Skip to content

"⇩ Votre Série Spiritualité et Illumination ⇩"

N’oublie jamais qui tu es



Psychologie Cosmique


20-05-90 4/4

 


N’oublie jamais qui tu es

(Fin du 3/4)

Mais cela ne veut pas dire que Dieu est telle ou telle entité. Que Dieu est descendu pour être l’Archange Gabriel ou Michaël. C’est tout le contraire. C’est l’Archange Gabriel, qui parce qu’il est l’Archange Gabriel, permet à la part de lumière, qui passe hors de lui, de passer à travers lui et qui permet à d’autres hommes d’être bénits, protégés, surveillés.

Lorsque l’on se trouve dans le cosmos, il faut donc penser que le Dieu que tous les hommes cherchent est un Dieu qui dort et non pas un Dieu qui fait ses comptes à Shamballa. Ceux qui font les comptes à Shamballa sont les Maîtres et les Koumaras. Ce sont des êtres qui ont évolué, qui sont devenus la divinité bien sûr, mais ce sont des êtres.

(Suite 4/4)

Donc, il est Dieu, il est véritablement Dieu et à partir du moment où il commence à exister, il faut le louer. Il est bon de le louer et on se sent bien en le louant. Mais il faut que la prière soit un acte introverti et pas extraverti vers un Dieu là-bas, au fond, à l’extérieur. C’est pour cela vois-tu que tes prières ne fonctionnent pas, que tes visualisations ne fonctionnent pas parce que tu visualises à l’extérieur, tu crées à l’extérieur. Mais à l’extérieur, il y a quoi ? Il n’y a qu’un Dieu qui dort.

Il y a un grand nombre de guides et de maîtres, c’est certain, mais ils ne peuvent pas répondre à toutes tes prières dans la mesure où elles viennent de l’illusion et du sommeil. Par contre tous les guides et les maîtres pourront satisfaire toutes tes prières à partir du moment où la prière va s’élever à l’intérieur et non plus jaillir à l’extérieur. Dès que le guide va voir cette lumière monter à l’intérieur il va dire : celui-là a compris, sa vie s’est réveillée, son pouvoir créateur commence à bouger, il est une lumière. Alors en tant que lumière il va pouvoir attraper ce qu’on lui envoie, il va pouvoir garder les choses et trouver son destin.

Avant cela, il n’y a aucun moyen d’évoluer. Si vous pouviez admettre ce principe, dès demain vous pourriez travailler avec liberté, non seulement à la spiritualité, mais aussi à des travaux simples comme exercer votre métier. Et exercer votre métier devient un grand acte d’évolution, parce que vous repérez chaque chose comme étant des dépassements, dépassements sur la peur, sur les limites, des inconsciences, des automatismes, des ignorances.

Ce qui fait que, comme sous l’effet d’une baguette magique, le monde se transforme en une vaste école initiatique. Alors que pour l’instant vous êtes à revendiquer auprès des Maîtres que votre métier ne vous plaît pas, qu’il vous encombre parce qu’il vous prend huit heures par jour et que de ce fait, vous ne pouvez pas méditer. Vous vous plaignez du fait que votre métier est un métier profane qui n’aboutit à rien.

Même si Dieu s’incarnait dans toute sa splendeur et sa divinité, il ferait comme vous. Il cultiverait la terre pour avoir des fruits, il élèverait des enfants, il deviendrait maître d’école ou boulanger et il serait joyeux de faire ces choses. Il dirait : je cultive ma terre, j’instruis mes enfants, je fais du pain pour mes enfants. Alors que le boulanger d’aujourd’hui se dit : si je n’ai pas vendu tant de pains je n’aurai pas argent pour partir en vacances. Et s’il devient un peu spirituel, il se languit de quitter le four pour aller méditer, et chaque fois qu’il revient au four il se plaint que Dieu a inventé une société, une société contraire à l’évolution spirituelle, à la vie au monastère. C’est faux.

Alors laisse tomber toutes ces interprétations qui ne t’amènent rien du tout et qui coupent ton pouvoir créateur, et fais de chaque chose un moment initiatique. Tu peux rendre chaque instant initiatique en ne pensant plus que Dieu est loin à l’extérieur, hors de toi, mais en plaçant Dieu à l’intérieur de toi et en ayant souci de le voir mûrir, de le voir se réveiller de nouveau et de participer pleinement à ce réveil.

Tant que tu penses que Dieu est à l’extérieur, tu vas te sentir le droit de tout faire et tu diras : Seigneur pardonne-moi, mais tu sais j’ai encore ce défaut, ou j’aime encore faire telle ou telle chose. Ne regarde pas trop, ferme les yeux quand tu me vois faire telle ou telle chose.

