Skip to content

Que veut dire être humain



Psychologie Cosmique

28-05-89 1/3



Que veut dire être humain ?
Le mental.

Qu’est-ce que la force ?
Engagez-vous vis-à-vis de la hiérarchie.
Le Sida.


Question :
Comment aider les personnes atteintes du sida ? Comment les aider à accepter et les accompagner jusqu’à la mort ?


Je vous souhaite la bienvenue. Mais il y a une chose que je ne souhaite pas, que je veux ne pas, c’est que vous veniez écouter ma parole. Et pourtant si vous êtes ici, c’est bien pour écouter quelque chose, avoir des réponses à vos interrogations. Ce que je souhaite avant tout, c’est que vous réussissiez à comprendre quelque chose, et non pas à mémoriser, à écouter sagement, fidèlement, tout ce qui est dit. Même si les trois quarts du discours vous semblent obscurs ou dans un premier temps inaccessibles, voir inacceptables, vous ne devez pas vous arrêter à cette première évidence. L’important est que quelque chose se dégage en vous, de beaucoup plus profondément humain, qui ne vous rappelle pas la spiritualité.


Je vais répondre à la question car elle est importante, mais d’abord, je vais vous parler un petit peu de ce que veut dire « être humain ».

Beaucoup de personnes s’imaginent que la spiritualité est quelque chose de tellement parfait, qu’il faut absolument se défaire de toute humanité. Or si vous aviez les yeux pour voir et le cœur pour sentir la nature des choses, vous vous rendriez compte qu’en fait, celui qui est le plus spirituel est en même temps l’être qui est le plus humain. C’est lorsqu’un homme arrive à être parfaitement humain, extrêmement humain, qu’il est capable de toutes les bontés, de cesser la guerre et d’engendrer la paix, de casser la dysharmonie, de faire périr ce qui n’a plus lieu d’exister.

Tandis qu’un individu qui n’est que lui-même, qui est tout simplement le flux et le reflux de désirs, d’émotions, d’ambitions et de projections, cet individu-là ne peut véritablement prétendre être humain. Il existe donc toute une marge entre l’individualité ou la personnalité que l’on appelle homme, et la capacité d’humanité de cet homme.

Lorsque vous regardez le monde, vous vous apercevez bien qu’il n’y a pas d’humanité véritable dans le cœur des hommes et dans leurs actions, qu’il existe encore des guerres, et dans les prisons la torture, l’agressivité dans la relation sociale, les compétitions, et dans la relation avec l’argent, les escroqueries, les exploitations.

Je ne voudrais pas être dur avec la famille humaine, et pourtant, il faut dire les choses telles qu’elles sont. La famille humaine se croit humaine mais elle ne l’est pas. L’individualité qui a été développée est si bassement encore ancrée dans l’astral qu’il suffirait d’un pas pour que l’individu se rapproche de l’animal. Quand je dis “animal”, il ne faut pas imaginer ce terme sur un plan péjoratif. Je dis même qu’il y aurait plus de valeur, plus de tranquillité, plus de sérénité, à être un animal qu’à être ce genre d’individu dont je parle et qui n’est pas encore pleinement humain.

L‘animal est régi par un certain nombre de lois. L’animal ne se crée pratiquement aucun karma. Un certain karma vis-à-vis de l’homme a pu être créé à cause de l’agressivité des animaux sauvages qui pendant longtemps ont terrorisé et dévoré les hommes. Mais c’est un karma infime, car l’animal n’a pas de conscience véritable lui permettant de juger ce qu’il fait, donc d’être jugé pour ce qu’il a fait. Alors que l’homme, ou en tout cas celui qui commence à devenir un homme, détient cette étincelle que l’on appelle le témoin du mental. Une forme donc d’auto-conscience lui permettant une auto-analyse et une autogestion de ses propres forces.

Par là, l’homme devient pleinement responsable de ses actes, puisqu’il a le pouvoir de les choisir. Pour beaucoup d’individus, il vaudrait mieux qu’ils soient encore des chats ou des oiseaux, plutôt que d’essayer de courir dans la famille humaine. Ils se feraient beaucoup moins de mal, et en feraient beaucoup moins aux autres.

Ce qu’il faut donc comprendre, c’est que si vous avez atteint le niveau pour développer ce sens de la responsabilité et du pouvoir, si les Maîtres du karma, les seigneurs de l’évolution ont accepté de faire descendre sur l’humanité cette étincelle qu’est le mental, la libérant par là même des règnes inférieurs pour pouvoir aller vers l’archétype humain, c’est qu’il est attendu de la famille humaine qu’elle devienne humaine, et qu’elle ne reste pas bassement dans l’astral, avec juste ce qu’il faut de mental, pour faire encore plus de bêtises que ne le feraient les animaux.

