Skip to content

Les trois premiers rayons



Psychologie Cosmique

06-12-86-1/10

Informations sur les 3 premiers rayons.
Méditations aux équinoxes et solstices.
Qu’est-ce que la vérité, la justice.
Maladies graves et le karma.
Le symbolisme de la Croix.
Les naissances avant terme.


Question :                                                            
Au dernier paragraphe de la grande invocation nous disons : que Lumière, Amour et Puissance, restaurent le plan sur la terre. Dans notre compréhension les trois colonnes de Shamballa s’assimilent en tant que principe, à la force pour le premier rayon, à l’amour sagesse pour le deuxième rayon, et intelligence active pour le troisième rayon. Comment les appréhender dans une vie de recherches initiatiques ?

Les trois premiers rayons cités dans cette expression, sont la constitution de base de l’homme. Dans cette partie que l’on appelle La Trinité en l’homme, résident justement ces trois forces.

Dans le premier aspect issu de la science et de la conscience parfaite, l’homme est tout d’abord cette trinité, ces trois repaires. Ensuite ces trois aspects de l’homme prennent des diversifications qui sont de l’ordre de l’intellect, du cérébral, de l’émotionnel etc., tout ce dont l’homme est constitué normalement et quotidiennement.

À la base, en fait, les sept rayons existent déjà dans la nature. L’animal fait partie d’un rayon, qu’il intègre et vit, mais à son niveau animal, c’est le rayon trois. Toute la nature déploie les sept rayons, parce que toute la nature est elle-même un jeu alchimique des forces de l’univers dans la manifestation physique.

L’homme appartient plus spécifiquement au rayon deux, car il est le fils, il est le « créé ». Étant donné qu’il est créé, dans l’essence, il ne peut représenter et avoir en constitution que les mêmes aspects de la création, soit du créateur lui-même, ce que vous appelez le microcosme du macrocosme. Il contient donc principalement cette trinité, ces trois rayons.

Au fur et à mesure de son développement, il prend conscience des sept rayons avant de prendre conscience de cette trinité, de ces trois rayons, qui, lorsque l’on en prend conscience ne deviennent plus que le rayon unique, ce qui permet de dire que l’on a retrouvé le Père, comme il est dit dans le livre sacré.

Mais parlons des sept avant de parler des trois. Ces sept rayons sont la constitution de base de toute la matière elle-même. Ces sept rayons, ces sept aspects, ces sept jeux de la force créatrice, les sept températures, les sept degrés de densité de la forme, c’est ce qui constitue l’atome, la forme elle-même.

Un chimiste ou un physicien lorsqu’il ira plus profondément dans les études de ce type, arrivera à jouer avec ces sept sortes de loi. C’est ainsi que de chimiste il deviendra alchimiste. Pour l’instant toutes les sections de ce genre d’études se dispersent à cause de leur spécialisation. À force de vouloir tout comprendre, on ne fait appel qu’au cérébral et à l’intellect, alors qu’avec un zeste de connaissance et de conscience ésotérique il y a réduction des hypothèses, formation de synthèses et on retrouve les sept rayons.

Avant que physiciens et chimistes trouvent la nature de ces sept rayons, il faut qu’ils aillent beaucoup plus loin dans la recherche nucléaire, car c’est de là que viendra cette science.

Ils verront comment les atomes se créent, s’assemblent, se désassemblent, en fait que toute cette action n’est délimitée que par sept forces, ils auront le loisir de jouer avec les mutations de ces forces. C’est pourquoi, avant d’en arriver à cette compréhension, il faut absolument que le monde se spiritualise, car l’homme pourrait opérer toutes les mutations possibles.
Il pourrait créer un nouvel homme, il pourrait créer une nouvelle race d’animaux, une nouvelle espèce d’arbres, il pourrait aussi créer de nouvelles énergies. Or, créer une nouvelle énergie, équivaudrait à créer ce que d’autres en d’autres temps ont su créer, et qui est devenu le rayon de la mort.

En fait, on ne peut pas créer un autre rayon énergétique. Il faut simplement jouer, travailler avec les sept rayons existants. Créer sur un plan terrestre cette huitième force énergétique serait l’équivalent d’une pyramide renversée, d’une hiérarchie inversée, et ne pourrait donc créer que l’inverse de la puissance des sept qui construisent.

Admettons que vous connaissiez les aspects de ces sept rayons et que nous puissions parler des trois.

