Skip to content

Les 7 planètes sacrées



Psychologie Cosmique

07-11-87 1/4


Les 7 planètes, nommées sacrées par A. Bailey,
sont-elles le siège des Elohims?

Est-il possible, en occident, d’aller vers les forces cosmiques
sans passer par Jésus-Christ?

Le gardien du seuil.

Différence entre télépathie mentale et du plexus solaire.
Que penser des voyages en corps astral?


Question :

Les 7 planètes, nommées sacrées par Alice Baylet, sont-elles vraiment le siège des Élohims et de leurs hiérarchies ? Qu’elles sont les correspondances dans le microcosme, c’est-à-dire dans les chakras ? Quelle couleur ? Quel son ?

Vous me parlez des planètes et des Élohims, des chakras, des correspondances, du microcosme, du macrocosme et de toutes les entités qui y vivent.
Si l’on considère le chakra dans le corps de l’homme, il faut considérer que la planète est elle-même un chakra dans le corps d’une autre entité beaucoup plus grande.


Si chaque planète représente un chakra dans le corps d’une entité, qu’en est-il des créatures qui vivent soit sur les planètes en question, soit comme une hiérarchie d’une planète ?
Elles sont les globules de ces chakras, les globules évolutifs de l’entité dont justement la planète peut être le chakra ou un organe fonctionnant par l’énergie cosmique, et il en est de même dans le corps de l’être humain. De la même manière que vous avez des cellules dans le sang, dans la composition des muscles, du cerveau, dans votre dimension humaine, vous représentez la cellule de quelqu’un et de quelque chose de plus grand que vous. De même, cet être dont vous composez la cellule, ne représente qu’une cellule à l’intérieur d’un être encore plus grand que lui, qu’il n’arrive pas à imaginer, ou du moins, qu’il a autant de mal à imaginer que vous en avez pour imaginer celui dans lequel vous êtes une cellule, ou un organe.

Pourquoi une cellule ou un organe ?

Tout dépend de votre envergure spirituelle et de votre capacité à recevoir l’énergie cosmique. Pour l’individu qui fait partie de la masse triviale et tout à fait ordinaire bien sûr, il ne sera qu’une cellule de l’entité cosmique. Par contre dès qu’il va commencer en entrer sur le chemin spirituel, et dans la voix des études ésotériques, à ce moment-là, il devient un pôle de rayonnement, il devient un organe agissant. Il capte et il rayonne.

Autrement dit, pour imaginer à votre dimension la petite cellule qui existait dans le sang, elle est capable de devenir le foie, l’estomac, la rate, ou le poumon. Donc vous comprenez à quel point son poste devient important, elle devient un organe majeur capable d’engendrer la santé, une vie longue, ou la mort d’un individu.


Il en est de même avec tous les disciples, qu’ils commencent ou qu’ils soient déjà loin sur le chemin, ils deviennent quelque part un organe de la hiérarchie, donc un organe des Maîtres. Mais je préfère vous habituer à un concept différent, et à la place de hiérarchie, je voudrais que vous soyez habitués à comprendre : précipitation des énergies.

Bien que cela soit facile pour votre mental, je voudrais retirer de votre esprit toutes les idées que vous pouvez avoir à propos des Maîtres, ou même des guides et des bienfaiteurs de l’humanité.
Je ne veux pas enlever toute image de votre esprit, car ce qui est réel vous devez le connaître. Si tel Maître est à l’origine de tel mouvement, vous devez le connaître et en être conscient. Par contre, vous ne devez pas agir par rapport à tel Maître, vous ne devez pas faire vos méditations par rapport à tel Maître, à moins que vous sachiez véritablement que cela est votre voie. On ne doit pas s’accrocher à un Maître comme l’on s’accroche à un égrégore. Si vous vous accrochez au nom du Maître, dans l’esprit de vous accrocher à son énergie, alors oui, vous avez raison, mais uniquement dans ce sens-là.

Donc plutôt que hiérarchie et collège d’êtres invisibles, je préfère que vous imaginiez des précipitations d’énergie, manipulées par les Maîtres certes, mais qui sont comme vous pouvez l’être, les instruments des énergies qu’ils précipitent. Sans les Maîtres l’énergie ne pourrait pas être précipitée, et sans l’énergie, le Maître n’existerait pas. Il existerait pour lui-même, mais ne serait en aucun moment de sa vie occulte rendu visible, et n’aurait aucune incidence dans l’évolution de la planète.

Donc si le Maître est connu, c’est avant tout parce qu’un plus grand que lui existe et c’est l’énergie de Dieu, donc rien ne sert de se focaliser sur un Maître. Certes, lorsque vous sentez au fond de vous la connexion avec un Maître, soyez avec lui comme le disciple doit l’être vis-à-vis d’un Maître. Mais tant que cela n’arrive pas dans votre cœur, alors joignez-vous tout simplement au St. Esprit, ou si vous préférez à l’énergie. Et ainsi vous serez plus juste dans votre démarche.