Il y a un danger à obtenir le mental, cela paraît pourtant une belle chose, avoir des idées, pouvoir conceptualiser, pouvoir parler, cela semble être le point d’humanité de l’homme, le point où donc il va se distinguer des animaux, des autres règnes. Pourtant il y a un réel danger à recevoir cette étincelle.

Le mental n’est pas un fondement qui puisse par lui-même s’effectuer avec pureté. Le mental est donc un instrument, le mental n’est pas une loi divine. Il existe des concepts divins, mais il n’existe pas de mental divin, je veux dire d’intellect divin.

L’intellect est propre à l’activité humaine. Et lorsqu’un homme reçoit cette capacité d’intellectualiser, de concevoir, de se rendre compte exactement de ses pulsions, de ses désirs, et qu’il peut ainsi créer des plans pour obtenir ce qu’il veut ou créer ce qu’il souhaite, il peut devenir un magicien noir ou un magicien blanc.

Lorsque  je dis magicien, je parle de magie qui touche la vie de tous les jours, la manipulation de la substance de la pensée, des désirs, des émotions, etc. Ce qui fait que, ce que vous allez faire à votre voisin peut-être interprété comme de la magie, même s’il n’y a aucune kabbale là-dedans. La puissance de l’homme vient de son mental, de ce qu’il a été capable un jour de conceptualiser et de pouvoir concevoir l’objet qu’il désirait et la méthode qu’il pouvait créer pour obtenir cet objet.

S’il n’y avait pas eu cette étincelle donnée à l’humanité, il n’y aurait eu aucune évolution, ni même aucune idéation divine. C’est-à-dire que l’homme n’aurait jamais pu se douter qu’existaient des forces supérieures, qu’existaient de grandes galaxies, qu’existaient des notions très vastes et absolues comme le temps et l’espace. C’est par le mental que l’homme arrive à devenir supérieur à tous les autres règnes, à toutes les autres créatures.

Alors, je vous le demande, qu’allez-vous faire avec ce mental ?

Puisqu’il est le point de croisement des puissances, puisqu’il est le point d’éclat d’intelligence, qu’allez-vous faire avec cela ?
Si vous mettez ce mental au service de vos passions, vous allez devenir très intelligents, très compétents, dans la capacité d’exécuter vos passions ou d’obtenir l’objet de vos passions. Et la vie de vos amis, de vos voisins, vous permet largement d’illustrer ce que je viens de dire, que ce soit pour des petits ou des grands objets.

Par exemple, un être ambitieux trouvera toutes les méthodes pour arriver à ses fins. Une dame coquette arrivera à trouver les moyens de s’offrir la robe qui l’a séduite dans la vitrine. Que ce soit pour obtenir une petite ou une grande chose, sachez que vous ne pouvez pas être conscient de votre désir, ni fabriquer l’acte qui convient pour obtenir l’objet désiré. S’il n’y avait pas le mental, vous ne pourriez pas faire cela.

Donc, en vous, repose l’arme absolue, ce qui ne veut pas dire qu’elle contienne quelque chose de magique, il n’y a rien de véritablement magique dans le mental. Penser, n’est pas un acte de kabbale. Il faut voir la magie de façon un peu plus quotidienne et l’écarter de la kabbale pour comprendre quelle est la puissance de l’homme. Car si les hommes associent toujours la magie à la kabbale, ou à des invocations, des incantations d’esprits, il ne se doute pas que la puissance à l’état pur demeure en lui, et qu’il peut l’utiliser, l’articuler constamment, même dans les moments où il s’en doute le moins.

Chacun pense que la magie c’est pour le mage d’à côté, le kabbaliste du coin. « Mais moi, moi qui ne fais que penser, moi qui ne fais que prier, moi qui n’ai qu’un petit travail, je ne fais pas de magie. » C’est comme cela que pensent les disciples et les profanes. Et pourtant, il se trouve qu’il existe de la magie dans tous les actes, surtout dans le fonctionnement de la pensée et dans le rayonnement qui est fait à partir d’une chose pensée.

Ce qui ne veut pas dire que dès demain vous devez imaginer que par votre pensée vous allez pouvoir obtenir toute chose. Il ne faut pas croire que c’est une magie aussi puissante que la kabbale par exemple. Cependant, il faut savoir, que si la puissance d’un homme paraît infime lorsqu’on le prend dans son foyer ou dans son travail, lorsqu’il rencontre d’autres hommes qui pensent la même chose, la puissance devient beaucoup plus grande. Et lorsque la même pensée se trouve partagée au niveau d’une nation, d’un continent, il n’est pas difficile de comprendre qu’un monde entier puisse être influencé par une pensée. Alors on comprend pourquoi existent encore l’agressivité, les tabous sur l’argent, et toute la ribambelle de petits problèmes que vous connaissez dans les relations humaines, les relations économiques ou politiques.

