Skip to content

L’ère du verseau et les grands bouleversements.



Psychologie Cosmique


06-05-88 4/4


Quel est le rôle de la ville de Lyon ?

Tenants et aboutissants de l’extrait:
« Et puisse-t-il sceller la porte de la demeure du mal.»

La fécondation in vitro.


La raison d’être des nouvelles maladies
L’ère du verseau et les grands bouleversements.

Question :
Quelle est la raison d’être des nouvelles maladies comme le sida qui serait une nouvelle calamité et d’autres maladies qui vont apparaître ? Le moment d’émergence des groupes de guérison annoncés par le Maître Tibétain est-il maintenant venu ?

Je vais d’abord répondre à la dernière partie.
Je ne veux pas dire que les nouveaux guérisseurs sont en place, car la vague d’entités qui doit arriver pour véhiculer l’énergie de la guérison, cette vague-là, n’est pas encore incarnée. Par contre, il faut toujours envoyer des ambassadeurs, c’est-à-dire des pionniers qui vont créer le terrain. Car il ne faut pas attendre que des âmes très évoluées arrivent et que par leur évolution elles accomplissent d’un coup la structure et l’éveil à cette nouvelle technique les hommes en incarnation.

Il y a toujours des pionniers plus grossiers que ceux qui viendront après, qui la crée et qui ont pour nous plus d’importance que ceux qui viendront après. Parce que sans les pionniers, personne ne peut venir. Donc les pionniers sont là, oui, mais les authentiques guérisseurs dont il est question dans les livres sacrés, eux non, car ils appartiennent à une autre vague d’incarnation qui viendra après l’an deux mille. Mais jusqu’à l’an deux mille, tous ces pionniers qui sont là pour sensibiliser la civilisation à une autre façon de voir la vie, de voir le corps, de comprendre la guérison et la maladie, ces pionniers-là oui, ils sont en place.

Ils ont un travail énorme, beaucoup plus énorme et beaucoup plus difficile que ceux qui viendront après l’an deux mille et qui n’auront qu’à exercer le pouvoir de leur évolution. Car ils ont à se battre contre l’indifférence, contre l’intolérance, contre aussi le manque de foi, contre l’incrédulité, contre le matérialisme, et automatiquement, tous les pionniers meurent de leur découverte, c’est-à-dire qu’ils finissent par être rongé par tout le négatif qui leur revient de cette société.

Je ne veux pas dire qu’ils meurent de ce négatif comme s’ils n’avaient pas été capables de l’écumer, mais ils l’emportent en eux-mêmes, et en mourant de cette négativité ils la détruisent. Ils accomplissent en fait ce que Jésus a accompli sur la croix. C’est leur façon de prendre une forme de karma, le karma d’ignorance de l’humanité.

Voyez-vous, chaque fois qu’une découverte doit être faite, ou qu’un nouveau système doit être apporté, il y a toujours cette vague de pionniers qui est envoyée comme je viens de le dire. Mais cette vague de pionniers n’est pas là pour simplement préparer le terrain, pour créer l’éveil, elle est là pour prendre en elle-même le karma d’ignorance de l’humanité. C’est pour cela que plus on monte dans la compréhension de l’action des disciples, des mystiques, des Maîtres, des guides, et plus on comprend que tout est karma, mais de façon universelle, pas de façon individuelle.

Pour qu’une poignée d’hommes évolue, il va falloir que quelqu’un se sacrifie. Cela est ainsi depuis la nuit des temps, parce que c’est la seule façon de changer les choses. Il faudra que le pionnier se sacrifie, non seulement pour descendre, pour instruire, pour initier, pour éveiller à d’autres choses, mais aussi et surtout pour prendre le négatif qu’il va emporter avec lui. Et ainsi en emportant le négatif, la graine qu’il aura semé va pouvoir être arrosée par ceux qui viendront après.

