Skip to content

"⇩ Votre Série Spiritualité et Illumination ⇩"

3-Origine du cancer et du sida



Psychologie Cosmique

27-09-92 3/3


L’ORIGINE DU CANCER ET DU SIDA

Thèmes :

-Les causes occultes du cancer.
-L’origine occulte du sida.
-L’importance de la santé physique.
-Le cercle magique pour se protéger des entités astrales.
-Les produits chimiques génèrent le cancer.

(Fin du 2/3)

Ce qui veut dire qu’indéniablement, à partir d’un certain développement spirituel, il y a toute une gamme de maladies que vous ne pouvez plus contracter. Tandis que vous restez encore susceptible à un certain type de maladie, parce que trouvant leur racine et leur reproduction dans un plan que vous n’avez pas encore maîtrisé, comme celui de la pensée et surtout la pensée créatrice.

(Suite 3/3)

On se pose énormément des questions, non seulement sur le sida et je vais y revenir, mais aussi sur le cancer.

Bien sûr, il y a une multitude d’éléments qui peuvent affaiblir les individus et qui vont le prédisposer à développer cette maladie appelée le cancer. Mais même si l’on ne considère pas cet effet que je nommerais « l’effet cocktail » c’est-à-dire : mauvaise alimentation, pollution, stress, chocs psychologiques, traumatismes, etc., même si on prenait un individu qui ne serait pas dans ce terrain-là, le cancer reste un événement possible, s’il ne prend pas garde à la création de ses pensées. De la même manière, quelqu’un très faible mentalement, qui n’est pas capable d’une création par la pensée, peut développer aussi un cancer, à cause du cocktail précédent que je viens de citer : mauvaise alimentation, pollution, traumatisme, etc., mais ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde, il y a toute une multitude de cancers qui sont dus à la pensée créatrice de l’individu.

Alors, comment cela se passe ?

D’abord une pensée qui serait par trop « directe » dans le sens où elle ne tient pas suffisamment de place dans la liberté des autres. Donc, cela fait apparaître l’individu comme étant une personne de forte personnalité, comme étant un être qui peut se diriger lui-même. Mais qui du fait qu’il ne tient pas compte de la liberté et de l’espace des autres, il va en fait dégager des vibrations de violence mentale, qui au fur et à mesure vont se retourner contre lui.

Cette violence n’est pas un problème en soi. Je veux dire par là qu’il n’est pas puni pour sa violence. Je voudrais que l’on enlève la caractéristique de la malédiction que l’on pense à propos de la maladie. Ce n’est pas une malédiction, mais une création, c’est un événement.

Cette violence qu’il projette, existe donc aussi dans son intérieur. Il va la rayonner vers l’extérieur, mais il la rayonne à propos et avant tout en lui, comme lorsque vous allumez la lumière dans votre maison. La lumière se montre à l’extérieur, éclaire un peu la terrasse et le jardin, mais vous éclairez avant tout l’intérieur. Et bien avec vos pensées, c’est exactement la même chose. Si vous pensez d’une manière violente et stricte, vous posez cette énergie avant tout en vous-même, et pas simplement dans votre environnement et sur les autres. Donc, vous vous nuisez à vous aussi et surtout.

Le problème c’est que vous allez voir directement les effets de votre pensée et de votre comportement chez les autres (puisqu’ils vont manifester quelque chose) mais vous n’allez pas voir tout de suite les effets de votre comportement sur vous-même, puisque cela se passe au niveau vibratoire. Et donc, c’est tout à fait gaiement et sans aucun souci que vous creusez petit à petit, jour après jour, votre tombe.

Et on a beau pour cela vous dire :

« Écoute, la puissance de la pensée dégage ceci et cela. »

On a beau vouloir vous instruire en vous disant :

« Attention, la puissance des émotions dégage ceci et cela. »

Comme pour toi, tout cela signifie un monde spirituel, un langage spirituel, une discipline spirituelle. Alors tu ne veux pas t’en charger et tu ignores que lorsque l’on te parle de spiritualité, on te parle aussi de santé.

Mais santé non pas comme :

« Mon corps est suffisamment fort pour résister contre tout. »

Santé parce que je suis dépositaire d’une harmonie telle, qu’aucune vibration de destruction ne peut m’entamer. Et si je vais vers la mort, c’est parce que je l’ai choisi. Je me l’administre moi-même. Je veux partir de l’autre côté. Je n’ai plus rien à faire ici. Ce n’est pas la fatalité qui d’un seul coup se jette sur moi.