Ce n’est pas parce que vous pensez ou pratiquez une chose, qu’elle est mise en cause, que le préjudice est porté sur le monde entier. Ce qu’il faut comprendre, c’est que si vous, vous émettez une pensée, étant donné que vous n’êtes pas si uniques que cela, et que des millions de personnes correspondent à votre type d’évolution, de vibration, à votre type mental, des millions de personnes vont avoir la même pensée que vous.

Ce qui fait, qu’au bout d’un certain temps, pour avoir émis une petite pensée dans votre jardin, il va se trouver que cette pensée sera partagée par des millions d’individus qui sont peut-être de l’autre coté de la terre. Et comme une graine qui pousse, c’est un arbre qui naît et il étend son ombre partout.

Voilà pourquoi il semble qu’il y ait des épidémies de violence, de révolte, de révolution, de chutes économiques ou de bouleversements sociaux. Les hommes vivent de façon différente, avec des mœurs, des religions différentes, et ne peuvent pas au même moment penser la même chose.

Cependant si quelque part un groupe a vécu une pensée et a extériorisé cette pensée de façon suffisamment puissante pour qu’elle ait un rayonnement et qu’elle soit transportée, exactement comme un nuage radioactif, cette pensée va aller contaminer les autres penseurs qui sont potentiellement capables de la même pensée et du même geste. C’est pourquoi tout semble se passer par épidémie.

Lorsqu’il y a un changement quelque par, cela ne concerne pas que le groupe qui a connu ce changement. En peu de temps ce changement se répercute partout autour de la terre, partout où il y a des hommes qui potentiellement sont capables de penser et de faire la même chose. Ce qui veut dire, qu’à la base, les structures seront les mêmes.

Lorsque vous voulez comprendre de façon globale la vie de la terre et, de l’activité qui a lieu en ce moment à propos des changements, des bouleversements, des accélérations du mal, de la spiritualité, vous devez avoir à l’esprit ce phénomène d’épidémie. Sinon, vous ne pourrez pas avoir un entendement du mouvement global qui s’effectue sur la terre. Et par là même, vous n’arriverez pas à vous situer et savoir de quelle manière travailler, même si vous êtes seul dans votre jardin ou dans votre ville.

Si vous voulez travailler activement, non seulement pour le nouveau monde, mais surtout pour le nouvel homme, et j’insiste là dessus, parce qu’on parle beaucoup de nouvelles structures, de nouvel état d’esprit, de nouvelles méthodes, que ce soit en médecine ou en quoi que ce soit d’autre, mais en fait, on ne pense pas à l’homme lui-même.

Pourtant c’est l’homme qui est le centre et le but du changement. Si l’on ne change pas les hommes, rien de ce que l’on prévoit comme nouvelles structures n’aura lieu. Donc, il faut attaquer l’homme avant d’attaquer le monde, et il se passe, au contraire, complètement l’inverse au niveau des mouvements et des renouvellements politiques et sociaux. Les groupements attaquent la structure. Ce qui ne veut pas dire qu’attaquer la structure soit inutile.

La structure est un mouvement complémentaire et nécessaire. Cependant, il ne faut pas attendre le nouveau monde par le seul bouleversement des structures. La structure ne fera jamais un nouvel homme. Par contre, pour ceux qui veulent faire un travail authentique, un travail de performance, alors je vous le dis, quittez les mouvements politiques, les mouvements de renouvellement financier ou quoi que ce soit d’autre et essayez de travailler même si c’est de façon silencieuse, sur le centre que représente l’homme.

Vous verrez, que tous les projets que vous aviez en tête, pour édifier par exemple une nouvelle méthode de financement, ou une nouvelle circulation des capitaux, que tout ceci va être accepté et va pouvoir s’effectuer de façon simple, sans qu’il y ait aucun obstacle, au contraire, les gens vont être en demande.

Lorsque l’on veut travailler pour la hiérarchie, il faut travailler comme la hiérarchie travaille. On ne peut pas imaginer un plan de travail et se dire que les Maîtres feront avec ça, ou que cela est sans doute le travail des Maîtres. Pour savoir comment travailler, il faut d’abord s’intéresser au type de travail que rayonnent les Maîtres.

Comment travaillent les Maîtres, que ce soit depuis l’invisible ou sur un plan physique ?

Ils agissent de façon très simple. Ils ne se demandent pas où est le problème, ils ne se disent pas, eh bien, là, il va falloir changer cette loi, là il va falloir changer cette structure, là, je vais aider tel scientifique parce qu’il faut qu’il trouve ceci ou cela. La démarche mentale ne s’effectue pas de la sorte, sur des points précis.

Ils regardent le grand homme total que représente l’humanité, et à la surface de ce grand homme, le Maître regarde où en sont les feux d’évolution, et selon l’activité, l’éclat de ces feux et le nombre de chakras allumés, ils savent que sur la terre, dans la société et dans la vie économique, il y aura tel ou tel problème, ou telle ou telle qualité ou capacité. Il n’a pas besoin de venir voir sur la croûte terrestre, il sait très bien en regardant l’activité des feux, la dimension, la couleur, le son et les formes géométriques qui en sortent, quels seront les problèmes et quelle est la situation mondiale.