Bien sûr pour eux, leur travail sera aussi difficile, mais d’une autre nature. Pour eux il sera par exemple difficile d’établir leur pouvoir, c’est-à-dire de le rendre réellement actif. Alors que pour l’instant le pionnier n’a pas réellement le pouvoir. Il parle d’une idée et il ne peut pas la rendre active, mais il essaie de la rendre vive et de la partager.

En ce qui concerne la première partie de la question, au sujet des maladies que l’on connaît à l’heure actuelle, on oublie ou on ne sait pas qu’il existe des maladies à résurgence. C’est le cas de cette maladie que l’on appelle le sida.

Le sida n’est pas quelque chose qui n’a pas existé et qui existe aujourd’hui. Il y a des maladies qui ont des cycles, exactement comme les incarnations du Christ, comme les descentes des Maîtres et des entités cosmiques. Parce qu’il faut considérer le microbe ou le virus comme une forme de matière, certes grossière, mais comme une forme de matière instrumentale pour la purification du corps de l’humanité. Lorsque je parle du corps de l’humanité, il faut donc voir l’humanité dans son ensemble comme un seul et même être.

Un enfant, lorsqu’il commence à grandir, il contracte toutes ces maladies dites bénignes et dites de l’enfance. De la même façon, l’humanité, lorsqu’elle accomplit son développement, lorsqu’elle va vers certaines initiations doit aussi éprouver ces moments de purification. Est-ce que cela veut dire que le microbe ou le virus a été prévu par Dieu ou par les Maîtres constructeur? Non.

Ce qui est tout simplement arrivé à l’état d’émergence, c’est cette part de matière lourde, ténébreuse, informe du centre de la terre, dont je parlais tout à l’heure, et qui cycliquement revient à la surface de l’humanité. C’est-à-dire que pendant un certain temps l’humanité vit un cycle qui est un peu un cycle de préférence. À l’intérieur de ce cycle, il y a parfois le développement de plusieurs civilisations. On y apprend de nouvelles religions, de nouvelles méthodes de sciences, mais il n’y a pas vraiment de problème, parce que c’est une phase où l’individu s’approprie le corps en fait, comme un enfant à la naissance prend possession de son corps.

Puis, il vient des passages initiatiques. À ce moment-là, toute cette zone dont j’ai parlé tout à l’heure, toute cette zone de matière, très plutonienne, matière très informe, très brutale, très primaire, sans conscience, resurgit parce que c’est le moment de la purifier, de la transformer et de la conscienciser. Et quand cette part de matière monte dans le corps de l’humanité, lorsqu’elle vient jusqu’à fleur de peau des hommes, les hommes qui n’ont pas suffisamment de vibrations positives, de vibrations spirituelles, ou de buts spirituels, sont emportés par la vague de matière qui déferle en eux.

À ce moment-là, ils peuvent être contaminés par tout ce qui existe, que ce soit le sida ou quoi que ce soit d’autre, comme des maladies d’origine complètement psychologiques comme le cancer. Ce qui ne veut pas dire que tous les hommes atteints de ces maladies sont des gens qui n’arrivent pas à évoluer. Il ne faut pas non plus créer des catégories de cette sorte-là. Il faut comprendre que l’évolution est un problème alchimique et qu’une certaine personne a un problème alchimique à un certain niveau, une autre à un autre niveau, et encore une autre à un autre niveau.

Donc, entre trois hommes qui ont un cancer ou trois hommes qui ont le sida, pour pouvoir juger celui qui a le sida ou le cancer par manque d’évolution, vous n’y arriverez pas, à moins de connaître la vie de son âme. Car un, aura le cancer parce qu’il est très matérialiste et qu’il mange n’importe quoi, il boit, il fume n’importe quoi, il vit à n’importe quelle heure et dans un endroit pollué. Un autre aura le cancer, parce que plus mentalisé il créera des frictions entre son âme et sa personnalité qui n’arrivent pas bien à s’adapter entre elles. Un autre aura le cancer, parce que complètement inondé dans la lumière de son âme, il vit très peu avec le plan physique, et que cela crée aussi des problèmes.