Donc voilà par ses créations (soit émotionnelles, soit mentales) l’humanité a fabriqué toute une horde d’entités qui la persécutent jusqu’à présent. Parce que tout simplement cette horde est alimentée sans cesse, parce qu’il y a sur la terre encore suffisamment d’individus pour être méchants, guerriers, violents, et la violence sous toutes ses formes, y compris la violence mentale. On fait surtout cas de la violence physique, de la violence verbale, et on méconnaît la violence mentale. Pourtant elle existe aussi et elle fait tout autant de mal, parce que cela entretient l’aspect agressif de ces formes de vie : virus et microbes.

Le cancer est donc quelque chose qui s’est développé par un effet de création au moment où l’humanité commençait à cristalliser suffisamment son ego pour devenir véritablement un être humain capable du libre arbitre. L’ego et son étroit passage, n’ont été prévus, imaginés, mis en place, que pour cela, pour permettre à l’humain de découvrir et d’employer le libre arbitre, ce libre arbitre qui lui seul permet l’éveil du mental. Parce que sans le livre arbitre : il n’y a pas de mental.

Et là je peux vous le démontrer, et je prends pour preuve le comportement des masses.

Prenez toute une zone du peuple qui n’est pas suffisamment développée et ne s’occupe par exemple, que de chercher sa nourriture, s’en repaître, dormir et jouir de quelques plaisirs. Cela existe, ce n’est pas une critique, c’est un constat. Eh bien, ces individus-là, vont subir tous les pouvoirs : le pouvoir politique, le pouvoir financier, le pouvoir d’un chef, le pouvoir d’un directeur de conscience, etc., et ils ne vont pas pouvoir juger la personne qui exerce ce pouvoir, ni intervenir, parce que leur propre mental n’est pas encore assez éveillé.

Donc ils ne vont pas avoir la liberté même du choix, ils vont être convaincus par la faille de leur ignorance et de leur faiblesse. Mais au fur et à mesure que la pensée se développe, le libre arbitre aussi se développe. Et au fur et à mesure que le libre arbitre a lieu, sous des formes de crises, à cause de la souffrance que ces abus provoquent, le mental se développe lui aussi chaque jour un peu plus. Et c’est ainsi que l’on aboutit enfin à une âme dite éveillée, initiée, qui va ainsi pouvoir rapatrier ses feux solaires et les ramener vivants auprès de l’Être solaire (comme je vous l’ai expliqué si souvent). Et ainsi, cette âme éveillée va être consacrée comme une âme vive et éternelle.

Donc, même si cela paraît comme un passage douloureux et étroit, le phénomène qui est l’ego est d’une absolue nécessité. Par contre,  faire avec l’ego quelque chose chaque jour de plus en plus nuisible et obscur, cela n’est pas nécessaire. Et c’est parce qu’à cette époque-là les humains, dont la plupart des individus d’aujourd’hui faisaient partie d’ailleurs, ont été animés par des sentiments si forts, qu’ils ont créé une entité, et que cette entité de désordre poursuit l’humanité jusqu’à aujourd’hui.

Comment est-ce que l’on pourrait caractériser l’entité qui préside à cette maladie qui est le cancer ?

C’est la révolte.

La révolte absolue.

L’Atlante, puisqu’il s’agit de cette humanité-là, a conçu cette maladie. L’Atlante était des êtres à la fois tentés par la matière et déjà un petit peu corrompus par elle, et en même temps en révolte contre elle, puisqu’ils avaient encore le souvenir de ce que pouvait être la vie, lorsqu’elle reste sur les plans subtils. Donc, grande attraction, grand compromis avec le plan physique, et puis soudain : révolte, divorce, refus, tenté par le suicide ou tout autre chose, parfois mêmes plus magique, comme sortir du plan physique pour pouvoir s’éterniser sur le plan astral et ainsi ne pas mourir sur le plan physique.