C’est un diagnostic beaucoup plus précis que s’il venait hanter les cabinets politiques pour voir ce qui s’y passe. Ce que sa vue éthérique lui permet de voir crée un diagnostic beaucoup plus précis, parce que les couleurs sont beaucoup plus porteuses de vérité que l’est la simple évidence humaine et parce qu’il y a un certain nombre de choses que les humains vivent, sans jamais les manifester, qui demeurent sur le plan des énergies et des vibrations.

Vous ne vous en apercevez pas directement, mais cela est aussi important pour votre vie que tout le reste, ce que vous faites donc de façon manifestée.

Le Maître ayant la vision éthérique et pouvant faire ce diagnostic, peut donc avoir la vision sur vos actions physiques et sur vos actions occultes, celles qui restent dans votre inconscient. Ayant fait le diagnostic et voyant que dans tel chakra il n’y a que la moitié des pétales qui sont ouverts, le Maître favorise l’ouverture des trois prochains pétales, et automatiquement il met en route une focalisation de pensées permettant la descente d’une énergie qui vient du soleil.

Un Maître ne sert d’intermédiaire qu’aux énergies solaires, ce qui ne veut pas dire qu’il ne travaille pas avec d’autres énergies, mais il ne canalise pas les énergies venant des autres planètes. Les planètes chutent leurs énergies sur la terre. Cela crée en même temps un composé dans lequel les hommes se débattent et essaient d’évoluer. Je parle de l’énergie que retransmet le Maître. Aucun Maître ne retransmet celle de Saturne ou Jupiter.

Par contre de façon extérieure et dédoublée il va pouvoir favoriser la précipitation de l’énergie de Saturne ou de Jupiter. Mais comme Saturne et Jupiter sont des planètes d’évolution, le Maître, qui a atteint le poste d’où il est capable d’influencer et de déterminer l’humanité, ne peut donc pas se permettre d’incorporer une énergie qui est toujours en cours d’évolution, donc trop typée. Si elle est typée, elle n’est pas totale, elle n’a pas toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Par contre, le Maître peut ouvrir plus ou moins les écluses de la planète pour que son énergie se précipite plus ou moins fortement sur la terre et sur les hommes.

Donc, celui qui a atteint le pouvoir et le niveau de déterminer l’humanité n’est que le réceptacle des énergies solaires. C’est pourquoi des grands Maîtres ont à peu près tous le même visage, qu’ils sont tous à peu près composés des mêmes traits, si bien qu’on se demande s’il n’y a pas là une erreur ou une folie de celui qui a reçu le dessein. Et pourtant, c’est la vérité.

Lorsqu’un individu est suffisamment total pour recevoir l’énergie « une » du soleil, du soleil spirituel central, il va être modelé d’après l’énergie solaire qu’il reçoit. Lorsque vous avez en face de vous un être solaire, il ressemblera à tous les autres êtres solaires. Parce que l’énergie en se manifestant crée un moule et il n’y a pas trente-six moules pour une même énergie, il n’y a qu’une similitude de détails, alors que cette similitude n’existe plus lorsqu’un individu est adombré par des énergies venant d’autres planètes.

Car les planètes sont justement les touches de différenciation de l’énergie «une» qui provient du soleil. C’est pourquoi les planètes sont tout autant importantes et sont magistrales dans l’acte d’accomplissement et de purification de l’humanité, mais, même si elles sont importantes, le Maître n’incorpore pas ’énergie d’une planète, aussi évoluée soit-elle.

Donc, pour continuer au niveau de ces transferts d’énergie, par rapport à l’homme, je dirais que celui qui veut travailler dans un sens d’accomplissement profond du nouveau monde, ne doit pas se soucier avec quelle énergie, ou avec quelle planète il va travailler, pour pouvoir méditer dans l’axe de façon à renforcer sa pensée semence, et à participer à l’accomplissement du nouveau monde.

Il faut tout simplement qu’il se branche directement sur le soleil, même si, en fin de compte et par mouvement d’alchimie, l’individu ou le groupe sera davantage typé par Vénus ou par Jupiter, Saturne ou par la Lune, pour ceux qui n’ont encore rien compris et qui demeurent encore dans les illusions.

Ne choisissez pas votre énergie. Laissez l’énergie vous choisir. De cette façon, la communion sera beaucoup plus fertile en actions, en rayonnements de fertilité. Tous ceux qui veulent créer un alignement avec la hiérarchie, un Maître ou avec sa propre âme, doivent penser à cette énergie solaire une et une seule.