L’homme au cours de sa vie doit faire l’apprentissage et l’exercice de ces trois rayons. C’est ce qu’il fait au cours de sa vie affective, soit sur le chemin de l’amour, dans sa vie intellectuelle et cérébrale quand il doit apprendre, étudier, discerner, et lors de sa vie personnelle, dans l’exercice de sa personnalité, lorsqu’il a les rapports de force, les relations avec autrui.
Ce qui fait, que tout ce que propose la vie, condense en expériences quotidiennes ces trois aspects de l’homme et du cosmos et, du cosmos en l’homme.

Lorsque vous êtes face à quelqu’un, que vous devez expérimenter la relation, vous expérimentez le premier rayon, celui du rapport de force, de la force concrète, puisque tout se passe sur un plan physique, alors que le rayon cosmique est dans un aspect abstrait. En arrivant à tirer l’essence de cette force concrète, vous arrivez à saisir le sens abstrait.

Quel est le côté concret et le côté abstrait d’un rayon ?

Le côté concret d’un rayon est tout simplement sa manifestation sur le plan de la personnalité et sur un plan physique. La nature est le meilleur aspect concret de la manifestation des rayons. Parce que dans la nature, tout est concrétisation, tout est force primaire, même si la grande intelligence régit le tout, la force est avant tout primaire.
La force d’un germe, la force d’un animal, tout cela est primaire, son extériorisation est donc le côté et l’aspect concret du rayon, tandis que dans sa vie intérieure, son côté abstrait, ce rayon envoie depuis la substance mentale cosmique, l’esprit du bien, l’esprit du plan.

Si l’on voulait donner une image au rayon un, il faudrait tout simplement imaginer le plan, sans qu’il n’y ait ni Dieu, ni les Maîtres, ni les anges, mais simplement une substance mentale qui déclenche le plan, qui maintienne en vie, qui maintienne en cycles toutes les créatures, toutes les créations, les planètes, les systèmes. Cet ordre de vie perpétuel, qui régit la vie, régit les cycles et les fait advenir, c’est le rayon un.

En l’homme, cela représente la puissance de la personnalité. Si l’homme vit ce rayon de manière primaire, ce sera quelqu’un qui voudra toujours commander, qui terrorisera ou qui sera dictateur. Vous en connaissez tous les aspects. Quelqu’un d’un peu plus évolué emploiera ce rayon non pas pour dominer les autres, mais pour sortir les autres de leur petite condition, c’est-à-dire qu’il se transforme en chef de file pour pouvoir justement diriger.

Chez un individu complètement réalisé, totalement purifié, ce rayon n’est plus que le pouvoir, le pouvoir en tant qu’énergie. Au moindre de ces mots l’action s’effectue, le miracle a lieu. C’est le pouvoir, le pouvoir miraculeux, le pouvoir de grâce, de rédemption etc.

Le rayon deux, celui qui représente plus spécialement l’homme, est un rayon de sagesse. On a associé à ce mot-là, l’amour, parce que l’amour et la sagesse sont deux synonymes et sont une seule et même chose. C’est lorsque l’on connaît que l’on peut aimer. L’affectivité existe dans tous les degrés, c’est un fait, mais l’amour, celui dont je parle, n’existe dans le cœur de l’homme que lorsqu’il connaît.

Que veut dire connaître ?

Connaître, ce n’est pas avoir une connaissance cérébrale de l’autre, de l’ésotérisme ou des lois occultes. Connaître, c’est qu’une certaine connaissance devienne un état de conscience.

Les expériences déclenchent un jour une maturité, et cette maturité provoque l’état de conscience. Et dans cet état de conscience, il y a, la sagesse et l’amour fusionnant, parce que de la même essence. Pour pardonner, si vous vous prenez pour un grand, bien pensant, bien arrivé, si votre cœur ne connaît pas certaines lois, une certaine maturité, vous ne pourrez pas regarder l’autre comme un enfant qui a une conscience au stade de l’infantilisme. Si vous n’avez pas ce cœur-là, vous êtes obligés de vous violenter pour pardonner, et faire des efforts pour essayer de comprendre que l’autre ait pu vous traiter de telle manière.

Quand vous avez cette connaissance déclenchant cet amour en vous, vous n’avez plus besoin de vous forcer à quoi que ce soit, ni de vous violenter, de vous contrôler pour exercer le pardon. Avec lucidité vous vous rendez compte des limites de l’autre, et comme pour tout enfant vous souriez et vous essayez de l’enseigner.

C’est cela le pardon. Ce n’est pas faire acte de grâce. Rien n’est pire du : « je te pardonne ». Il faut plus tôt dire : « je te comprends ». L’acte est beaucoup plus humble et prouve qu’en vous il y a cette connaissance, cette science.
« Je te pardonne », c’est joli à dire, et beaucoup de gens prétendent savoir pardonner, mais en fait, tant qu’ils ne comprennent pas, ils ne peuvent et ne savent pas pardonner.