Cette notion de révolte, c’est ce qui a commencé à créer la base, le centre. Et autour de ce centre, petit à petit, comme les pétales autour du centre d’une fleur, d’autres énergies sont venues se loger pour au fur et à mesure créer le cancer. Le cancer est donc une vibration typiquement émotionnelle, même si elle dépend pour cela quelques fois d’éléments très physiques comme je l’ai dit tout à l’heure : mauvaise alimentation, pollution, etc. Et si l’on veut le combattre, il faut, et je viens de vous en donner le symbole, avoir recours d’avantage au monde floral qu’au monde des médicaments, au monde des rayons, ou je ne sais quoi d’autre.

Eh oui, par la distillation des fleurs, l’extrait de leur sève, de leur substance, de leur principe actif et par une judicieuse application propre au cas de chaque individu, c’est-à-dire à la nature de ces vibrations, la fleur c’est ce qui permettrait de rétablir une paix dans le corps astral du malade, puisqu’elle est avant tout un élément solaire et un élément du monde astral qui vit dans un état de paix absolue, puisque sans arrêt tourné vers le soleil et s’enrichissant de lui. Ainsi, on ne guérirait pas le cancer, ce n’est pas cela le propos. Par contre, on ferait cesser la guerre dans le corps astral de l’individu. Et ainsi, des cellules saines n’auraient plus le moyen de devenir cette colère et cette révolte ravageuse, qui en fait, est comme un acte suicidaire. Le corps se suicidant lui-même. Laissez-moi vous expliquer la raison.

Si aujourd’hui le cancer est devenu quelque chose de typiquement physique, autrefois c’était quelque chose créé par l’individu :

« Je refuse cette matière, je la rejette, je la tue, je ne la veux pas, elle me fait honte. »

Chez le malade d’aujourd’hui il n’y a généralement plus ce refus et ce rejet de la matière. Bien au contraire. Cependant, il y a une multitude de révoltes cachées, de conflits cachés, de colères intempestives inavouées, et qui font que le corps astral se met à vibrer de la même manière que l’Atlante, et voilà à ce moment-là que cette vieille entité, cette vieille maladie, peut venir vous dévorer et ainsi perpétuer sa propre existence. Parce que si elle savait se perpétuer par d’autres moyens, cette entité ne viendrait pas vous dévorer. Et la maladie du cancer n’existerait pas sur la terre. Mais comme cette entité a été créée sur la base de la colère, elle ne sait se perpétuer qu’en maintenance avec cette énergie destructive vibrant chez les humains, ce qui finit par détruire leurs corps.

Donc, quand vous développez une maladie de ce genre, ou si vous connaissez quelqu’un qui en développe une, si vous pouvez parler à cette personne, ayez le réflexe de passer en revue toutes ses colères et de lui faire parler de toutes ses révoltes qu’elle maintient dans son intérieur. Et surtout essayez de lui faire comprendre qu’elle n’est pas malade à cause d’une fatalité de la création, mais qu’elle est par ses problèmes conflictuels, en train de nourrir une entité nocive, qui perpétue sa propre existence au détriment de la sienne.

Maintenant, essayons d’aborder le sujet douloureux, parce qu’étant nouveau et faisant peur, le sujet du sida.

On se demande d’où cela vient ?
Pourquoi est-ce que cela vient ?

On regarde les cieux en se demandant si ce n’est pas le châtiment de Dieu. N’est-ce pas ?

Et puis on se demande aussi si cela ne proviendrait pas d’un laboratoire quelconque qui aurait fait des mauvaises manipulations et ainsi créé un enfer sur la terre.

Il faut regarder sans arrêt dans le brouillard, car c’est de lui que tout vient : je parle du plan astral et aussi de celui qui lui est directement connecté et qui n’est pas tout à fait dégagé : c’est-à-dire la pensée inférieure.

La pensée inférieure n’est pas tout à fait une pensée en soi, car elle est plutôt dirigée par le monde émotionnel.

Le sida est justement ce type d’entité, plus tout à fait sur le plan astral et typiquement émotionnel, mais déjà un peu plus sur le plan de la pensée concrète.

Le sida est si puissant aujourd’hui, non pas parce qu’il a une puissance particulière. Le virus en lui-même est peu de chose. Il peut être détruit par les simples rayons du soleil. Mais voilà qu’il a trouvé, puisque cette entité est particulièrement rusée, puisqu’elle dispose déjà d’une certaine forme de pensée que vous lui avez prêtée, et elle sait quand se mettant à l’intérieur de vous-même, elle ne risque rien. Et c’est donc en se logeant dans le plus profond de votre être (comme vous, vous logez vos pensées et vos sentiments dans le plus profond de l’inconscient) que cette entité a décidé de trouver là, asile et protection, jusqu’à ce qu’elle vous ait complètement dévoré.