Ainsi on voit de grands initiés mourir ou partir du plan physique à cause de graves maladies, et cela reste complètement incompréhensible à l’esprit des disciples. Ils se disent : Mais quoi, le Saint, le disciple, l’initié qui a su spiritualiser sa matière, pourquoi est-il mort de cette maladie, pourquoi a-t-il été emporté de cette faiblesse ?

Il ne faut pas voir les choses de manière trop simpliste. On a trop simplifié tout cela dans certains ouvrages, et l’on dit : celui qui est saint, celui qui est pur ne sera jamais malade, ne manquera jamais de chance, ni d’argent, ni de gloire, ni de ceci, ni de cela, tandis que celui qui est un affreux matérialiste manquera de tout. Or, celui qui réfléchit un peu, voit bien que beaucoup de matérialistes sont comblés des plus grands bienfaits de la nature et de la société, et que certains spiritualistes n’ont rien du tout, et qu’en plus, ils meurent de graves maladies.

Où est donc le Bon Dieu là-dedans ?

Tout dépend de ce que vous avez à vivre, pour les causes qui amènent cette nécessité. On ne peut donc pas juger quelqu’un d’après des arguments tout faits à coup de massue, car il y a les degrés de la chose.

Est-ce que cela veut dire que pour les prochaines années les maladies vont devenir de plus en plus répandues ?

Eh bien ! Oui et non, pas par fatalité, car dans l’action de la mort, dans l’action de la purification il n’y a pas de fatalité. Il y a au contraire un grand besoin de renouvellement. Donc, pour celui qui meurt, il ne faut pas voir la fatalité de l’épidémie qui s’est abattue par ci, de la fatalité qui est tombée par là, du hasard qui a été négatif. Il faut voir la résurgence qui est possible, le renouvellement, le karma qui est épuré ainsi au nom et pour l’humanité entière.

La mort d’un homme, vécu innocemment, va permettre d’une certaine manière l’épuration du corps total de ce logos qui est à naître et que vous composez tous en étant l’humanité. Il faut comprendre cette solidarité qui existe entre toutes les âmes et pour accepter de souffrir au nom de cet être gigantesque que vous serez plus tard. Il faut accepter, pendant un certain temps, pendant X nombre de cycles vécus sur un plan terrestre, de partager le fardeau.

Si la matière du corps de ce logos, qui est à naître, a besoin de sortir la matière grossière, qui est en lui, par la création des virus, la création des microbes, il faut que l’humanité le sache, participe et se donne. Non pas comme si l’humanité était l’esclave du logos, ce n’est pas cela, mais parce que l’humanité tout entière est le futur logos, et que lorsque vous êtes petit, en vous-même, individualisé, vous acceptez la crise de croissance pour voir votre corps se développer. Il faut élargir la prise de conscience à quelque chose de plus universel, à cet être universel, cet être cosmique qui est à naître, et penser que la souffrance, que l’épuration de ces particules de matière est de la responsabilité de chacun , et non pas que monsieur x, monsieur z ou bébé un tel, soit frappé de la fatalité, de l’action du mal.

Le développement du logos qui est à naître, le développement initiatique de cet être cosmique, repose sur la responsabilité de chacun de vous. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Cela veut dire que l’être qui est à naître et que vous composez, tout en étant l’entier de vos âmes, assemblées toutes en un seul être, c’est vous-même en même temps. C’est-à-dire que vous n’êtes pas divisés les uns des autres, pour être comme les cellules du corps un organisme. Il faut comprendre que cette division est illusoire et que vous n’êtes pas monsieur x ou y qui un jour fusionnera avec une forme de conscience cosmique, pour s’apercevoir que finalement tout le monde est frère, tout le monde fait partie du logos. Ce n’est pas cela.