J’insiste, tout simplement parce qu’il est capital pour un disciple d’arracher la moindre désillusion. Si vous êtes proche d’obtenir une initiation, ou d’accomplir un avancement, s’il existe en vous une simple, une toute petite racine d’illusion, qui implique une démarche légèrement erronée, eh bien, vous devrez subir une épreuve, vous allez perdre du temps et vous allez vous essouffler. Alors que, si en vous, votre grand souci est d’être clair, pur, et dénué de toute illusion, vous pourrez aller à votre rythme certes, jamais plus vite que votre rythme, mais vous pourrez éviter de perdre tout ce temps, et surtout de vous essouffler dans une multitude de petites épreuves, qui souvent perdent le disciple.

Mais revenons à nos planètes.
Lorsque l’on me demande, si les planètes sont les sièges, ou les palais vivants des Élohims, il faut rappeler que, Élohim est un nom générique comme je l’ai déjà dit si souvent. C’est-à-dire que les Élohims sont avant tout des entités cosmiques. Lorsque l’on nomme Élohims, archanges, ou d’autres noms, c’est toujours en fait la même vibration de base, autrement dit, la même force directrice de l’univers et d’une humanité en formation ou en évolution.

De la même façon qu’existent les sept rayons, il existe sept entités qui canalisent ces rayons. Car comme je viens de vous le dire, pour les Maîtres il n’existe pas d’entité sans une énergie, comme vous n’existez pas sans votre âme. C’est l’énergie qui vous fait vivre, c’est votre rayon de vie.

De la même manière, pour imaginer la vie intérieure et extérieure de ces entités, il faut comprendre qu’elles ne sont pas véritablement quelque chose d’individuel, d’indépendant, ou qui se rapproche de votre vie intérieure, même dans les plus hauts plans spirituels. Il faut comprendre qu’elles sont avant tout, comme des morceaux d’énergie qui auraient été canalisés, limités, pour être focalisés sur un point précis d’évolution, comme une humanité, ou un système solaire en évolution.

Donc imaginez un océan immense d’énergie, comme peut l’être l’esprit de Dieu ou du logos cosmique si vous préférez. Imaginez cette énergie qui soit sans limite et sans prédestination, sans détermination et surtout sans sectarisme, sans individualisation. Maintenant pour accomplir l’œuvre de la création, imaginez que cette énergie soit sectionnée en plusieurs canaux, et vous comprenez pourquoi, tout en étant archange, Élohim ou autre chose, ces entités, tout en étant individuelles, ne sont en fait, qu’un seul et même être lorsqu’on les réunit ; le Dieu suprême, ou le logos cosmique si vous préférez.

Mais ce qu’il faut comprendre, c’est que le fait de l’avoir sectionnée en canaux spécifiques, cette énergie immense donne une individualité approximative à ces entités. C’est ce qu’on appelle le phénomène des aspects de Dieu. Et lorsque vous êtes face à un aspect de Dieu, vous êtes aussi bien face à une individualité, qu’à Dieu lui-même.

Ce n’est pas un grand moment d’abstraction que je vous demande, car en fait c’est simple. Lorsque vous comprenez que la source unique se divise en plusieurs ruisseaux, et que même si vous buvez l’eau du ruisseau X ou Z, vous buvez quand même l’eau qui vient avant tout de la source unique.

Ces êtres sont des gorges qui permettent aux rayons, à la force, à l’énergie de descendre jusque dans la matière, et sur une humanité. Donc c’est par nécessité en quelque sorte que ces êtres existent, et non pas parce que Dieu les aurait créés avant vous. C’est parce que vous existiez, qu’eux, comme par répercussion, ont été obligés de s’individualiser. Ce qui ne veut pas dire que vous avez été créés avant eux, absolument pas.

Tout se fait à peu près dans le même laps de temps, si je peux parler de temps dans ce commentaire-là, disons qu’il y a nécessité, même s’il n’y a pas extériorisation, manifestation. Un plan, lorsqu’il est déterminé sur le plan du mental cosmique, connaît déjà les nécessités de son propre plan, il connaît les détails de son propre développement, et c’est le fait de la nécessité, qui fait paraître devoir créer en premier les grands êtres et ensuite les petits. Mais en fait, la nécessité étant elle-même et avant tout déterminante, vous êtes précréés avant que soient créés ou plutôt manifestés les grands aspects de Dieu, les grandes entités cosmiques.
Alors maintenant expliquons la question.

Pourquoi les planètes servent de siège à ces grands archanges de l’univers ou aux Élohims ?

Lorsque l’on observe les Élohims du point de vue cosmique et uniquement cosmique, donc dans leurs dimensions complètement invisibles et occultes, on s’aperçoit qu’ils n’ont pas de siège sur le plan physique, ils sont tout simplement reliés comme des soleils entre eux, je dirais comme des dimensions entre eux, comme des sphères. Et du point de vue occulte, leurs sphères ne leur permettraient pas d’atteindre le plan physique, s’ils n’envoyaient pas une part d’eux-mêmes se précipiter en des points précis qui leur correspondent, jusque sur un système solaire. Ce qui fait qu’une planète n’est pas le corps véritable d’un Élohim, n’est pas véritablement l’habitat d’un Élohim, mais la projection d’un Élohim.