Ensuite, ils doivent accepter toutes les différenciations de l’énergie, c’est certain, mais pour être sûr d’être véritablement en communion avec l’énergie qui leur convient et ceci à cause des incarnations passées, à cause des expériences spirituelles passées, pour être sûr d’être dans la bonne énergie, il ne faut rien décider. Parce que vous n’avez pas le matériel et la connaissance suffisante pour pouvoir choisir votre alignement vibratoire.

Vous pouvez vous connaître un petit peu c’est certain. Vous voyez tout simplement ce qui vous plaît, les réactions que vous avez face à certaines énergies. Vous pouvez vous connaître dans une certaine mesure, mais vous ne pouvez vous connaître que par le conditionnement de cette vie présente.

Or, ce que vous êtes véritablement, ce n’est pas uniquement la vibration de cette vie-ci. C’est aussi toute l’accumulation des vies passées. Et ceci, vous l’ignorez. Vous n’avez pas connaissance de vos incarnations, vous ne savez pas dans quelle race vous avez pu passer, dans quel temple vous avez déjà étudié, ou quel karma est venu alourdir votre vie. Vous ignorez complètement ces choses, mais pourtant, c’est grâce à elles que l’on peut sciemment connaître l’énergie avec laquelle on va travailler.

Donc, puisque vous n’avez pas cette connaissance, parce que le matériel fait défaut, vous devez faire l’inverse et au lieu d’exercer le choix, faites une ouverture. Ce qui ne veut pas dire que vous devez recevoir tout ce qui va se présenter, car dans l’acte d’ouverture, il y a là un certain danger.

Si un individu s’ouvre dans un état de complet abandon, mais si son égrégore de protection, ou que son entrée dans un temple ou dans un égrégore invisible n’est pas encore parfaitement acquise, il risque de s’ouvrir sur des zones de la vie invisible très agressives et très fournies en illusions. Ce qui fait, qu’au lieu de fabriquer son destin, l’homme va voir son destin défait et amenuisé.

Pour éviter cet inconvénient, il faut vous ouvrir, en gardant une parfaite concentration. C’est quelque chose qui paraît contradictoire et pourtant cela suffit. Il n’est pas besoin de se couvrir de formules de kabbale, de mantras, ou de couleurs qui ont une certaine résonance magique. La protection se fait automatiquement, sitôt que vous gardez votre substance mentale concentrée.

Lorsqu’un individu garde sa substance mentale concentrée, il n’est pas capable de penser, il est concentré. Et le fait de garder cette concentration, crée dans l’être occulte de l’individu, une sorte de garde, le gardien du seuil. Dès que ce gardien est érigé, l’individu peut se lancer dans n’importe quelle méditation, n’importe quel travail alchimique, il ne risque rien.

Alors que pour celui qui va s’ouvrir en croyant que l’ouverture doit se faire à tous les niveaux, et qui abandonne complètement ses résistances, pour celui-là, il y a un très grand danger, un danger que des énergies adverses l’investissent. Même pour celui qui connaît une certaine évolution, le danger existe. Ce qui ne veut pas dire que demain vous devez avoir peur de toutes les ouvertures.

Vous ne risquez rien à partir du moment où vous créez votre ouverture avec, à la base, la concentration. Un peu comme si vous vouliez créer un grand triangle ouvert, mais qui repose la pointe en bas sur une boule très dense de concentration.

Concentration de quoi ?
Concentration de votre être, votre être pensant, votre être individuel. En agglomérant comme cela tous vos atomes d’individualité, de conscience, d’auto conscience et de lucidité, vous représentez une base solide pour le triangle qui va se poser sur vous.

S’il n’y a pas cette base solide, automatiquement, dès que le triangle sera créé, il va, petit à petit, comme un bateau qui coule, glisser dans les règnes inférieurs et notamment dans l’astral. Si vous aviez les yeux pour voir ce que je suis en train de vous décrire, vous n’auriez aucun mal à me croire. Pour qu’un homme puisse monter vers le haut, il faut qu’il crée un fond et un fond solide, un fond en briques, en granite, et sur ce fond, qu’il prenne l’élan pour monter, ou qu’il repose son système d’ouverture.

S’il n’y a pas ce fond solide, le triangle va automatiquement descendre dans les zones de l’inconscience, ce qui va mettre l’individu en résonance avec l’astral et neuf fois sur dix, avec le bas astral. C’est pourquoi toutes les méditations qui proposent des ouvertures, qui proposent des relaxations profondes pour contacter ceci ou cela, sont en fait du point de vue occulte, des dangers, des dangers très puissants, et des techniques contraires à toute évolution. Ce sont des techniques qui risquent de faire involuer les gens, les faire retourner ou tomber dans l’astral dont ils ont eu tant de mal à se défaire.