Cette entité est l’ouvrage absolu et intégral de la magie noire. Or je ne veux pas vous faire peur en vous disant ces mots-là, mais je ne veux pas non plus vous traiter comme des enfants et ne pas vous les dire.

Êtes-vous conscient du nombre de messes noires qui s’effectuent nuit et jour sur cette terre ?

Êtes-vous conscient du nombre de rituels à caractère satanique qui ont lieu sans arrêt sur cette terre ?

Êtes-vous conscient du nombre de décharges énergétiques qu’envoient les individus, par la force de leur pensée, liées à leurs émotions, pour pouvoir nuire à un tel concurrent, ou même lui envoyer la peste afin qu’il soit définitivement enlevé du milieu.

Non, vous ne le savez pas.

Vous ne le savez pas, parce qu’on ne laisse pas de compte rendu là-dessus. Et pourtant c’est ce qui a lieu sans arrêt, sans arrêt, sans arrêt.

Les magiciens noirs sont beaucoup plus nombreux qu’on ne l’imagine, et au travers des incarnations, plus ou moins, chaque être humain a été, à quelque degré que ce soit, un magicien noir. Tout simplement parce qu’un beau jour il a désiré quelque chose très fortement. Il s’est dit : il faut que je mette toutes les chances de mon côté. Or il croit un peu aux vibrations, ou il croit au charme de certaines invocations, ou au pouvoir de la voisine qui est un peu sorcière et voilà comment cela commence. Tout doucement, pour attirer la chance pour soi, puis pour écarter un ennemi, puis pour s’attirer un amour, puis pour s’attirer une victoire, etc.

Bien sûr, cette magie-là ne paraît pas criminelle, mais il y en a qui vont plus loin et ayant pris goût et devenant de plus en plus égoïstes, d’une manière obscure, ils n’ont pas peur de demander la vie des gens pour exercer leur pouvoir. Et lorsqu’autant d’incantations, autant des messes noires, qui sont faites avec un but précis, et pas simplement « parce que nous, nous avons une église différente ». C’est fait avec un but précis, par exemple, de maintenir à un tel dans le pouvoir d’une certaine classe politique, dans un tel pays, ou de faire descendre et détruire  un tel pouvoir, ou une telle famille financière.

Au fur et à mesure, puisque tout ceci a une direction précise, une entité se met à exister. Et elle prend de plus en plus d’envergure, et elle cherche par tous les moyens d’assurer un plan de vie. Comme vous vous cherchez tous les moyens pour vous assurer votre futur, vous cotissez à la sécurité sociale, une assurance-vie, une assurance chômage. Si pour vous sur terre il s’agit de cotiser et de donner de l’argent, eh bien, pour ces entités de l’autre côté, il s’agit de trouver les moyens de venir happer la force vitale de l’individu. Jusqu’à ce que maladie et mort soient amenées. Peu importe. Ces entités ne reculent devant rien.

Je ne veux pas dématérialiser la maladie. En vous disant cela, je ne veux pas que vous croyiez que toute maladie est de provenance astrale, ou de provenance magique ou psychique.

Il y a aussi des moyens physiques de combattre la maladie. Si par exemple, quelqu’un qui aurait le terrain pour développer un cancer, à cause de tous ses conflits, de toutes ses colères rentrées, même s’il ne veut pas travailler sur ses conflits et ses problèmes il peut y arriver. Sil veut se garantir une bonne résistance physique, une bonne luminosité physique qui lui permette d’éradiquer tout le mal, il doit prendre soin spécialement de vivre dans un endroit sain et de manger une bonne nourriture, de se reposer suffisamment, de ne pas nuire à sa santé par le tabac ou l’alcool, etc.

À ce moment-là, il peut effectivement, même s’il ne prend pas soin de sa caractéristique astrale, il peut effectivement rester sain et ne jamais développer le cancer. Donc je ne veux pas dématérialiser la maladie, car on peut effectivement par le plan physique, se rendre suffisamment résistant pour ne pas avoir des problèmes, même si on construit sans arrêt ces entités nuisibles.