Que vous preniez la planète saturne, Jupiter ou Neptune et que vous cherchiez, même par projection astrale pour être sûr de pouvoir rencontrer l’invisible dans sa dimension occulte, vous ne trouverez pas un Élohim. Vous rencontrerez les guides de sa hiérarchie, les esprits de la planète, ceux qu’utilisent les magiciens ou ceux qu’utilisent certains occultistes pendant les rituels.

Lorsqu’ils font ouverture sur une planète, en fait ils s’attachent, puisque dans le rituel il s’agit bien de cela, s’attacher par invocation à une hiérarchie. Et c’est pour cela que, souvent à l’intérieur d’un rituel, il est impossible selon les officiants d’atteindre l’entité que l’on veut atteindre, parce que c’est avant tout la hiérarchie de la planète en question, de la force en question qui descend.

Et ainsi, si les officiants ne sont pas prêts, on en reste à la communion avec cette hiérarchie. Par contre si les officiants sont prêts, alors la hiérarchie se tapit au sol, comme un dallage invisible, et elle dégage à leur tour des encens, des fumées, des sons, elle vient consolider, compléter un rituel, qui ne se passe que sur un plan physique et qui n’a pas assez d’instruments, ni de force pour pouvoir appeler la véritable entité cosmique.

Alors, par nécessité, puisque l’officiant va pouvoir contenir la vibration, la hiérarchie de la planète en question compose le sol et cette fois-ci le sol occulte. C’est pour cela qu’il est demandé dans des chambres spéciales où l’on pratique ces rituels de mettre après le dallage une couche de sable ou une couche de cristaux pilés. Beaucoup imaginent que c’est pour isoler, ou pour neutraliser ceci ou cela. Mais en fait, sur un plan occulte, c’est de permettre à ces entités de compléter le sol occulte.

Pourquoi est-il si important de compléter le sol occulte pendant un rituel, ou un appel magique ?

Parce que c’est sur le sol que repose l’édification, et que l’on ne peut rien bâtir si le sol, si donc la racine, n’est pas solide. La racine c’est quoi ? La racine c’est la coupe qui va recevoir, comme pendant la messe, c’est la coupe dans laquelle on mélange le sang du Christ avec l’hostie pour créer une communion, une alchimie.

De la même manière, dans le rituel, ce qui représente la coupe de la messe, c’est tout le sol occulte, non pas le sol où vous posez vos pieds, mais le sol vibratoire qui se glisse sous vos pieds, et qui s’infiltre par les chakras se situant sous la plante de vos pieds, pour fortifier votre énergie. Parce que si l’énergie n’entre pas en vous, pour augmenter votre taux vibratoire, l’entité que vous convoquez ne peut pas venir, même en oubliant toutes les lois, si elle vient, elle vous détruit instantanément.

Donc, lorsque vous invoquer que ce soit par le rituel, par des formules magiques, ou tout simplement par l’ouverture du cœur et votre capacité psychique, lorsque vous vous branchez, que ce soit pendant la prière, la méditation, un acte magique, un rituel ou la messe, vous vous branchez obligatoirement sur un rayon, sur une source d’énergie, donc sur une planète.

Généralement, dans les rituels de haut degré, il s’agit toujours de se brancher sur le soleil, et dans la mesure où les officiants n’ont pas la capacité vibratoire de recevoir le soleil, l’énergie solaire dévie la cellule des officiants sur une autre planète. Si vous ne pouvez pas recevoir le soleil, à coup sûr, vous ne pourrez pas contenir Neptune, alors généralement, toute la salle est déviée en direction de Jupiter, car, c’est la planète, la hiérarchie, qui permet le mieux de toucher l’humanité. Et c’est pour cela, que le Maître est souvent déterminé par la planète Jupiter.

On peut remarquer dans les thèmes astrologiques, que souvent celui qui est capable non seulement de corriger l’humanité, mais aussi de la diriger et de la marquer, a souvent un Jupiter fort bien installé, en tout cas, qui va le faire travailler au maximum dans ses vibrations propres. Parce que c’est la planète qui permet de faire le lien avec l’humain et le surhumain. Neptune fait déjà parti du surhumain, le soleil aussi. Jupiter est en quelque sort le médian qui va permettre de faire le lien entre les deux, et le Maître, est justement souvent inspecté par Jupiter.

Mais revenons à nos Élohims et nos planètes.

Lorsque je dis qu’une planète est avant tout la projection de l’Élohim, il faut comprendre, que les archanges que vous connaissez, que vous dénommez aussi Élohims, sont avant tout des entités cosmiques, des aspects du logos cosmique.
Si vous ne pouvez pas contempler le logos cosmique, s’il est innommable comme disent certains, vous pensez bien que même ses aspects ne peuvent pas être contemplés.

Par contre, vous pourrez contempler à coup sûr la projection de l’aspect. C’est ce qui se passe avec la projection vibratoire des planètes, et qu’un être avisé, sait reconnaître l’âme d’un individu dans son ciel astrologique comme vous dites, bien qu’à l’heure actuelle, cela ne soit possible, déterminé et déterminant qu’à 50 %.