Le troisième rayon, l’intelligence active, est celui que vous expérimentez un peu plus à l’heure actuelle dans cette civilisation-ci, car toute l’humanité est poussée maintenant à obtenir une clarté plus lucide du plan mental qui vous constitue occultement.

En prenant de plus en plus conscience de ce plan mental et en vous poussant à le maîtriser, ce qui ne se fera qu’au fur et à mesure des générations, vous allez et vous êtes en train d’obtenir le troisième rayon.

Il existe en vous, en tant qu’essence, mais vous ne l’utilisez pas maintenant, vous n’utilisez qu’un certain aspect de ce rayon trois par l’intermédiaire de votre cérébral. Mais tout ce qui est de l’ordre du rayon trois vous est en partie inaccessible, sauf aux initiés qui peuvent exercer toutes les forces et tous les aspects du plan mental.
.
Donc, pour aller plus loin dans cette conscience des trois rayons, il faut tout simplement travailler à la purification et devenir chaque jour un plus grand disciple. Il n’est pas besoin de chercher une voie, un exercice, pour développer la conscience de tel ou tel rayon. Cela ne marche pas. Ce qu’il faut, c’est développer les trois, même si un rayon détermine plus principalement votre type d’évolution.

Pour prendre conscience du premier rayon, sublimez votre personnalité dans les relations individuelles et de groupes, essayez d’agir avec perfection ainsi que ce rayon agit dans le cosmos. Agir avec perfection par le rayon un, c’est aider, soutenir, éduquer les autres, diriger sans dominer, diriger en orientant.

Voilà, ce qu’est le plan, le serviteur, le rayon un. C’est aussi le Maître, car tous les Maîtres appartiennent au rayon un, en tant que puissance, en tant qu’esprit, ensuite chacun a le rayon deux ou trois. Mais ce qui permet au Maître d’agir c’est le rayon un.
Si vous voulez pleinement entrer dans le rayon deux, instruisez-vous tout en expérimentant l’instruction. C’est l’expérimentation qui permet de déclencher le plan de conscience. Il y a création de la substance de l’enseignement, et à ce moment-là, transfert à un plan de conscience. Si vous voulez expérimenter le rayon trois, développez tout ce qui est dans le plan mental.

Comment développer le plan mental ?

Le plan mental ne peut se développer que si le rayon deux est suffisamment vivant dans l’individu, et, le bas aspect du rayon deux c’est le plan astral. C’est pourquoi le plan mental ne vous sera accessible que dans la mesure où vous aurez développé, je dis bien, développé, et non pas maîtrisé, le plan astral.

Toute l’affectivité est liée au rayon deux. Il faut que l’homme sublime l’affectivité pour découvrir l’amour, mais il ne peut sublimer cette affectivité que par l’expérimentation, déclenchant ainsi des expériences qui résonnent dans le rayon trois, c’est-à-dire dans sa partie mentale, déclenchant ainsi l’intelligence qui va pouvoir régir les énergies du plan deux et du plan un.

Le plan trois, c’est donc l’accès au contrôle et à la maîtrise des deux autres plans de l’homme. En faisant de plus en plus appel à votre troisième rayon ou à votre troisième plan de conscience, vous saurez mieux diriger les deux autres aspects de votre être : votre personnalité dans ses relations avec le rayon un, vos relations affectives dans ses désirs et ses ambitions avec le rayon deux. Donc, lorsque l’homme veut travailler sur les rayons, il travaille sur la totalité de son être, et à sa manière, il reconstitue le chemin initiatique. Car le chemin initiatique n’a pas d’autre but que de développer en vous, la maîtrise totale de ces trois forces primordiales qui sont votre être.

Lorsque vous naissez pour la première fois, vous êtes dépositaire de ces trois courants de force. En vérité, vous n’êtes qu’énergies, et n’avez aucune image. Pour pouvoir agir, rayonner, pour pouvoir pleinement être et expérimenter leurs taux vibratoires, ces énergies doivent passer par l’intelligence qui peut s’acquérir par l’individualisation.

Tout le chemin initiatique vise à réveiller votre conscience objective à cette réalité de l’existence de vos trois forces, puis à les contrôler.

Vous n’apprenez pas à devenir beaux, bons, parfaits parce qu’un jour, vous êtes nés imparfaits. Vous êtes plongés dans la forme pour prendre d’abord conscience de votre individualité, puis instruits pour pouvoir jouer et maîtriser vos énergies.