Vous devez donc faire très attention à la façon dont vous effectuez ces techniques, car toutes les techniques qui vous sont proposées sont bonnes. Si vous remarquez que le guide ne vous fait pas partir sur une base de granite par la concentration, vous devez la créer vous-même. Si vous vous en sentez le courage vous pouvez lui en parler, mais ce n’est pas une obligation, il doit lui aussi comprendre quel est le fonctionnement occulte réel de l’énergie et de l’évolution. Si vous ne voulez rien dire, faites-le vous-même en secret, mais ne vous ouvrez pas comme cela de façon abandonnée sans qu’il y ait cette aimantation en vous-même de tous vos atomes de puissance et d’individualité. Il faut vous ouvrir sur le haut, il ne faut pas glisser dans le bas.

C’est pourquoi, lorsque vous voulez rayonner de façon active sur la terre, que ce soit par l’intermédiaire d’un groupe de prières, d’un groupe de visualisation ou de méditation, vous devez absolument reposer le groupe entier sur une cellule de concentration. Même si ce que vous avez dit à propos de la concentration n’a pas été accepté par les membres du groupe, vous devez occultement et invisiblement, créer au centre du groupe un point, qui est un point de granite.

C’est très facile à faire. Puisque les membres du groupe sont en plein abandon, vous pouvez manipuler leurs énergies et leur substance mentale. D’où le danger justement, si ce travail n’était pas effectué, que des entités, pas si supérieures et si bien intentionnées que cela, puissent venir et prendre à leur profit malsain les énergies du groupe, dont l’intention était de rayonner pour le nouveau monde. Ainsi, un groupe peut se trouver accaparé par les énergies adverses.

Pour éviter cela, partout où vous passez, créez un lien, comme un fil lumineux partant de chaque individu en présence, et faites-en une belle boule lumineuse et dans cette boule, projetez toute votre concentration, toute votre force de concentration, donc de construction d’un centre de granite. Et lorsque vous sentirez cette concentration suffisamment grande, vous pourrez laisser le groupe aller à sa méditation et vous pourrez y participer.

Et vous verrez, que non seulement le groupe ne risque rien, mais qu’en plus, il va se développer, il va énormément grandir, non seulement en influence, mais aussi en rayonnement occulte.

Lorsque vous voyez des groupes qui ne fonctionnent pas, qui ne se libèrent pas, c’est parce que la base est absente, et cette base c’est la force. L’homme qui prie, qui veut le nouveau monde, se contente d’arriver le cœur dilaté, visionnant les Maîtres, les anges, les marguerites du jardin, et se dit « en ouvrant mon cœur j’arriverai à créer le nouveau monde ». L’idée n’est pas mauvaise, je ne discute pas de l’amour que l’homme a lorsqu’il émet cet idéal, je discute simplement du principe de création. Si vous avez cet idéal-là, et Dieu sait s’il est beau, ne le gaspillez pas en ne sachant pas comment le créer concrètement sur la terre.

Regardez ce qui est à la base de l’univers, c’est la force. Sans la force il n’y a pas d’homme, pas de conscience, pas d’amour, pas de feu, pas d’évolution, pas de mouvement, il n’y a rien. C’est cela que vous devez comprendre si vous voulez prendre conscience de mon discours et comprendre comment être utile dans la vie.

Qu’est ce donc que la force ?

La force n’est pas le simple fait d’affirmer, de démontrer quelque chose ou d’investir toute sa puissance morale, affective ou nerveuse, dans un projet. La force est tout le contraire. La force est un grand calme, tellement calme qu’elle fait presque froid au cœur. Car la véritable force ne se déclenche que dans ce calme.

Ce qui fait que tous les individus, tous les disciples, au cœur dilaté et flamboyant, qui courent, qui se jettent aux pieds du Maître invisible ou visible, sont absolument inutilisables, parce qu’ils ne représentent aucun pilier fixe pour un acte de création.

Nous voulons bien que vous ayez des idées, c’est très beau d’avoir des idées, que ce soit à propos du nouveau monde, à propos du messie, du nouveau Bouddha, mais ça ne suffit pas, il faut aussi créer l’idée. Et la plupart des gens, dans leur ouverture naïve et sans connaissance, ne sont pas capables de créer, de matérialiser leur idée.

Le pouvoir créateur réclame un autre comportement que celui de la dilatation et du flamboiement. Je veux que vous soyez dans un feu d’amour, un feu d’espoir, de vision de l’idéal. Je vous en prie, si vous aimez et vous espérez vraiment cet idéal, ne restez pas dans la vision, mais faites avec les lois de la création. Et autant que vous aimiez cet idéal, soyez rudes, concrets, fermes, actifs et créateurs. Sinon votre amour n’est pas véritablement de l’amour, c’est tout simplement un rêve qui passe.
Beaucoup d’hommes ne font qu’aimer leurs rêves, qu’il s’agisse de Dieu, d’un Maître ou d’un nouveau monde, il n’y a jamais de point de création, ni de descente d’énergie suffisante pour cristalliser cette idée en monument, en création.