Tout cela parce que l’individu n’a pas encore l’œil pour le voir. Je ne parle pas d’intelligence, je ne parle pas d’antenne psychique capable de capter, je ne parle pas d’un pouvoir capable de regarder dans l’âme de l’individu pour la contempler, je parle de l’œil qui manque pour voir véritablement la planète se cachant derrière chaque planète. Et cela ne dépend pas d’une science, cela ne dépend pas d’une tradition, cela dépend véritablement de l’œil. C’est-à-dire que vous n’avez pas quelque chose à connaître, qui vous serait transmis par le Maître. Si vous n’avez pas l’œil suffisamment ouvert pour voir par transparence la planète, vous n’arriverez pas à déterminer véritablement, ce que l’on appelle le thème de l’âme, ou rechercher le niveau initiatique d’un individu grâce à son ciel de naissance.

Qu’est-ce que je veux dire par regarder les planètes par transparence ?

Si vous regardez avec votre œil physique, avec votre science, avec vos données actuelles, avec votre connaissance, vous serez tout simplement un produit de la tradition et de l’astronomie. Or, ce que vous apprenez de par la tradition et l’astronomie ne représente que 10 % de ce qu’est la planète . Pour véritablement sentir, connaître une planète, il faut avoir développé l’œil de l’intelligence. Et là, je vais devoir encore une fois faire un petit écart à propos de l’œil.

Celui que vous appeler le troisième œil, et que vous considérez comme suffisant pour les projections astrales, regarder les auras, regarder le monde invisible, lorsqu’il est en exercice uniquement pour ces propos-là, ne vit qu’à 40, 50 % au maximum de son activité véritable.

En fait à quoi sert le troisième œil ?

Il ne sert pas à voir dans l’astral, il ne sert pas à voir dans les annales, il ne sert pas à voir l’aura. Bien sûr, dans un premier temps, ce sont les manifestations qu’il sera capable de contempler. Mais avant tout, il a été créé et il est en vous comme un instrument de découverte. Dans son exercice, dans la capacité à découvrir le vrai, il est pareil et comparable à vos télescopes. Sauf que, lorsque vous regardez quelque chose dans un télescope, vous n’en avez pas l’intelligence, vous en avez l’image, mais pas l’intelligence. Ainsi si vous regardez une planète au travers d’un télescope, vous allez pouvoir regarder ces vallées, ces montagnes, ces nuages etc. mais vous n’allez pas avoir ou sentir l’intelligence de la planète.

Or par le télescope que constitue le troisième œil, non seulement vous allez avoir la même vision rapprochée de la planète, mais en plus, vous allez recevoir l’intelligence de la planète. Et c’est pour cela, que sur un plan tout à fait astral, lorsque vous pouvez voir les couleurs de l’aura, non seulement vous voyez l’aura, mais vous sentez l’individu tel qu’il est à cause de sa couleur.

Donc, le troisième œil permet la vision et l’entendement de la vision, et c’est cela le point important. Tout le monde s’arrête à la vision. Faux. Une fois que vous avez la vision, cela veut dire que vous pouvez commencer à travailler le troisième œil, vous devez travailler l’entendement que permet cet organe spirituel.

De quelle manière ?

C’est très simple, il vous suffit de fixer complètement et totalement le son. Par le troisième œil, on a l’habitude de fixer des images, des symboles, des couleurs, pour fusionner avec un égrégore, un Maître etc. Or dès que le troisième œil commence à fonctionner, il faut se retirer du monde phénoménal des images, des couleurs, pour se fixer complètement sur le son. C’est le son qui va lui permettre d’accomplir l’évolution supérieure.

Le son en question est un I très aigu. Pour ceux qui ont déjà la capacité de voir l’aura ou de voir des formes subtiles, en méditation, il faut qu’en même temps que vous vous fixiez sur le troisième œil, que vous entendiez, que vous formuliez dans votre tête, le son I de la manière la plus aiguë que vous pouvez imaginer, sans le prononcer, simplement en le pensant. Et vous verrez que, votre méditation s’en trouvera renforcée.

Pour beaucoup de gens, en méditation, il arrive des pertes de concentration. Or en vous fixant sur un son, vous êtes obligés de développer une concentration absolue que rien ne saura détourner, parce que plusieurs organes sont occupés à la fois. Même si vous ne prononcez aucun son, vous êtes obligés d’occuper facultativement les oreilles, car subtilement, psychiquement, vous allez être obligés d’entendre le son.
Puis vous allez être obligés de faire fonctionner le plan mental, le plan mental inférieur, celui de la pensée, puisqu’il va falloir vous concentrer pour produire, penser au son, et aussi les organes des yeux qui devront se concentrer absolument en direction du troisième œil. Ainsi la concentration que vous développez est absolue. Par cette concentration absolue, vous pouvez arriver à découvrir le plan supérieur qu’accorde le troisième œil, donc l’entendement en même temps que la vision. C’est par là que le Maître agit, ce n’est pas avec autre chose.