Il faut que vous preniez soin de chaque plan de la vie : de votre plan physique, de votre plan astral, de votre plan mental. Et étant conscient que ces entités existent et qu’elles essayent par tous les moyens de vous nuire, de vous accabler et vous dévorer. Comme je le dis si souvent et j’insiste à chaque fois : il faut absolument purifier votre environnement, purifier votre aura et tracer le cercle magique.

Attention !

L’attitude que vous devez avoir en faisant ces choses, ne doit pas être guidée par la superstition et pensant :

« Puisque je fais le cercle magique, je n’aurais pas de maladie, je n’aurais pas de cancer, je n’aurais pas le sida. »

Le cercle magique c’est ce qui vous permettra d’être plus protégé contre l’entité. Par contre il ne faut pas laisser des failles, des entrées physiques que cette entité pourrait trouver. Donc, il vous faut aussi prendre soin de votre corps, une hygiène alimentaire, une hygiène morale, une hygiène affective.

Et au fur et à mesure on verra non seulement que les Cieux de la terre vont se purifier, c’est-à-dire l’astral, puisque ces entités ne pourront plus vous accaparer, et par voie de conséquence, les maladies s’amenuiseront et disparaîtront de la surface de la terre.

Il est très difficile lorsque l’on a été le créateur de quelque chose, de faire face à sa création et le magicien comprend très bien ce que je veux dire, car il connaît l’histoire du gardien du seuil. Je suis toujours face à ma création, quelle qu’elle soit, soit parce que je crois que je suis beau, ou parce que je crois que je suis laid. Si je crois que je suis laid, je vais être impliqué dans un comportement renfrogné, introverti, timide, coupable. Et puisque je ne vais pas être bien présent et sûr de moi, je vais rater la plupart des choses que j’aurai pu réussir si j’étais arrivé face à la chose dans un état de présence et de calme.

Ce qui fait que toute ma vie va me démontrer mes échecs et je vais conclure que je suis un échec, alors que je construis moi-même mes échecs, parce que j’arrive sur le lieu de l’événement à moitié décentralisé. Je ne suis pas une présence. Je ne suis pas un calme. Je ne suis pas une profondeur. Donc, quand arrive l’événement, ma puissance mentale et émotionnelle est complément défaites, parce que l’idée juste ne me vient qu’un quart d’heure après.

Comment ce fait-il que je marche et fonctionne rétrospectivement ?

Un ami me dit telle chose et je n’ai pas de réaction sur l’instant. Et ce n’est que, soit une demi-heure ou un jour après que je me dis :

« Mais voyons, j’aurais pu lui répondre ceci et cela, et ça aurait ainsi réglé le problème, ou j’aurais pu ainsi me défendre, faire du net et du clair. »

Mais si je n’ai pas eu d’esprit d’à-propos, c’est parce que je ne suis pas suffisamment présent. Et je ne suis pas suffisamment présent, parce que toute ma conscience est employée à contempler mes problèmes. Je contemple en grand nombrilisme : ma culpabilité, ma timidité, mon infériorité, ou bien ma supériorité, mon grand talent, ma beauté, mes dernières robes, mes derniers pantalons, ma victoire dans un rallye, ou je ne sais pas quoi d’autre.

Étant donné que je suis en train d’utiliser toute l’énergie à cette contemplation, je n’ai plus l’énergie qui me serait profitable au moment de l’action, au moment d’un choix, au moment d’une réaction. Tandis que si je n’ai pas de comportement nombriliste, je ne suis pas entrain de me ressasser sans arrêt d’une manière grincheuse : je suis inférieur, je suis petit, ou je suis grand, je suis très beau, etc. Je deviens alors un pouvoir en action. Je suis enfin une existence. Je ne suis plus un tourne-disque, hum. Je deviens un pouvoir en action. Je suis face à l’événement, face aux personnes, d’une manière intègre, et il me semble alors que je suis plus grand, plus fort, et d’une manière rapide l’idée vient, j’ose l’exprimer et elle effectue sa merveille.

Ainsi, plus je cultive l’existence d’état de présence, et en même temps plus je suis conscient de mes créations, et plus je suis tenté de ne créer que ce qui est bon, profitable et constructeur. Donc, plus je m’achemine ainsi vers un état de bonne santé, vers un état d’immunité contre des graves maladies.