Alors que si tu arrêtes d’imaginer un Dieu qui est dehors et que tu deviens conscient d’un Dieu qui est en toi, comme lorsque tu portes un enfant dans le ventre, à ce moment-là, tout ce que tu fais, tu ne le fais pas à l’encontre de la loi de Dieu et du plaisir de Dieu, mais tu le fais à l’encontre de toi-même, et en le faisant tu t’alourdis, tu t’empêches la vision, tu t’empêches le bonheur, tu t’empêches la liberté.

C’est alors que tu t’aperçois que tu n’as plus rien à reprocher à Dieu et que tu n’as qu’une chose à faire, c’est te prendre en mains, te lever, te bouger, te discipliner, te raisonner, t’analyser et décider non pas d’être chaque jour un meilleur homme. On s’en moque des gens qui deviennent mieux, il n’y a pas plus prétentieux qu’un homme qui devient meilleur de jour en jour. Il devient tellement meilleur qu’un jour il devient abominable.

Ce que nous voulons, c’est des hommes libres, de plus en plus libres. Libre face à un ennemi qui te vole, libre face à un ennemi qui te donne des coups, libre face à un ennemi qui t’insulte.

C’est ça la spiritualité. Ce n’est pas recevoir les coups, les insultes, les vols et puis dire à Dieu : je lui ai pardonné. Alors prends-moi dans ton éden quand je passerai de l’autre côté. Non, c’est être libre face à l’insulte, face aux coups, face au vol. Ce n’est pas se sentir volé, ce n’est pas se sentir insulté. Automatiquement on vit une vie qui est sans limite.

Untel m’a pris de l’argent, bien sûr je n’ai plus de quoi manger à cause de cela et pour plusieurs jours je n’ai vraiment rien à me mettre sous la dent. Cependant, si je ne me sens pas volé, si je considère simplement que l’autre a pris de l’argent et que je ne me considère pas volé, je ne vais pas être dans l’angoisse, la peur, la colère, sentir l’injustice et reprocher à Dieu que des hommes tels que lui existent et qu’il n’y ait pas une loi sociale capable d’éviter de telle action. Par une simple attitude mentale, je vais éviter toutes ces émotions, toutes ces pensées, toutes ces revendications. Si je ne me sens pas volé, mais que je constate que de l’argent m’a été pris, je suis libre, mes émotions sont belles, elles ne tombent pas dans le sentiment d’être agressé, d’être volé, elles restent en l’air comme si rien ne s’était passé.

Libre comme un aigle qui vole en altitude. Libre. Et du fait que je suis libre la compensation va venir sur moi. Mais bien sûr l’argent va me manquer, mais je vais trouver un ami qui va me donner tous les repas qu’il faut, et cela vaut bien tout l’argent du monde, parce que de l’or c’est l’amour qui rayonne. Lorsque l’on mange à deux, c’est bien mieux que de manger tout seul.

Lorsque Dieu essaie de compenser les choses, l’homme s’attend toujours à voir revenir ce qu’il a perdu et il ne comprend pas que dans la compensation qui lui est faite, c’est un mieux qui lui est apporté. Par exemple celui qui est volé s’attend à ce qu’on lui rende de l’argent ou s’attend à ce qu’on le fasse gagner dans une loterie. Tout ce qu’il veut voir revenir c’est de l’argent et il sera mécontent de voir venir vers lui simplement un ami qui l’invite pour une semaine à manger et à dormir.

Pourquoi il en sera mécontent ?

Tout simplement parce qu’il ne sera pas capable de voir qu’un objet qui lui est pris soit remplacé par de l’amour qui lui est donné et qui vient d’un cœur vivant qui est porté par son ami qui vient vers lui. Il préfère cet argent mort, parce que c’est son argent. On lui a pris son argent, il faut qu’on lui rende son argent.

Alors que cet acte plein de vie, plein d’amour et qui sort d’un homme vivant, il le refuse. Parce que ce n’est pas de l’argent, c’est de l’amour, alors l’amour on y pense après lorsque l’on a été dédommagé. Et pourtant Dieu dédommage d’une manière différente, il dédommage avec l’amour.

Alors sachez reconnaître les cadeaux de Dieu et les accepter. Ce ne sont pas forcément des cadeaux d’argent, des cadeaux matériels, mais ce sont toujours des cadeaux d’amour qui passent par des êtres vivants, des cœurs vibrants. Prenez-les, et vous verrez qu’en n’étant plus sensible à cette note d’amour, vous allez remarquer davantage tous les cadeaux que vous fait le ciel au cours de votre vie.

