Skip to content

Consommation de drogues



Psychologie Cosmique

21-06-86 4/5

 

L’astrologie.
Pourquoi n’y a-t-il pas plus d’âmes sages au pouvoir?
L’évolution spirituelle dans une incarnation.
Les drogués.
Comment aider les personnes qui vont quitter la terre.
Question
Depuis plus de vingt ans, la consommation et l’abus de toutes sortes de drogues se sont répandus dans une grande partie de la population, notamment dans la jeunesse. Quel est, s’il existe, le karma collectif qui agit à travers tous les consommateurs de drogue, et de quelle manière ce karma peut-il être purifié et mené vers la lumière ?



Le motif de ces grandes débauches, et mon terme n’est pas péjoratif, c’est toujours le même mot, la détresse. Que vous preniez un alcoolique, un drogué, ou quelqu’un qui travaille sans s’arrêter dans son bureau, sans toucher une cigarette ou un verre de whisky, mais qui est drogué par son travail, qui ne peut pas vivre hors de son travail, qui n’est rien hors de son travail, (et ça, c’est aussi une drogue, je ne veux pas citer toutes les drogues subtiles), le même fond est la détresse.

Il y a dans l’individu une telle puissance d’aspiration vers le haut, que si la personnalité trop épaisse ne satisfait pas ce désir, cette envolée, cette spirale ascensionnelle,  toutes les forces rentrent à l’intérieur de la personne, et après la stagnation, il y a l’autodestruction.

Cette stagnation n’est pas forcément une stagnation de quelques années, elle a pu régner pendant plusieurs vies avant d’aboutir un jour à un drogué, à un alcoolique, ou à un suicide.

Donc, ce qu’il faut pour éviter cette détresse, c’est de ne plus retomber dans le rêve, parce que l’âme ne pourrait plus revenir de cet état larvaire en quelque sorte. Cela, elle ne peut pas le tolérer. C’est comme une formule chimique qui serait en train de s’effectuer, il n’y a pas de marche arrière possible. Au fur et à mesure que vous ajoutez les éléments, vous êtes obligés d’aller au bout, sinon il y a destruction de toute la chaîne que vous avez créée. Il n’y a pas d’arrêt simple, jamais.

Donc, que sont à l’heure actuelle tous ces drogués ?

Ce sont des gens qui n’ont pas réussi à faire ce qu’eux-mêmes attendaient de leurs incarnations précédentes. Parce qu’en ce moment, comme cela a déjà été dit, il y a une accélération de toutes les énergies de la planète, de tous les karmas des hommes, de tous les karmas des nations. Il faut balayer, l’Ère nouvelle arrive.
On classe les derniers dossiers en quelque sorte, et il n’y a pas d’âme qui se châtie plus durement qu’elle-même, plus durement que le châtiment de Dieu, si Dieu châtiait.

Vous-même, lorsque vous prenez conscience que vous avez mal fait, vous avez un remords immense. Ce qui ne veut pas dire que tous les drogués soient des gens qui ont raté plusieurs incarnations, mais quelque part il y a un trou immense en eux. Ils n’arrivent pas à retrouver un lien, un raccord qui leur permette d’aller plus loin.

Si vous arrivez à leur faire quitter leurs problèmes en les entourant, en les équilibrant psychologiquement, affectivement, ils arrivent à s’en sortir. Parce qu’ils retrouvent un cordon ombilical avec la lumière qu’ils avaient complètement perdu.

Alors est-ce un problème de société ?
Non, ce n’est pas la faute d’un système inhumain, mais c’est la société où ceci pouvait avoir lieu.
Cela ne pouvait pas avoir lieu avant. Le cycle n’était pas en précipitation. Maintenant oui, c’est donc maintenant ce que tous ces gens viennent expier.

Est-ce une façon d’expier que de se droguer puisqu’on se fait encore plus de mal que si, enfin, on prenait ses responsabilités ?

Pour voir les choses en face, je suis d’accord avec vous. Mais ils ne comprennent pas, et justement s’ils sont dans cet état, c’est qu’ils n’ont pas compris. Lorsque quelqu’un à la puissance de s’autodétruire, laissez la personne s’autodétruire, si vous avez fait tout ce que vous avez pu pour la raccorder à un équilibre. Parce qu’elle est en train d’expier, elle n’expie plus sur un plan physique, mais sur un plan astral.

C’est dommage parce que c’est sur le plan physique qu’elle aurait tiré le plus de bénéfice, alors que sur un plan astral elle expie sur le plan de l’émotion.

Connaissez-vous la détresse et l’angoisse d’un drogué et de tous ces gens qui boivent ou qui font mille autres choses? Leur détresse est immense. Ils souffrent affreusement. Et c’est dans cette souffrance, qui est purement astrale, qu’il y a en quelque sorte un purgatoire.

Je sais qu’il est dur de se dire laissons-le, en regardant un drogué qui va mourir. Je sais que cela pourrait paraître révoltant, spirituellement, parce qu’on se dit que Dieu vient au secours des plus faibles. Mais n’oubliez pas qu’il y a avant tout, la volonté humaine, et il faut faire avec les limites des capacités humaines.

Si en trouvant un refuge dans la drogue, l’individu arrive à expier, et bien laissez-lui ce droit. Ce qui ne veut pas dire que j’encourage la drogue, ou que je tolère la drogue ou toutes les drogues. Absolument pas. Je dis simplement que ce n’est pas le mal le plus noir du monde. Ce n’est pas le mal qui fait le plus de ténèbres sur la terre. C’est un cri de détresse parmi tant d’autres.

Mais un jour, si vous voulez, je vous parlerai davantage des drogués, et quoi faire pour eux. Mais prenez-les, avant tout, comme des âmes en détresse, de même que toutes les formations marginales issues, par exemple, de la musique.

Toutes ces formations marginales qui par leur extravagance veulent provoquer, ne sont que des cris de détresse. Mais en fait, elles ne veulent pas provoquer, elles veulent hurler au monde quelque chose qui ne va pas, mais qui ne va pas dans les personnes elles-mêmes, pas dans le monde.