Lorsque Jésus dit à son disciple : « va aux portes de Jérusalem, un âne m’attend là-bas, tu me le rapportes ». Est-ce que Jésus est un clairvoyant ? non. Mais l’envergure de son entendement est telle, l’envergure de son troisième œil est telle, que partout où il pose sa conscience, il en a la vision et l’entendement. Il suffit qu’il pense à Jérusalem, pour qu’il voie ce qui l’attend à Jérusalem, l’âne qui lui permettra d’entrer, et la mort qui l’attend aussi.

Lorsque vous pourrez avoir ce degré de vision, alors vous pourrez voir véritablement à l’intérieur de la vie même. C’est-à-dire que vous pourrez pénétrer la cellule et connaître son intelligence, connaître son plan, sa détermination, sa fonction. C’est par là qu’un disciple arrive à incorporer le plan des Maîtres et pas autrement.

Pour effectuer quelque chose, il faut pouvoir comprendre ce quelque chose, afin de le tenir, comme le marin tient le gouvernail entre ses mains. S’il ne peut pas le tenir, le bateau va aller forcément dans n’importe quelle direction. La capacité du disciple doit être celle-là, connaître le cap, connaître son navire et de maintenir le cap.

Mais revenons à nos Élohims et aux planètes.

Ce qu’il faut savoir encore à propos de la projection des Élohims à l’intérieur des planètes, c’est que les Élohims occupent chacune des planètes, tout simplement par l’activation du feu interne de la planète.
Lorsque vous vous projetez, ne serait-ce qu’astralement sur une planète dans l’espoir d’y rencontrer l’Élohim qui préside la planète et toute sa hiérarchie, comme je vous l’ai dit tout à l’heure, sur le plan astral, vous ne les rencontrerez pas, car ils n’y habitent pas vraiment.

Par contre si vous montez dans les sphères supérieures, vous les rencontrerez, et ces sphères supérieures ont comme terminaison la planète en question. Ce qui permet le mieux à l’intérieur de la planète de recevoir la projection psychique, mentale, spirituelle, vibratoire des Élohims et de leurs hiérarchies, c’est justement le feu interne de la planète, qui va ensuite déterminer son volume, sa masse, sa chaleur, sa couleur, son influence astrologique.

Ce qui fait, que lorsque les astrologues veulent étudier des thèmes astrologiques, s’ils veulent être véritablement propres dans les termes, ils ne doivent plus considérer la planète Jupiter, Saturne, ou Mercure, mais en fait leur rayon, et au-delà du rayon, l’Élohim ou le Koumara qui le préside. Ainsi, ils sauront véritablement déterminer le chemin initiatique de l’individu, au lieu de lui dire attention à ceci, attention à cela.

Forcément les choses du plan physique comptent aussi, et elles sont déterminées aussi. Mais pour quelqu’un qui veut avancer et conseiller de manière initiatique, il lui faut considérer le rayon de la planète. Pour beaucoup, vous connaissez déjà le rayon un, le deux, le trois, celui donc, de la volonté, de l’amour sagesse, de l’intelligence active, ainsi que tous les autres sous-rayons bien connus maintenant. Lorsque l’on arrive à déterminer le rayon de la planète, en considérant les aspects que font les autres planètes avec cette planète-là, on peut conclure immédiatement qu’elle va être l’épreuve initiatique de l’individu, ou bien ce qu’il doit comprendre, là où il doit être éprouvé, ce qu’il doit abandonner, en quoi il doit se détacher et ceci plus par rapport au rayon.

Pourquoi j’insiste sur le rayon ?

Parce que, tout simplement, à l’heure actuelle, beaucoup d’astrologues disent pouvoir faire des thèmes initiatiques en considérant l’aspect psychique de la planète. C’est vrai que c’est déjà un plan supérieur à l’astrologie, qui se répand de plus en plus dans les rues d’aujourd’hui.

Pourtant, cela n’est pas tout, il faut avant tout considérer le rayon, donc dépasser même le caractère psychique d’une planète. En considérant le rayon, on sait quels seront les aspects que va projeter ce rayon sur un plan psychique, initiatique et même physique. Et lorsque les astrologues feront des thèmes astrologiques d’après les rayons, toute l’astrologie changera.

À l’heure actuelle il y a beaucoup d’astrologues de bonne volonté, qui essayent d’aller plus loin, pour découvrir beaucoup plus à propos de l’âme et des énergies, mais ils sont comme bloqués, comme paralysés, parce qu’il faut enfin comprendre et mélanger à la tradition les rayons.

Alors vous allez me dire, que les rayons, de toute manière, sont très vite déterminés, et que lorsqu’on en prend connaissance, on s’aperçoit que leur nature se résume chaque fois à quelques mots. C’est vrai, mais là, est le travail de chaque disciple astrologue, savoir trouver l’ouverture de ces mots, et de comprendre ce que vibratoirement, énergétiquement, cela implique.

Que dire encore à propos des planètes et des Élohims, sinon que, du fait que
l’Élohim se projette dans la planète, et que sa vibration est contenue dans le feu intérieur, sitôt qu’un individu est capable de se mettre en connexion avec le feu intérieur d’une planète, il a accès à l’Élohim, pas avant.