Mais il ne faudrait pas que, considérant tout ce que je viens de vous dire, vous jugiez les grandes maladies comme étant des accidents, produits par le manque de maîtrise des individus, car il y a des grands êtres qui colportent des graves maladies. Et c’est à ce moment-là où l’on comprend qu’il ne faut jamais conclure par des généralités. Et que pour identifier correctement une situation, il faut connaître énormément la nature des vibrations, la nature des purifications demandées.

Quelquefois, un grand être peut se charger, peut choisir de vivre une maladie comme un moyen de purification, et non pas simplement parce qu’il aura été contaminé bêtement par sa propre création ou celle des autres hommes. Il existe le cancer, il existe toutes les autres maladies, je ne vais pas en faire la description. Et un être peut décider de se servir d’une de ces maladies pour pouvoir se purifier, pour pouvoir éliminer un karma, pour pouvoir dilater un corps subtil plus précisément.

Pourquoi un tel être fait-il un tel choix ?

Mon Dieu ! De nouveau je ne vais pas pouvoir vous le démontrer, il vous faudra l’admettre.

Un être est capable d’un tel choix, alors que cela implique tant de souffrance et pas seulement pour soi-même, mais aussi pour l’entourage, simplement parce que la notion de souffrance n’est pas évaluée de la même manière, suivant que l’on considère l’être, l’homme incarné et son âme.

La souffrance pour l’âme est considérée comme un labeur, un travail, une alchimie. C’est un événement parmi tant d’autres qui permet, soit une création, soit une ouverture, soit une élévation. Pour la personnalité qui va endurer ce travail, endurer cette alchimie, il ne s’agit que de souffrance, et elle veut s’en débarrasser. Bien sûr, on retrouve là le grand malentendu entre les aspirations de l’âme et les résistances de la personnalité. L’idéal c’est quand la personnalité commence suffisamment à se dissoudre, pour que le « je » objectif ne soit plus tout aussi conscient de la personnalité, mais devienne beaucoup plus conscient de l’âme. Ainsi c’est l’âme qui endure la maladie qu’elle a prévue. Ce n’est plus simplement un corps et une personne qui soufrent. Mais il faut pour cela que le moi objectif soit beaucoup moins attaché à la personnalité ou à son réseau, et soit davantage attaché au réseau de l’âme.

Donc, et pour revenir au sida et je terminerais là-dessus. Au fur et à mesure qu’au travers des millénaires, les messes noires avaient lieu et que l’énergie était dirigée pour être utilisée d’une manière négative à l’effondrement ou à la construction de certains pouvoirs, une entité de plus en plus puissante s’est construite.

Nous l’avons gardée. C’est le pouvoir qu’a une hiérarchie. C’est le pouvoir qu’a le roi d’une planète, le régent d’un système. Dès qu’il voit les créations humaines, il juge s’il les laisse entre les mains des hommes, et laisse ainsi aux hommes le pouvoir de détruire et d’arrêter cette construction, ou alors la hiérarchie prend cette entité et la tient en prison, comme un criminel, pendant un certain temps. Et lorsque l’humanité se trouve, soit trop corrompue ou soit suffisamment mûre, cette entité est relâchée et l’humanité y fait face.

Ce qui fait que le sida se déferle aujourd’hui et pas à une autre époque, c’est uniquement parce que l’humanité est à la fois trop corrompue, tandis qu’une certaine partie est à la fois suffisamment mûre pour gravir les dernières marches philosophiques, intellectuelles et scientifiques que permettra cette maladie.

Donc, toute la masse corrompue et je m’expliquerais sur ce terme, car il ne faut pas en faire un mauvais usage. Toute la masse corrompue qui a attiré de nouveau cette entité et lui a servi de point d’ancrage, sert de purification, puisqu’elle retrouve l’entité qu’au fur et à mesure des siècles et d’autres vies elle a créée. Donc, puisqu’en endurant cette chose elle sert d’aboutissement à la purification de l’humanité de ce karma qu’elle s’est générée.

Mais aussi la partie de l’humanité qui est suffisamment mûre par sa recherche pour confronter ce problème, va découvrir et étudier certains plans de la vie, certains plans de l’univers, de la conscience et ainsi va s’élever.

Exactement comme le cancer a élevé la société, en découvrant l’évidence d’une alimentation saine et équilibrée. Et cela a déclenché à la suite toute une révolution sociale, et la révolution n’est pas encore terminée d’ailleurs. Elle va encore prendre plusieurs générations, car des pouvoirs sont en place et ils ne veulent pas céder.