Mais un jour c’est vrai, vous évoluerez, vous fusionnerez avec la conscience logoïque, et vous vous apercevrez que vous n’êtes pas différenciés des autres et qu’à vous tous, vous n’êtes qu’une seule et même conscience. Autrement dit, pour composer son corps, le logos qui est à naître participe à une forme d’illusion qu’est la division. De la même manière que votre âme se précipite dans la matière par la personnalité pour chercher l’initiation, l’action, le pouvoir.

Car encore une fois, tout ce qui est en bas obéit à ce qui est en haut, et que la petite cellule, dont j’ai parlé tout à l’heure, qui subit le même chemin initiatique que vous lorsqu’elle passe dans la rate chercher sa partie d’âme par le globule de prana solaire, vous, vous allez chercher votre âme, votre monade et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’ayant gravi les divers échelons de la création, vous vous aperceviez que la division était une illusion, et que vous étiez un seul et même être.

À partir du moment où l’individu s’avance de plus en plus vers ce qui est universel, les illusions cessent d’exister, et il n’y a pas le petit frère, le papa, la maman, l’ami, que vous retrouvez là-haut. Simplement d’un seul coup les divisions cessent, les murs tombent, et lorsque les murs tombent, celui qui existe en tant que mari ne l’est plus, c’est vous-même, et la vie qui passe à travers cette personne est la même que celle qui passe à travers vous. L’universalité, ce n’est pas accepter que nous soyons tous égaux, c’est savoir que nous sommes qu’un seul et même être.

Pour en revenir aux maladies et pour dédramatiser, je dirais que, chaque fois qu’arrive une résurgence de cette masse de matière qui est à initier, l’humanité souffre beaucoup en apparence. Si je dis en apparence, ce n’est pas pour faire un trait d’humour alors qu’il y a des pleurs et la mort, mais c’est simplement pour faire comprendre à l’homme, que malgré la souffrance, c’est la garantie de l’espoir qui existe, que malgré la mort, c’est la garantie de la grandeur qui existe et qui se profile à l’horizon, et que, lorsqu’un homme meurt du sida, du cancer ou de tout autre chose, il ne faut pas se demander où est le logos et que fait-il pour nous, où sont les Maîtres et que font-ils pour nous aujourd’hui, alors que l’on est en train de mourir.

Il faut comprendre, qu’en même temps que vous avez le devoir d’avoir de la compassion et de vouloir soulager les souffrances, il faut en même temps savoir regarder l’acte initiatique qui se crée, qui est en train de se créer malgré la force d’inertie des hommes, malgré la léthargie des hommes. C’est-à-dire que tu le veuilles ou que tu ne le veuilles pas, à ce moment-là tu es initié. Et bien sûr, ça passe ou ça casse.

Est-ce que cela veut dire que le sida est une maladie initiatique ?

Oui et non. Cela ne veut pas dire que tous ceux qui ont ou qui auront le sida ont des problèmes avec leur niveau initiatique. Il faut comprendre le système initiatique à un niveau plus universel pour savoir approcher avec une vision juste l’action des épidémies, l’action des grandes maladies.

Question :

L’ère du verseau arrivant, y aura-t-il des grands bouleversements sur le plan mondial, lesquels, quand ?

Vous voyez, c’est une question que nous devrions vous poser. Parce que même si le plan est là, s’il est vivant, sous-tendu par tous nos espoirs et tout notre amour, cela dépend toujours de l’homme, de cette liberté qu’il a d’être ou de ne pas être.

Alors est-ce qu’il y aura des changements ? Bien sûr, nous les effectuerons autant que nous le pourrons et dans la mesure où nous n’allons pas trop contre votre liberté, contre votre propre capacité à soutenir, à comprendre, à accepter et à vous mettre à agir pour ces changements.

Des changements nous en avons plein la tête pour vous améliorer la vie et vous faire plaisir. Seulement, qui est sensible aux changements, qui va être suffisamment sensible pour le comprendre, le recevoir et se décider à agir, se décider à créer, à entraîner les autres dans sa création et à faire de ce changement potentiel une réalité sur le plan physique.