Il faut donc pour comprendre cet acte de création et pouvoir recevoir l’énergie créatrice, s’analyser et savoir si en vérité on espère et si l’on désire le nouveau monde, ou si l’on se contente de rêver. En observant vos amis, en les écoutant parler et agir, vous verrez qu’il y a, sur le plan de leur mental, une profusion de projections et d’illusions.

Beaucoup de personnes entendent parler, reçoivent l’intuition, l’inspiration d’un nouveau monde, d’un nouvel état d’esprit, mais n’étant pas suffisamment auto consciente et réveillée, leur inspiration reste au niveau de la projection et du fantasme mental.

Je ne critique pas, et nous laissons chacun être ce qu’il peut être. Mais nous sommes déçus d’entendre ces gens critiquer ceux qui travaillent, et que ce soit les autres qui doivent accomplir le travail, parce que ce sont les autres qui ont le pouvoir, alors que ce qui les empêche d’avoir le pouvoir, c’est justement qu’ils utilisent leur énergie à faire des rêves et des projections dans le mental inférieur.

Alors revenons un peu sur terre, quitte à ne plus voir clairement l’idéal divin, mais soyons suffisamment sur terre pour que le peu d’idéal s’effectue véritablement. Sans cela, il ne peut pas y avoir d’évolution.

C’est pourquoi, dans les mouvements d’avancement, il y a toujours une armée de rêveurs, puis quelques personnes capables de conceptualiser de façon juste, mais qui n’osent pas encore passer à l’action. Elles sont des cerveaux, elles écrivent ou elles parlent.

Puis il y a celles qui sont quelque part pionnières, qui font aussi un certain rêve, font un certain discours, elles parlent aussi aux autres, mais en plus, elles fabriquent. C’est cela que je veux éveiller en vous, ce n’est pas vous dire quel sera le lendemain de la terre, je ne veux pas non plus vous apporter un enseignement ou des précisions occultes. Je veux vous rendre capable de fabriquer le nouveau monde.

À quoi cela servirait-il que je vous parle d’une recette très compliquée en cuisine, si je ne vous apprends pas d’abord à faire cuire un œuf. Apprenez à cuire un œuf, et ayant les rudiments du dosage de la flamme, du beurre, du temps pendant lequel on doit laisser l’œuf dans la poêle, vous arriverez, par là même, à faire cuire n’importe quoi d’autre. Le reste vous appartient. Les épices, les ingrédients, cela fait partie de votre libre arbitre, de votre liberté de créateur.

Mais on ne fait aucune cuisson sans feu. Donc, revenons à la force.
La force n’est pas un principe d’attaque et de persévérance. La force sort des eaux de la tranquillité et du calme absolu. Ce qui fait, qu’un être vraiment fort sera un être profondément calme, profondément centré. Quand vous avez besoin d’avoir recours à votre force intérieure, alors que vous n’en disposez pas de façon quotidienne et que vous devez créer un instant de force, n’essayez pas de vous convaincre et de vous forcer dans votre action, lâchez tout.

Si vous avez un trouble nerveux ou émotionnel, c’est normal qu’il y ait une chute, un point de faiblesse, et n’allez pas combattre ce point de faiblesse, cette défaillance en éveillant un effort sur vous-même. Cela ne vous permettra pas de travailler tranquillement et avec équilibre. Vous devez quitter la zone de la force apparente et de la faiblesse pour vous mettre dans le calme absolu, au centre de votre être.

Tracez une ligne blanche au milieu de votre corps qui va directement dans le soleil central, ou dans votre âme, votre monade, votre Maître, peu importe, du moment que vous l’imaginez lumineux et divin. Dans cet effort de concentration, sur cette ligne d’alignement de vos chakras, vous ne connaîtrez plus l’angoisse ou la moindre faiblesse.

Ce qui ne veut pas dire que vous allez connaître immédiatement la pensée positive qui dira dans votre esprit : « Tu es capable de ceci, tu es capable de cela, c’est le moment de le faire. » Vous serez dans un neutre absolu. N’oubliez pas que la véritable force vient des eaux de la paix.

Donc, n’attendez pas, qu’après votre chute dans la faiblesse, il y ait en vous quelque chose de très positif, de très optimiste. Faites très attention si vous sentez cet optimisme vous envahir, car lorsque l’énergie de l’optimisme sera brûlée, vous pourrez retomber dans le pessimisme, et il se peut très bien qu’au moment de franchir le seuil, pour accomplir votre travail, l’énergie ait disparu et vous vous retrouverez face à votre travail avec tout votre pessimisme. Donc, il ne faut pas attendre que l’optimisme se réveille, il faut au contraire que vous sentiez en vous-même une neutralité parfaite.

Qu’est-ce que je veux dire par neutralité ?