Qu’est ce que j’entends par feu intérieur ?

Tout simplement la vibration de base, donc la vibration de vie. De la même manière que le cœur, en vous, est positionné à l’intérieur de votre corps, la vibration de vie d’une planète est positionnée au centre de la planète, comme le soleil dans votre univers. Non pas en tant que magma, en tant que lave, mais en tant que soleil véritable.

Si l’on faisait une coupe transversale d’une planète, on s’apercevrait qu’il y aurait son écorce avec les différents composants terrestres, gazeux ou autres, et au centre on s’attendrait à rencontrer du feu, un feu bien physique. Il n’en est rien. Il y a au contraire à ce niveau-là un degré vibratoire de plus en plus intense. C’est-à-dire que chaque planète est en fait un soleil qui c’est peu à peu refroidi, et le fait de se refroidir lui a créé une densité. Le soleil que vous connaissez, qui fait partie de votre système, qui est le père de votre système à l’heure actuelle, n’a aucune densité. Il émet avant tout un rayonnement, des vibrations, il émet une énergie.

Lorsque l’on prend les énergies des soleils qui sont destinés pour concrétiser des planètes, il faut attendre un certain temps, un certain cycle, un certain nombre de tours à l’intérieur de l’univers, pour que ce feu, ce soleil, commence à se refroidir, et ceci non pas parce que son feu peut être refroidi, mais parce que l’ordre lui en est donné. Et c’est à ce moment-là que le rayonnement spirituel de ce petit soleil finit par descendre en vibration et concrétiser des atomes capables de former de la matière, une couche terrestre etc.

C’est pour cela que toute entité réside au cœur de la planète, parce que c’est le seul endroit où réside encore le soleil spirituel de la planète, la dimension spirituelle de la planète. C’est pour cela qu’au fil des traditions, il y a toujours le mythe du roi endormi au cœur de la sphère. Ce n’est pas un mythe, c’est une réalité. Mais il ne faut pas descendre avec des sacs à dos, et des chaussures de montagne en espérant découvrir le logos planétaire. Aucun chemin ne mène à cette civilisation. Même s’il existe des portes, il s’agit de portes qui mènent à une autre dimension.

De la même manière que si vous voulez physiquement aller voir ce qui se passe sur le soleil, vous n’y arriverez pas, même sans considérer la puissance de ses feux. Par contre si vous y allez spirituellement, alors oui, vous allez y rencontrer le peuple du soleil. Chaque fois que vous approchez un point de lumière, cela veut dire que la civilisation qui vit sur ce point de lumière, si elle ne peut émettre que du rayonnement, veut dire qu’elle est déjà dans une sphère spirituelle.

Lorsque vous considérez des planètes qui ont des croûtes terrestres, vous pouvez être sûr, qu’elles ont eu, qu’elles ont, ou qu’elles vont avoir des humanités physiques, tandis que celles qui ne sont qu’énergie, abritent des civilisations déjà montées dans la quatrième, la cinquième, voir même la sixième dimension comme c’est le cas pour le soleil.

Qu’est-ce que j’entends par sixième dimension ?

J’entends tout simplement le plan spirituel le plus élevé venant de la hiérarchie terrestre accessible à l’être humain. Lorsque vous voulez communier avec l’Élohim d’une planète, il vous faut tout simplement et naturellement vous rendre dans les lieux où l’on appelle les archanges pour la communion, que ce soit par l’intermédiaire de la messe, les rituels des francs maçons, les rituels des autres obédiences issues de la franc-maçonnerie, ou certains rituels issus mêmes d’autres religions venues d’autres pays, comme certaines religions issues du bouddhisme, ou du zen, tout ce qui justement fait appel à une énergie extérieure.

Toutes les religions ou tous les mouvements qui axent la démarche de l’individu sur une prise de position personnelle, une attitude du corps par exemple etc. tous ces mouvements ne font pas appel aux planètes. Par contre, dès qu’il y a invocation, dès qu’il y a convocation, dès qu’il y a formule magique, mantra, ou prière, il y a connexion avec le cosmos, et vous pouvez être sûr, dans la mesure de votre propre disposition et les dispositions des officiants qui vous entourent, de pouvoir rencontrer cette énergie.

Cela n’est pas du tout une irréalité, un leurre. C’est ce qui arrive le plus naturellement du monde, quand les hommes veulent bien faire l’effort de s’entendre entre eux, de faire l’effort du travail dans un but désintéressé, simplement pour la lumière, pour un acte d’évolution collectif, qui va servir à la collectivité, à l’aura de la terre, plus que pour avoir le plaisir soi-même de rencontrer l’ange. L’ange ne se déplace que dans la mesure où il y a des bénédictions à donner à foison.