Encore une fois, Dieu, les Maîtres ont besoin plus que jamais de ce petit être qui se promène sur la surface de la terre, l’homme. N’importe quel individu de la terre est un chaînon principal, important et primordial pour le changement qui naît dans nos esprits, mais qui a besoin de passer par le vôtre pour se concrétiser.

Disons que pour vous renseigner un petit peu, l’espoir que nous chérissons le plus, c’est de voir se matérialiser sur la terre l’avènement d’un monde nouveau. En disant cela, je ne dis pas d’un monde qui soit différent de celui que vous avez à l’heure actuelle. Je parle d’un monde dans le sens où une société, une structure, un système, sera plus humaniste et moins économiste.

Le monde nouveau, s’il dépend du nouvel homme, de la spiritualité acceptée, venue ou pas, il dépend aussi de la structure sociale, donc de la structure tout à fait matérielle. Les changements qui vont arriver, ne seront pas tant des changements au niveau spirituel, car la spiritualité est une ligne qui s’exerce de façon continue et non chaotique. Par contre les changements physiques s’exercent de façon chaotique. C’est pour cela que de temps en temps il y a des cyclones, des disparitions de civilisation, de continent, etc. alors qu’il n’y a jamais disparition de la flamme initiatique. Donc la civilisation est sujette à des hauts et des bas, des cycles d’apothéose et des cycles de déchéance pour une plus grande renaissance ailleurs.

Que va-t-il se passer ?

De grands bouleversements sociaux, plus que de grandes arrivées d’êtres initiés. Il faut attendre des crises sociales à l’intérieur même de votre maison, de votre porte-monnaie, aux chaînes de télévision, tout ce qui existe et qui est programmé, conditionné par un ordre social, l’argent et du rapport de force qui existe entre le citoyen et celui qui est appelé le chef du gouvernement. Ce qui veut dire que les changements à venir seront de l’ordre monétaire et de l’ordre politique.

Qu’est-ce que j’entends par politique ?

Par ce mot, je n’entends pas le programme des hommes politiques, mais je vise le cœur même de l’essence politique, c’est-à-dire le pouvoir de l’homme. Lorsque je dis qu’il y aura changement sur un plan politique, cela veut dire que dans les prochaines générations, toutes proches, d’ici l’an deux mille, le pouvoir politique va basculer complètement, parce que de plus en plus dans le monde entier le peuple va se soulever. Il y aura des révolutions, des guerres civiles partout, jusqu’en France où le pays sera secoué, non pas pour périr, mais pour instaurer un nouveau pouvoir politique.

Quel sera ce pouvoir politique ?

Ce ne sera pas celui de l’idéologie, car l’idée ne vaut plus rien à l’heure actuelle. Lorsque l’on arrive à un point d’évolution social comme vous êtes arrivés aujourd’hui, l’idée ne peut plus gouverner un pays. Parce qu’une idée peut être blanche, peut être noire, rose, verte, ce n’est qu’une idée, ce n’est pas une loi ni une fonction, et les hommes ne peuvent pas vivre d’après l’idée d’un seul homme ou d’un groupe d’hommes. Ils ne peuvent vivre harmonieusement que d’après une bonne loi qui ait une ressemblance dans la nature et dans le cosmos.

Et ainsi vouloir tel programme en vertu de tel ou tel principe ne rime à rien, car il n’y a pas trente-six façons pour gouverner un pays, pour gouverner, développer un peuple et pour administrer sa banque et sa caisse. Il n’y a qu’une seule façon, celle de la raison. Or qu’est-ce qui manque le plus aux hommes politiques à l’heure actuelle, tout gabarit mélangé, de tout ordre que ce soit, c’est la raison. Ce qui ne veut pas dire que ce ne sont pas des hommes raisonnables. Je ne les accuse pas sur ce plan-là

Simplement, je dis que le système politique en vigueur à l’heure actuelle et partout dans le monde est un système de pouvoir qui date du moyen âge. Il ne date pas d’avant ni d’après. Il est typique et se reflète complètement sur la rivalité des pouvoirs du moyen âge, c’est-à-dire : j’ai possession sur ce nombre d’âmes, j’ai possession sur ce nombre de mètres carrés, de chars, de sous-marins et je les dirige comme j’entends les diriger, d’après ce qui est bien selon ma pensée et en compromis plus ou moins bien accepté, avec d’autres qui ont  la charge comme moi de ces mêmes fonctions dans d’autres pays.