On vous instruit, comme un Maître apprendrait à un artiste de grand talent à maîtriser seulement sa main. Il ne lui apprend pas à être talentueux car le talent est en lui, la force est en lui. Il lui apprend à diriger le poignet, il lui apprend, en fait, la technique à mieux faire la synthèse entre sa vision et son exécution.
C’est ce que vous enseignent les guides et les Maîtres. C’est pour cela que j’essaie de vous détacher de l’image du Maître ou de l’image d’un Dieu paternaliste. Car la chose est fausse cela vous engage dans une compréhension erronée. Vous n’avez rien d’autre à conquérir que vous, mais pour cela il vous faut un exemple, un indicateur, un témoin.

Le Maître vous dit : « Vois ce que je suis, tu es la même chose, alors travaille. J’ai fait tel et tel exercice, j’ai emprunté telle et telle voie, j’ai eu telle et telle épreuve, voilà tout ce que tu auras. Garde courage, je suis derrière toi ».

Si vous aviez accès immédiatement à tous vos réseaux d’énergie, vous seriez tellement perturbés par votre propre taux vibratoire, que votre enveloppe physique ne résisterait pas à votre propre rencontre. Votre personnalité serait détruite instantanément, car vous avez la même puissance que la force atomique que vous connaissez.
Je ne dis pas de rencontrer le Christ ou un logos, mais suffisamment proche pour sentir, pour goûter la vibration de votre propre âme. Imaginez une force atomique qui ne serait ni contrôlée, ni dominée. C’est pourquoi il faut apprendre les lois. Vous êtes à tel point énergétique que, si vous ne savez pas comment maîtriser vos propres énergies, vous courrez à la destruction.

C’est pourquoi, petit à petit par l’intermédiaire des plans de conscience et des subdivisions, des sécurités ont été posées pour que l’homme puisse, de manière tranquille, prendre conscience de ses énergies et travailler avec elles.

Regardez ce qui se passe lorsqu’un individu travaille seulement à réveiller la kundalini, qui pourtant n’est qu’un des aspects de votre véritable force. La kundalini n’est pas la force principale qui vous constitue, c’est tout simplement un des aspects de cette force, de ce rayon synthèse qui, en fait, est en vous lorsque vous prenez conscience de vos trois rayons, vos trois aspects. C’est tout simplement une des subdivisions, plongée dans le physique de ce rayon unique, que vous représentez et que vous êtes.

Alors, regardez ce qui se passe lorsqu’un individu s’amuse à réveiller kundalini, à jouer avec kundalini, s’il ne développe pas en même temps la sagesse et la conscience. Il se détruit, il devient malade, il fissure son corps astral, son corps éthérique, il peut devenir fou, de toute façon il court à la mort. Et cela, simplement en s’amusant avec l’aspect le plus solide, le plus matériel de cette énergie que vous êtes en réalité. C’est pourquoi il faut davantage apprendre la loi, apprendre la sagesse, la maîtrise, connaître et intégrer, plutôt que de vouloir développer quelque chose.

C’est en maîtrisant, c’est en connaissant, que vous développez la chose. Sitôt que vous développez un plan de conscience, vous en devenez dépositaire et vous pouvez utiliser l’énergie qui lui correspond.
Plus vous vous développez en plan de conscience, et plus votre énergie grandit, s’amplifie, rayonne, et plus vous pourrez par exemple guérir, projeter, concrétiser, et avant tout, arriver à conquérir des degrés initiatiques.

Donc, ne développez pas, par des voies qui seraient trop techniques, les chakras ou la puissance. Avant tout attachez-vous à développer le plan de conscience. Si vous voulez travailler avec l’énergie, travaillez toujours dans le but de développer le plan de conscience et pas autre chose. Les autres choses viennent de surcroît, naturellement, parce qu’elles font partie du plan de conscience.

Si j’insiste tant sur la façon de comprendre, de connaître les choses, c’est parce que là est la clé. Selon votre compréhension, selon vos idées sur tel ou tel sujet qui vous implique dans tel ou tel comportement, révélant telle ou telle grandeur ou telle ou telle limite, selon votre comportement existe en vous un plan de conscience.
Ce plan de conscience envoie à la personnalité un certain degré vibratoire qui correspond à l’opacité, à la limite, à la grossièreté, à l’épaisseur de cette personnalité.

Mais plus vous travaillez à vous anoblir, à devenir digne, grand, à acquérir le discernement, en passant par l’étude ésotérique, automatiquement vous éclaircissez ce champ de conscience et vous le grandissez. Il y a alors une alchimie qui s’opère en vous et vous obtenez un degré vibratoire supérieur. C’est ainsi que vous passez de la masse à l’individualité.

Donc, si quelqu’un veut, avec des techniques, développer simplement son taux vibratoire, je lui dis : « Développe ton plan de conscience, il n’y a pas d’autre moyen. »