver, vous avez encore et encore envie de trouver votre Maître, ne le cherchez pas ailleurs que dans l’humanité, ne le cherchez pas ailleurs qu’auprès des pauvres, des miséreux, des besogneux, des perdus et répondez à leur appel. Et beaucoup plus sûrement, de cette façon-là, vous rencontrerez le Maître. Parce que vous deviendrez une roue qui tourne appelant de l’énergie, et que l’énergie n’est pas amenée par autre chose que celui qui est dépositaire de l’énergie, le Maître.

Alors ne cherchez rien, parce qu’il y a autour de vous tous les moyens de trouver. Mettez-vous simplement au travail, et j’y compte, non pas parce que je compte sur vous, je n’ai pas cette folie. Mais parce que je sais, que j’affirme et que je suis certain, que si l’homme et les Dieux marchent ensemble main dans la main, quel que soit le nombre des hommes qui sont perdus, malades et profanateurs, quel que soit le nombre de leur masse, tout peut changer, tout peut avoir lieu. Mais il faut que les hommes et les Dieux marchent main dans la main.

Comment l’homme peut-il marcher main dans la main avec Dieu, s’il se contente d’avoir une attitude prostrée ? « Grand Dieu, qui êtes dans les cieux, je te vénère, je t’obéis. » Non, ce n’est pas du tout opérationnel, ce n’est pas actif, ce n’est pas fonctionnel, ce n’est pas efficace, ce n’est pas compétent. Or il faut être tout cela, efficace, compétent, concret, créatif, actif, opérationnel, un disciple c’est tout cela.

Alors veillez à entrer dans le service et tout ce que vous réclamez maintenant vous viendra en plus, la relation avec les Maîtres, la relation avec le pouvoir, la vision de l’au-delà, la vision de l’univers, la vision du nouvel âge et aussi la présence dans le nouvel âge.

Faites le travail qui est nécessaire ici et maintenant, et tout ce qui est secret ici et maintenant deviendra pour vous au contraire un livre ouvert.
Chaque fois qu’il y a des secrets, ne cherchez pas à obtenir la réponse, passez à l’action afin que le livre s’ouvre. Si vous essayez de forcer le livre, vous n’arriverez pas à lire, car il n’y a pas d’écriture. La plupart des ésotéristes ou des occultistes ont un certain nombre de livres, mais lorsqu’ils veulent ouvrir le livre, qu’ils forcent, lorsqu’ils l’ont finalement ouvert, il n’y a rien d’écrit et ils deviennent fous. Parce que ce livre-là, ne s’écrit pas de la main et de ce qui peut-être intelligencé, mais il révèle son essence.

De la même manière que Salomé a montré sa nudité au fur à mesure qu’elle enlevait ses voiles. Ainsi en est-il de la splendeur de l’âme et de la science sacrée et de toutes les énigmes.
Travaillez sur vous et travaillez pour les autres. Et de cette manière à coup sûr, le Maître sera en vous, il n’y aura pas d’autre place plus digne pour lui à ce moment-là.

Je vous salue.