De compromis en compromis, on finit, comme dans un panier de crabes, à se pincer les uns les autres, et alors qu’on croyait se faire du bien, on finit par se faire du mal. Ainsi, les gens se trouvent dépassés par leur propre politique. Certains hommes politiques arrivent même à ne plus savoir de quelle politique ils parlent.

Où est l’erreur ?

L’erreur, c’est qu’ils n’ont pas pensé à la raison. Il y en a quand même quelques-uns, pas nombreux sur la surface de terre, qui ont les soupçons de cette raison et qui essaient de la faire valoir. Mais à partir de ce moment-là, ils quittent la classe politique pour entrer un peu plus dans la classe de l’économie, à des niveaux qui ne sont plus nationaux, mais qui sont internationaux.

C’est dans le cœur de ces hommes qui ont maintenant des responsabilités internationales, que naîtra l’esquisse du gouvernement prochain, qui sera, si l’on veut le juger ainsi, mondial, bien qu’il ne le sera pas vraiment, mais qui s’exercera de façon mondiale. C’est-à-dire que tous les responsables se réuniront cycliquement, pour s’entretenir de ce qui est à faire respectivement dans chacun de leur pays. Alors qu’à l’heure actuelle cela ne se fait pas. Un tel décide de telle chose au mépris de l’autre, ou essaie de faire telle ruse pour tirer avantage sur l’autre, etc.

Dans les prochaines générations, après l’an deux mille vingt-cinq, ce que nous espérons, mais qui peut très bien demander encore vingt-cinq ans de plus, ce type de gouvernement sera définitivement implanté sur la terre.

Est-ce que cela procurera une meilleure société à l’homme ?

La vie ne sera pas pour autant changée. C’est-à-dire que, pour l’homme, les problèmes existentiels demeureront: qui suis-je , est-ce que j’aime, est-ce que je suis aimé, qu’est-ce que je vais faire dans la vie, quelle profession, tous ces problèmes existeront toujours. Il ne faut pas mettre sur le dos d’un système social toutes les responsabilités que vous devrez prendre dans le futur pour être heureux et pour vous accomplir.

Seulement, il se trouve, à un certain moment de l’évolution d’une civilisation, un point critique, un point où, si une civilisation n’évolue pas, elle devient retardataire et empêche les âmes d’évoluer, parce qu’elle ne leur permet pas toute l’expression qu’elles recherchent.

Chaque fois que ce point arrive, où l’homme et sa structure sociale se trouvent en désaccord, la structure doit périr et éventuellement tous les hommes qui maintiennent cette structure. Donc, il faut vous attendre à ce que de nombreux hommes politiques périssent. Ils périront de n’importe quoi, de mort courte par des maladies, des accidents, des assassinats, des révoltes du peuple.

Tout, pour les éliminer, non pas parce que nous le voulons, parce que nous l’avons programmé, mais parce que l’énergie que nous envoyons et qui a le pouvoir, le rôle de casser la politique existante, sera interprétée par les individus de la terre comme ils pourront l’interpréter. En recevant cet ordre nouveau, cette énergie, cette inspiration, ce que l’individu va recevoir, c’est que l’homme politique doit disparaître, mais dans son cerveau primaire, il va penser élimination physique.