Pour l’instant vous trouvez que cela sort du bon cœur de monsieur ou de madame et vous ne voyez pas le doigt de Dieu derrière. C’est Dommage, parce qu’à force de prier un Dieu qui est dehors et qui n’existe pas et ne pas voir un Dieu qui est dedans et qui sort des autres pour aller vers vous, vous allez finir de vivre sans Dieu et être triste, tout seul et abandonné.

Donc, en apprenant à voir un Dieu dedans, vous le verrez aussi en chaque homme. Et chaque fois qu’un homme fera quelque chose pour vous, vous verrez Dieu en action et ce Dieu-là, oui, il est vivant et vous pouvez le remercier.

Alors dès demain, comment vous allez vivre ?

Vous allez vivre de manière simple, la simplicité avant tout. Je ne pense plus rien à propos de Dieu, mais je pense à celui qui est à l’intérieur et je le porte comme une femme porte un enfant, et par mes actions, par mes pensées, par mes transformations, par mes lâcher prises, je favorise l’éveil de Dieu en moi. Et lorsqu’il sera suffisamment éveillé, il occupera toute la place qui pour l’instant est ma personnalité et il me remplira de son bonheur et de sa lumière.

Ce qui fait que tout ce que je lui aurai donné, il va me le rendre. Tout ce que j’aurai fait pour l’éveiller il va me le rendre au centuple, parce qu’étant réveillé il va me remplir de plénitude et immortalité. C’est cela que Jésus exprimait lorsqu’il disait : n’épargne pas sur la terre mais dans les hauts du ciel. Tout simplement parce qu’il faut apprendre à cultiver le réveil de Dieu. Toute cette phrase devient claire lorsque l’on comprend qu’il faut cultiver le réveil de Dieu.

Alors elle reste dans la dualité si l’on pense que Jésus exprimait cela dans le but de faire de bonnes actions, ou pour avoir un bon karma. À ce moment-là la parole de Jésus ne fait qu’enfoncer l’individu dans la dualité.

Si tu veux interpréter Jésus au niveau où Jésus parlait, mets-toi toujours au-dessus de la vérité, et lorsqu’il dit épargner dans le ciel, il ne dit pas faites de bonnes actions, il dit respectez-vous, de ce fait aussi respectez les autres, disciplinez-vous, ne jugez personne, soyez propre et automatiquement la divinité se réveillera. C’est cela épargner dans le ciel, par des actions, un comportement, des attitudes vous favorisez le réveil de Dieu.

Toi seul peux créer le réveil de Dieu. Aucun chakra même ouvert de façon béante ne pourra favoriser le réveil de Dieu. Non. Si tu dilates ton chakra, prenons par exemple ton plexus cardiaque, si par des exercices tu dilates ce chakra en pensant que là il y a l’esprit de Dieu, et bien tout ce que tu auras la possibilité de faire, c’est des dédoublements plus facilement, mais tu ne verras pas la lumière de Dieu.

Donc, ne te perds pas dans des jeux techniques et ne fais pas tout bêtement l’homme de la tribu qui s’est développé et qui porte aujourd’hui cravate et attaché-case. Simplement renie toutes les idées qui te portent à l’extérieur et sois plus conscient de porter Dieu. Si tu es conscient de porter Dieu, tu vas assumer le devoir de le porter, de le former, de le réveiller. Et tout ce que tu fais pour lui, il le fera pour toi au moment où il sera de nouveau réveillé.

C’est un instant qui ne saurait tarder si tu bouges dès aujourd’hui. C’est un instant qui attend tout le monde, il n’y a pas d’exception. La seule exception serait : est-ce que je vais me responsabiliser, est-ce que je vais devenir un disciple, ou est-ce que je vais avoir simplement de la superstition, avoir peur de ne pas être parmi les élus et faire de temps en temps ma prière, ma méditation et mes bonnes actions.

C’est à toi de faire le choix, il doit être fait de façon instantanée. Tu n’as pas besoin de mesurer l’ampleur de tes désirs, de ton investissement en spiritualité, de ton attachement encore à la matière. Moque-toi de toutes ces choses. Même si tu es très attaché au sexe (oh ! ce n’est pas bien !) cet immense sexe qui t’occupe tout l’esprit, fais ton choix. Chaque fois que tu vas permettre à Dieu de se réveiller en toi, il va t’aider à résoudre ton problème de sexe, ton attachement au sexe. C’est lui qui va t’aider, qui va répartir les énergies, c’est lui qui va te montrer que le sexe ce n’est pas tout, ce n’est pas ce que tu crois. C’est lui qui va faire en sorte que cette énergie soit employée à autre chose.