Lorsque c’est un officiant solitaire qui l’appelle pour qu’il lui éveille un chakra, qu’il lui dise l’avenir, ou l’aider à consolider son mouvement, l’ange vient certes, puisqu’il est convoqué et qu’il ne peut pas faire autrement, car telle est la loi, il doit venir quand l’homme appelle. Mais lorsqu’il vient, il est triste, et il est très content de repartir, et dans la mesure où il veut partir trop vite, alors quelques fois, il oublie de compléter les protections qu’il doit donner à l’officiant.

C’est à ce moment-là, où l’officiant doit lui-même compenser, en menant une vie absolument désintéressée sans faux pas, sinon, toutes les énergies se retournent contre lui.

Au contraire, si les officiants font un rituel pour le bien collectif, à ce moment-là non seulement l’ange vient avec plaisir, mais il vient avec tous les autres anges, ou tous les autres Élohims si vous préférez, parce qu’il y a nécessité, il y a un bien pour l’humanité.

C’est le problème dans la démarche de l’occultiste solitaire et de l’être fraternel qui met l’occultisme à la disposition du peuple, car il faut que le disciple en ait la force, et surtout, qu’il donne l’exemple à ce peuple, comment devenir le meilleur des occultistes pour que la connexion, pour que la communion avec l’ange, l’archange, et l’homme soit une réalité de tous les jours, comme existe la communion entre l’oiseau qui passe et l’homme qui le regarde à la fenêtre. Ce n’est pas parce que les hommes et les anges vivent dans des dimensions différentes, que vous devez vivre séparément. C’est là la grande douleur de l’humanité.

Les dimensions ne sont pas des espaces. Les dimensions ont la différence d’un cheveu, qui est l’intention du cœur, pas plus. Quel que soit le degré de votre évolution, si l’intention du cœur est juste, il n’y a plus de barrage dans les dimensions. Vous pouvez être sur la terre et en même temps sur le plan spirituel. Vous pouvez en même temps, vous délecter des énergies du Bouddha, des énergies christiques, ou des énergies de l’ashram d’un Maître, tout en vivant sur un plan physique conscient des deux à la fois, et en permettant aux énergies que vous récoltez sur votre plan spirituel de venir sur un plan physique.

D’où l’importance que chaque disciple, que chaque homme de bonne volonté, comprenne une bonne fois pour toutes, que dans le chemin spirituel, il n’est pas seul à s’accomplir, et que lorsqu’il s’accomplit, il doit immédiatement donner, de peur qu’il n’ait rien compris, et que l’énergie s’endorme.

Lorsque vous avez acquis, vous devez donner. Naturellement vous devez, comme je l’ai dit mille fois, être précis et être lucide dans votre démarche, dans le don que vous faites. Mais vous devez donner, ne serait-ce qu’invisiblement, je ne dis pas d’ameuter les gens, d’ameuter les foules, ou de forcer les gens à croire, ou à parler avec vous.

Un disciple, qui commence à se réveiller comme tel, doit prendre conscience de ce fonctionnement. Et c’est pour cela qu’il est capital qu’il se mette à l’œuvre même si c’est d’une manière invisible, qu’il doit prier pour la paix dans le monde, qu’il doit rayonner l’énergie, qu’il capte depuis l’ashram, sur les malades sur les gens qui ont des problèmes d’évolution, sur l’organisation des affaires mondiales.

Tout le monde vient me réclamer une utilité à leur vie, on me demande que dois-je faire pour être utile, ou comment dois-je évoluer, comment dois-je faire ceci, comment décider cela ?

Forcément il y a des choix déterminants dans la vie, mais ce qui compte avant tout, c’est d’agir déjà comme si ces choix étaient faits, de vous positionner dans le territoire de la lumière, même si vous savez qu’il vous faut faire encore certaines démarches pour y être totalement. Positionnez-vous déjà complètement dans le territoire de la lumière, et ainsi étant positionné, ce qui traîne, donc votre personnalité, va obligatoirement trouver le chemin.

Votre âme étant déjà dans le territoire de la lumière, comme un élastique qui a été tendu, sa personnalité va revenir à elle, et n’aura pas besoin de chercher, ou de se demander quoi que ce soit. Le simple fait de l’attraction va exercer le phénomène de retour, donc, tout aura été compris.
Lorsqu’un être vit de par son âme, c’est l’âme qui de par la loi d’attraction fait suivre à sa personnalité le chemin sur la terre. Si un être ne vit que de par sa personnalité, alors c’est la terre qui, de par la loi d’attraction, exerce sur la personnalité une attraction descendante.

C’est pour cela que les individus de peu d’évolution, ne font que des choses animales ou proches de l’animalité, parce qu’ils ne sont attirés que par l’instinct de la nature, la loi primaire de la nature. La loi d’attraction, pour eux, s’exerce vers le bas. Si l’individu commence à se positionner dans un neutre, il commence donc à se douter du ciel et à avoir de bonnes intentions, alors il faut peu de temps pour que la loi d’attraction s’exerce depuis le haut, donc depuis son âme et plus depuis la nature.

Lorsque vous vivez dans votre personnalité, vous n’êtes pas un être humain, vous êtes un rejeton de la nature, et c’est pour cela que la nature exerce sur vous son attraction. Lorsque vous vivez de par la spiritualité, vous n’êtes plus un rejeton de la nature, vous devenez un rejeton du ciel, et à ce moment-là, tout ce qui est ciel en vous, exerce son attraction et vous reprend.