Celui qui est un peu plus évolué va penser que le pouvoir de l’homme politique doit disparaître et il essaiera de ne pas voter pour lui. Puis dans le cerveau d’un homme encore plus évolué, il va savoir que la politique doit disparaître, et il s’occupera en fait d’autre chose. Il ne cherchera même pas à écrouler le pouvoir politique de l’homme, à le faire disparaître, il construira autre chose.

Cette autre chose qui aura tout l’apport et la force de cette énergie venue tout droit du cœur de la hiérarchie, comme un mur bâti de façon immense, écroulera par la force de ses fondations le petit mur qui s’appelle la politique. C’est comme lorsque l’on bâtit un gratte-ciel à côté d’un tout petit cabanon. Automatiquement, il a l’air tellement ridicule à côté, que les gens ne viennent plus dans le cabanon, et par l’action de la nature, il est détruit.

De la même façon les églises disparaîtront. Je conseille aux hommes qui auraient envie de s’investir dans ce processus, de ne pas intervenir contre les gens qui représentent l’ancien système et qui le perpétuent, mais d’investir leurs efforts à bâtir ce qui est nouveau, et ainsi bâtissant, ils n’auront pas besoin de détruire, l’énergie sera retirée et la chose mourra d’elle-même.

Ne perdez pas d’énergies à combattre l’ancien système, il ne vaut pas le coup, il ne vaut pas que vous vous donniez cette peine et que vous investissiez autant de votre temps. Bâtissez ce qui demain doit être vivant, et automatiquement ce qui est ancien disparaîtra. La force doit être utilisée avec discernement, avec raison, avec sagesse. Tous les sages s’attachent non pas à détruire, mais à construire et par l’action de leur construction, la destruction du passé a lieu. C’est un processus initiatique et alchimique.

Ne vous inquiétez pas à propos des changements qui doivent avoir lieu, ne vous inquiétez pas à propos de ce que vous mangerez, si vous aurez un toit à mettre sur votre tête, si vous pourrez sécuriser votre famille. Ne vous demandez pas si dans la rue il y aura des gens qui vont hurler et s’entre-tuer. Pensez tout simplement et non pas dans un trait d’optimisme, qui serait plutôt de l’utopie, pensez comme un disciple qui connaît les fondements de la loi et qui sait ce que sera demain.

Pensez à ce qui aura lieu après et à l’intérieur de la tempête, mettez-vous dans l’œil du cyclone et vous verrez que vous passerez sans problème. Naturellement, si un seul instant vous avez peur, la tempête vous happera. Si au contraire vous gardez l’esprit clair, si vous gardez dans la tête le nouveau monde, si vous construisez le nouveau monde, la tempête qui sévira autour de vous, même si elle vous frappe, vous ne la sentirez pas, parce qu’en disciple fort, convaincu, votre seul but sera de bâtir le nouveau monde et pas de trembler avec le vieux monde qui meurt. Il faut que vous vous rappeliez de cela.

Et puis, tant pis, laissez faire ce qui doit arriver. Ne vous mettez pas entre les pattes des anges destructeurs. Car c’est par eux que s’effectueront tous ces changements. Les changements, les destructions, les revirements, lorsqu’ils ont cette importance-là, ils ne proviennent pas de l’action des Maîtres. Le plan, oui, provient du mental des Maîtres et de l’énergie des Maîtres, mais l’action de la destruction vient de l’action des anges, que l’on peut appeler les anges de la destruction, les anges de la mort, les anges de l’apocalypse.

Ce sont eux qui ont ce pouvoir, cette force, non pas qu’ils manquent de compassion, mais parce que c’est dans la faculté d’un ange de savoir si fortement et si intégralement obéir à l’ordre et à la loi, que, quels que soient les penchants de son cœur pour l’homme qu’il doit écraser, il l’écrase, parce que son grand amour brûle pour la loi et après pour l’homme. Parce qu’il sait que la forme de l’homme qu’il est en train d’écraser, n’est que la pâle copie de l’homme qui doit naître lorsqu’il aura retiré son pied de dessus cette forme.