Le grand problème de la révolution morale et mentale qu’a amenée le cancer, c’est l’utilisation des produits chimiques. Mais l’utilisation et la création des produits chimiques sont entre les mains d’individus qui se créent une richesse colossale avec cela. Ces richesses colossales servent en même temps à la maintenance des sociétés, grâce à l’impôt qui est payé et grâce à la supériorité économique que cela donne au pays.

Ce qui fait qu’un gouvernement ne peut pas d’un seul coup, ordonner à toute une chaîne industrielle chimique, d’arrêter de produire ceci et cela que vous retrouvez jusqu’à l’intérieur de votre pain, de votre soupe, de votre boîte de conserve, de votre croissant même du dimanche matin, que l’on voudrait prendre en paix. Mais non, mais non. Il y a la petite graine du producteur chimique, la petite graine du producteur astral. Ainsi, ce n’est plus un croissant ce que vous mangez le dimanche matin, juste avant la messe, mais c’est de la dynamite, c’est de la mort en barre.

Je ne veux pas vous gâcher vos matinées du dimanche matin, pas du tout. Mais au fur et à mesure que la conversation va se développer, je voudrais vous rendre conscients que vous êtes l’endroit où une multitude d’entités prennent de l’énergie, et une multitude d’hommes prennent leurs richesses. Et que donc, absolument et définitivement il faut, soit se regrouper pour faire face et dire non et imposer un nouveau style de vie, soit se créer son propre univers et se retirer dans un endroit, plutôt campagnard que citadin, et refaire son monde. Mais on ne peut pas lorsque l’on devient conscient du phénomène, continuer à être corrompu.

Donc, voila que cette entité qui est le cancer, elle a tout lieu de perdurer pendant encore pas mal de générations, parce que même socialement, les gouvernements, les hommes politiques, mais aussi les citoyens ne veulent pas faire le choix qui existe et qui est d’éliminer les traces chimiques de tous les aliments. D’éliminer les traces chimiques du sol. D’éliminer les traces chimiques de l’atmosphère. Pour que l’on puisse prétendre face au cancer, au moins disposer d’un corps sain. Et ainsi, même si l’on a un problème astral, ne pas petit à petit fabriquer cette maladie.

Mais qui est capable d’un tel refus ?

Il est très difficile, d’abord pour un homme politique, parce que cela veut dire, non seulement d’attaquer à tout un groupe d’industriels, mais cela veut dire aussi d’appauvrir la société, car des hommes vivent de ces industries, puisqu’ils sont des employés.

Et comment compenser cette perte d’emploi ?
Où les mettre ?
Comment les nourrir ?

C’est un véritable casse-tête.

C’est pour cela que l’évolution, la progression, s’installe au fur et à mesure et que l’on ne peut pas prendre des décisions nettes et claires, à part la décision que peut prendre un peuple.

Lorsque je suis un dirigeant, je ne peux pas trancher d’une manière absolue. Par contre mon peuple peut trancher pour moi.

De quelle manière ?

Refusez d’acheter des boîtes de conserve, refusez d’acheter des aliments où il y a des colorants et des additifs et écrivez à celui qui les fabrique :

« Je n’achète plus ta saucisse, parce qu’il y a des colorants. Quand c’était ma grande mère qui la faisait, je la mangeais et je n’avais pas peur de grossir, mais la tienne je ne la veux plus. »

Et soyez comme cela des centaines, des milliers, des millions, et vous verrez que l’industriel sera obligé de changer, et que cela se transformera sans qu’il y ait ces grandes catastrophes de chômage. Parce que l’industriel va tout simplement chercher une autre zone pour ces activités, et donc il va de nouveau créer des emplois.

Le pouvoir, la gérance de la vie d’un pays, d’un avenir, c’est quelque chose qui se trouve à moitié entre les mains des hommes politiques et à moitié entre les mains du peuple.

Il y a une multitude de décisions que votre président, vos ministres, vos industriels, vos hommes de la finance, vos banquiers ne peuvent pas prendre. Parce que cela crée trop de déséquilibres et de destructions. Par contre si vous, vous changez, si de vous-même, sans cassure ni rupture, vous vous repolarisez ailleurs, alors, les hommes politiques peuvent vous suivre.