Alors que pour l’instant, si tu mets Dieu dehors, tu te trouves tout seul avec ton sexe qui grossit et avec lequel tu ne sais que faire et tu as honte, tu veux le cacher pour que Dieu ne le voie pas, et tu te dis qu’il est bien dur d’être disciple. N’aie pas honte de ton sexe, il est beau, il est la nature. Il est ce que les Dieux ont créé.

Pourquoi les Dieux auraient-ils créé une chose honteuse que tu devrais cacher. Il est beau, il est la nature, n’aie pas peur. La honte est aussi une autre peur, la peur d’être laid, d’être vilain, d’être inférieur. Mais sois inférieur et tant pis. Tu es un obsédé sexuel, eh bien tant pis et aime Dieu en même temps, et Dieu va t’aider grâce à cet amour. Il va t’aider à ne plus être un obsédé sexuel.

Tandis que si tu as honte parce que tu imagines un Dieu extérieur qui te juge, alors Dieu ne peut pas t’aider, c’est impossible, parce qu’il y a que ton propre jugement qui retombe sur toi et qui amplifie ton sexe jusqu’à ce qu’il devienne un sexe si immense que tu ne penses plus et vois plus que lui.

Pour éviter donc toutes ces exagérations, dès le départ, aie une pensée juste. Peu importe qui tu es, peu importe ce que tu fais, ne te juge pas toi-même. Essaie chaque fois de faire du mieux que tu es capable. Essaie chaque fois de réveiller cette divinité en faisant le mieux de ce que tu es capable. Et petit à petit, tu vas pouvoir compter sur cette force divine que tu éveilles en toi. Alors que pour l’instant tu ne peux compter sur rien du tout, même pas sur la protection des anges, la preuve, c’est que tu risques d’attraper le sida, la syphilis, des pustules partout sur ton corps.

Donc, pour être non seulement protégé et pouvoir compter sur une force qui t’aide et qui va pouvoir te rénover, réveille ce Dieu intérieur et pour le réveiller il faut simplement savoir qu’il est à l’intérieur. C’est une question de conception.

Donc dès demain qu’est-ce que tu vas faire ?

En te levant, tu vas te rappeler que Dieu dort en toi comme un fœtus et chaque fois que tu vas faire quelque chose que je qualifierais de divin, de spirituel comme une bonne pensée, une bonne action, un détachement, une élévation, chaque fois tu vas réveiller ce fœtus. Et de réveil en réveil, il va devenir un homme qui prendra ta place et à ce moment-là, l’un comme l’autre vous allez vous unir et il ne restera plus qu’un Dieu, plus aucune trace de celui qui était un homme. On ne verra que des illusions auxquelles on croyait autrefois. Plus aucune trace, car tu n’as jamais été un homme. Tu es simplement un Dieu qui s’est oublié et qui croit à tous les cauchemars qu’il est en train de faire.

Donc, mon premier devoir vis-à-vis de toi qui es Dieu et que j’aime, car je n’en aime pas un autre. Je n’aime pas un Dieu qui est sur la table de mon rituel, je n’aime pas un Dieu qui est dans la flamme du cosmos, j’aime le Dieu qui est toi sur cette planète, qui est prisonnier, qui fait la guerre, qui tremble et qui viole. C’est toi que je viens sauver.

C’est à toi que je dis : rappelle-toi de temps en temps à ne pas croire tous ces cauchemars, à toutes ces formes qui défilent dans ta psychologie et moi qui suis ton serviteur et qui pour l’instant apparais être ton guide, je ne suis que ton serviteur à travers les siècles. Je ne suis là que pour t’aider à reprendre conscience et lorsque tu auras repris conscience, toi qui aujourd’hui es homme et qui pourtant es le Dieu que je sers, je me mettrai à tes genoux et j’attendrai tes ordres, comme tu seras à mes genoux et que tu attendras mes ordres, parce que nous sommes de la même essence et qu’ensemble nous bâtirons de grandes choses.

C’est ce que je vous souhaite et n’oubliez pas qui vous êtes. Vous pouvez oublier tout ce que je vous ai dit, même je vous l’ordonne. Il vaut mieux tout oublier parce que cela ne sert à rien de se rappeler toutes ces choses. Je parle pendant des heures pour vous amener petit à petit vers un instant, une intuition, un sentiment, un moment où vous allez peut-être basculer. Donc tout ce que je dis n’a aucune importance, ce n’est fait que pour petit à petit rompre avec tout ce que vous connaissez pour vous faire basculer ailleurs.

Oublie ce que je t’ai dit, mais n’oublie jamais qui tu es et tu es celui que je sers.

Je vous salue.