C’est pour cela que j’ai dit mille fois, choisissez votre camp, choisissez votre royaume, choisissez votre domaine, car là, où vous vous serez posés avec détermination, personne, même pas le diable, le plus corné qui soit, ne pourra venir vous en chasser, vous prendre, ou vous séduire.

C’est pour cela que j’insiste si souvent sur la détermination des disciples, sur une détermination plus vrai qu’un simple élan vague, ou une recherche un peu comateuse. Il y a, avant tout, la détermination de la volonté, et la volonté, c’est ce qui différencie le disciple du profane.

Qu’est-ce que la volonté spirituelle ?
Vous êtes curieux à propos des Élohims. Eh bien, les Élohims travaillent justement avec ce rayon, la volonté.
De quelle manière ?
Lorsqu’il y a un plan à concrétiser, à soutenir, à développer, vous pensez bien que cela n’est pas l’affaire que d’un seul rayon, ou que de l’intention, de l’amour, de l’art, de la science, c’est avant tout et d’après sa racine, l’intention de la volonté que le monde soit. Ensuite, de part cette volonté que le monde soit, tous les autres aspects, comme par miracle, peuvent avoir lieu, s’ouvrir, s’épanouir. Mais le rayon de base, c’est la volonté.

Donc, un disciple qui n’a pas découvert sa volonté spirituelle, sera toujours un petit navire qui ira de port en port, en cherchant le meilleur courant, en pêchant à droite en pêchant à gauche, et, en n’étant jamais content de ses poissons.

Pour éviter cela, il doit déterminer son royaume, et cela ne veut pas dire trouver son Maître, trouver sa voie, trouver sa technique de méditation. Toutes ces choses-là viennent de surcroît lorsque vous vous déterminez. Alors, peut-être, allez-vous être étonnés de constater que, finalement, d’après ce que je dis, vous n’êtes pas encore tout à fait déterminés. C’est parce que ce qui réside en vous, est davantage en appel, davantage une démarche de la personnalité, que la volonté indestructible et incontournable de l’âme de s’accomplir.

Tant que vous n’êtes pas centrés dans cette volonté absolue de l’âme, vous allez chercher votre Maître, vous allez chercher votre technique de méditation, votre égrégore, votre groupe, votre livre préféré etc. Si vous vous déterminez dans la volonté spirituelle, toutes ces choses vont venir vers vous, automatiquement.

Qu’est-ce que la volonté spirituelle, pour que vous puissiez véritablement en avoir un vécu intérieur, la sentir, la déclencher, et vous positionner dans le ciel ?

Si vous voulez connaître votre volonté spirituelle, ayez toujours recours à des manières simples.
Asseyez-vous face à un miroir, de manière à vous voir au moins jusqu’au buste, et regardez-vous profondément dans les yeux, sans juger votre nez, la couleur de vos cheveux, si vous êtes beau, belle ou pas. Regardez-vous dans les yeux, sans vouloir entrer avec force en vous-même, mais plutôt avec passivité, vous révéler à vous-même.
C’est un exercice simple, qui ne réclame rien de particulier, sauf le désir de se rencontrer. Et je suis sûr, qu’à cause de cela beaucoup ne le feront pas, parce qu’il y a toujours la frayeur de la rencontre. Beaucoup de personnes veulent rencontrer le Maître, mais ils ont peur de se rencontrer eux-mêmes. Or, on ne peut pas connaître le Maître si on ne se connaît pas soi-même, c’est impossible, parce que le Maître n’est rien d’autre que vous-même.

Ce n’est que lorsque vous vous êtes rencontrés, vous vous êtes révélés, reconnu, senti en tant qu’âme, pressenti en tant qu’énergie divine, que le Maître peut arriver, parce qu’il est de la même nature, même s’il est un Maître extérieur, Koutoumi, ou Moria, ou d’autres, bien connus à l’heure actuelle. Essayez de faire cet exercice.

Bien sûr, tout au cours de la journée, vous pouvez vous rencontrer, lorsque vous faites quelque chose qui ne va pas, lorsque vous êtes trop en colère, trop énervé, trop soucieux ou trop de quelque chose qui n’est pas positif, à ce moment-là vous avez l’occasion de vous rencontrer. Mais la plupart des gens sont si peu conscients d’eux-mêmes, sont si peu investis dans le moment et dans le temps présent, qu’ils n’arrivent pas à se regarder avec ce jeu de miroirs.

Tous les disciples qui vivent avec ce réflexe, d’être avant tout observateur de leurs propres gestes, n’ont pas de problèmes. Si vous oubliez au cours de la journée d’effectuer cette observation, pensez au miroir et regardez-vous dans les yeux, et au bout d’un moment, vous n’arriverez plus à vous contempler, visuellement j’entends, vous allez être comme assoupi, hypnotisé et tout va se renverser, vous allez descendre profondément à l’intérieur de vous-même, et c’est là que réside cette perception, la volonté spirituelle.