Les anges sont en train de passer, comme des vols de grands oiseaux noirs. Ils s’annoncent par leurs cris d’abord, et vous entendrez dans tous les pays monter les rumeurs de la guerre, de la révolution, du mécontentement, des manifestations, des arrêts de travail, des catastrophes économiques, de l’inflation etc.

Mais tout ceci, bien que cela apparaisse tragique quand j’en parle, pourrait être vécu de manière plus paisible, si vous savez donner l’interprétation juste. Quoi qu’il n’en paraisse, même si les choses vont être ébranlées, elles ne seront pas pour autant écroulées. Car nous ne voulons pas écrouler la société, nous voulons la peler un petit peu. Seulement, dès que l’on enlève un petit peu de pouvoir, les hommes hurlent au désastre, à la catastrophe. Sitôt que l’on enlève le pouvoir de l’argent, c’est comme si le monde entier s’écroulait, c’est comme si le soleil cessait de briller, comme si Jupiter allait s’écraser sur la terre.

Quelle catastrophe peut représenter l’écroulement à travers le système solaire ? Ils confondent tout. Ils n’ont pas le sens de la relativité. Ils croient que leur petit monde de la bourse, de l’économie est quelque chose de tellement important qu’il n’en regarde même pas la fragilité, la fragilité de cette humanité sur cette surface la terre, dans le vide du cosmos. Il suffirait que le soleil cesse une seconde d’émettre, pour qu’il y ait des millions d’années de ténèbres et de froid sur la terre et que toute vie y soit impossible.

Mais est-ce que l’homme s’en soucie ? Non. Il se demande quel sera le prix du dollar demain, s’il y aura toujours de la farine chez le meunier, si son patron ne va pas le licencier. Ça, c’est important pour vivre. Mais si le soleil cessait une seconde de rayonner, tout cela n’aurait aucun sens.

Je ne veux pas dire que les problèmes de licenciement, les problèmes boursiers ne sont pas à considérer. Il faut les considérer car on ne vit pas que de l’air du temps et les yeux dans le ciel. On vit aussi de choses très concrètes, très structurées, mais il ne faut pas se monopoliser et courir se pendre, parce que du jour au lendemain il n’y a plus d’argent ou de travail.

La vie continue, la vie persiste, la vie est une énergie inépuisable, et c’est avec cette même force de cette vie inépuisable que l’homme doit continuer à travers les changements, à croire dans la vie. Si demain vous ne croyez plus en votre vie, parce que vous êtes au chômage, parce que votre enfant ne trouve pas de travail, ou parce que ceci, cela, vous n’êtes pas un disciple, parce que vous ne savez pas où est la force de la vie et ce qu’est la force de la vie.

Mais si malgré tous ces problèmes, malgré ce cahot, vous prenez votre force en main et vous essayez de bâtir le nouveau monde, vous montrez que vous êtes un disciple. Lorsque Pierre a bâti l’église, tous les Chrétiens allaient aux arènes, ils étaient persécutés, menés aux lions. Comment aurait-on pu croire qu’une église pourrait naître un jour, alors que l’on tuait les premiers adorateurs de l’église, les premiers disciples. Et pourtant Pierre continuait à bâtir son église, et un jour son église est devenue si puissante, qu’elle a rivalisé avec le pouvoir des Rois et des hommes politiques.

Tirez une grande leçon de cette chose-là. Réfléchissez-y chaque fois que vous sentez votre espoir défaillir, vos conditions défaillir. À l’origine, rien n’est facile, il faut se battre contre une multitude de choses, contre le vieux système, contre l’ignorance, contre le matérialisme, la méchanceté des hommes. Mais si l’on persiste tout à lieu. C’est dans la persistance, la persévérance que le disciple établit le royaume.  Si vous savez être un disciple, vous saurez bâtir le nouveau monde, sinon, vous ne le saurez pas. Alors, pour que l’un soit, il faut que l’autre soit aussi.

Je vous adresse mes plus vifs encouragements.

Je vous salue.