Je veux dire qu’en vous-même, vous devrez sentir, à ce moment-là, que la chose ne représente véritablement pas le point d’importance pour vous.
Lorsque vous serez suffisamment détachés pour sentir cette véritable force, vous serez aussi détachés de l’objet que vous voulez créer.
Vous allez trouver cela très contradictoire, puisque, si l’on veut accomplir la création d’un objet, il faut bien y croire, il faut bien y mettre du cœur, il faut bien être intéressé.

C’est vrai, mais en même temps que vous ressentez de l’intérêt pour la chose, il faut connaître aussi du désintéressement. Il faut que le type d’intérêt que vous éprouvez au fond de vous-même, ne soit pas de l’intérêt pour l’objet lui-même, que cet intérêt passe par le besoin d’effectuer son destin, ou, que ce soit le désir mental, intellectuel, ou la jouissance de certaines énergies lorsqu’elles passent.

Votre intérêt doit être un acte de foi. Si l’intérêt pour le travail qui est à faire est un acte de foi, vous verrez que votre intérêt se trouve par là même très pur. Vous arriverez à mesurer de façon très subtile et magistrale l’énergie qui vous permettra de vous investir toute votre vie dans la chose, comme si vous étiez un mordu de la chose, et en même temps, vous saurez comment prendre de la distance pour la réaliser de façon intelligente, avec la force réclamant un immense calme.

Un être qui utilise la foi, est un être pur dans sa conceptualisation. Celui qui utilise une fascination intellectuelle, morale, ou religieuse, pour son travail dans le nouveau monde, peut à tout moment être charmé par des contraires et se retrouver, malgré lui, à faire le contraire de ce qu’il faut pour le nouveau monde., et surtout, il sera capable d’agresser son confrère.

C’est ainsi qu’il y a des batailles de clochers, des batailles de groupes. Celui qui est sur le bord de route où s’alignent tous les profanes, lorsqu’il voit tous ces gens du nouveau monde ou de la religion, des temples et des écoles initiatiques s’entre-déchirer, se dit « eh bien, je préfère ma liberté, parce que je vois que, même à l’endroit où l’on parle de Dieu et de la perfection, il y a autant de noirceur et de problèmes que chez les autres ».

Si vous agissez avec la foi, la foi pour le nouveau monde, la foi pour le nouvel homme, vous serez ce centre de force, capable de ce calme profond. Étant calmes, étant centrés, vous allez sentir en vous, non seulement l’énergie, mais en plus, la direction qui est à prendre. Car la force est comme un rayon laser.

Un rayon laser part d’un point et va de façon incontournable sur un autre point. Sa trajectoire est droite, impeccable. La force sort du silence et va directement à son but, casser tout ce qui ne va pas, défricher ce qui est encombrant, pacifier ce qui a besoin de calme. De façon invisible sans que même l’individu en ait conscience, ce rayon laser œuvre, parce que ce rayon est intelligent. C’est comme une entité qui n’a pas besoin qu’on lui dise ce qu’elle doit faire, car elle vient du Maître qui l’a programmée pour un travail bien précis.

C’est pourquoi, les disciples qui travaillent dans un axe authentique, alignés avec la force, n’ont pas besoin de prévoir ce que seront leurs actions, ce que sera leur rayonnement, ou ce qu’ils devront faire. Le mouvement les devance.

On croit que les choses viennent se présenter au disciple, mais en fait, les choses attendent que le disciple arrive. Il y a donc cette énergie qui sort du silence, qui passe par le disciple, qui sort du disciple et qui va directement à son but. Et le disciple essaie de rattraper cette énergie qui est sortie de lui, et qui déjà partout commence à faire des remous et le disciple se demande ce qu’il se passe, comment il va pouvoir faire, comment il va réagir.

Il ne faut pas qu’il se pose ces questions. L’énergie ayant déjà tracé le chemin au fur et à mesure, le disciple va donc automatiquement rencontrer les étapes. La plupart des personnes qui ont une action dans le monde ne fabriquent pas leur destin, c’est leur destin qui les attend. À partir du moment où ces personnes se sont alignées une fois en tant qu’axe de force, le plan s’est déjà déroulé et a déjà préparé partout sournoisement tout ce qu’il faut, et les événements attendent que le disciple arrive à l’endroit de l’événement.

C’est pourquoi, dans de nombreux cas, le plan, si bien préparé sombre. Ce n’est pas parce que le disciple est très fort, c’est parce que l’énergie avec laquelle il a réussi à s’aligner est très performante, et elle n’aura fait qu’attendre que le disciple arrive.

Donc pour celui qui veut servir, il faut qu’il comprenne, s’il est véritablement en train de servir ou s’il est en train de rêver et de fantasmer avec sa substance mentale. Lorsqu’il se rend compte de cela et qu’il fait le ménage, qu’il décide donc d’être un être concret et de porter l’idéal de façon fertile, il faut qu’il s’aligne avec la force, et qu’il soit cette force.