Skip to content

"⇩ Votre Série Spiritualité et Illumination ⇩"

Ecroulement de la Franc-maçonnerie



Psychologie Cosmique

22-10-88 – 6/6


Ecroulement de la Franc-maçonnerie.

Thèmes :

– Dans le futur la franc-maçonnerie et autres écoles initiatiques vont s’écrouler
– La pensée impressionne toutes tes cellules.
– Il faut descendre la conscience dans son corps pour comprendre sa maladie et la soigner.
– Le feu électrique, le pouvoir de Dieu.

Il y a diverses façons de procéder à un rituel, et l’on peut simplement être observateur d’un rituel, comme cela se passe par exemple durant la messe. Pour nous, il serait favorable d’ailleurs, selon notre propre appréciation, qu’un rituel tel que la messe devienne quelque chose où les individus puissent eux aussi agir, où ils puissent avoir une part active, pour entrer un peu plus en fait dans le rituel futur qui existera. Chacun aura une part active, il n’existera plus un maître de cérémonie, des agents de la cérémonie, puis ceux qui bénéficient de la cérémonie, ceux qui ne sont que des observateurs. Tout le monde devra participer pour réunir en fait à l’intérieur d’un culte, tous les cultes.

Lorsque vous allez à la messe, que se passe-t-il ?

Tous les cultes existent dans la messe, c’est certain, mais uniquement pour l’officiant, donc pour le prêtre ou pour le curé, mais pas du tout pour les personnes qui assistent. Pour les personnes qui assistent, il s’agit bel et bien du sixième rayon qui est à vivre pour elles, il n’y a que pour l’officiant qu’existent tous les rayons, parce qu’il manipule toutes les énergies, parce qu’il est l’action. Et ainsi de suite pour divers autres cultes.

Pour que donc tous les cultes soient rassemblés à l’intérieur d’un culte, et que chacun ait un moment pour lui-même. Pour être un moyen d’action, il faut que le culte puisse devenir utilisable par tous et qu’une sorte de messe existe. Elle existera, et chacun pourra officier de la façon comme on officie en fait dans les groupes ésotériques, telle que la maçonnerie à l’heure actuelle. Mais pour être juste, il faudrait dire qu’en fait, c’est la maçonnerie qui va devenir de plus en plus ressemblante à la messe.

Par quel phénomène ?

Tout simplement parce qu’elle va s’ouvrir à l’extérieur. Ce que faisait en fait l’église autrefois, son action de service auprès de l’humanité, son action de baptême essentiellement. Ce qui restera de la maçonnerie va avoir à le faire. Ce qui va par là même redéfinir complètement la maçonnerie. Car jusqu’à présent, la franc-maçonnerie a plutôt été quelque chose qui était secret, à côté de la religion, à côté de la messe. Il y a les religieux d’un côté et les francs-maçons de l’autre, et jamais on ne se regardait en face, « nous ne sommes pas de la même maison ».

Mais pour l’homme qui est le but de l’action, pour vous qui êtes le but de cette action, la nécessité de l’action, tout sera transformé. Et il faut que la maçonnerie soit écroulée, complètement écroulée, complètement mis à bas, à bas de son pouvoir, à bas aussi de sa réputation. Car lorsque quelque chose s’écroule, ce n’est pas simplement les maîtres coupent l’énergie, ferment le tuyau. Cela veut dire que dans tous les aspects de la manifestation de la chose, l’écroulement a lieu. Ce qui fait que si une chose existe énormément sur un plan physique, tout ce qui peut avoir lieu comme moyen de destruction sur le plan physique, ces moyens vont être mis en œuvre.

Il se trouve que la franc-maçonnerie à l’heure actuelle occupe une certaine place privilégiée. Cette place lui sera retirée, non pas par verdict divin, mais parce que tout simplement lorsque l’énergie se retire, parce qu’une forme doit cesser d’exister, un phénomène de destruction s’entame et se répercute sur tous les plans de vie de cette entité, de ce groupe, ou de cette religion. Donc, il y aura à la clé de la plupart des grands groupes ésotériques connus à l’heure actuelle, que ce soit la franc-maçonnerie, mais aussi d’autres groupes que vous connaissez peut-être moins publiquement, il y aura à la clé de leur déclin, des grandes histoires publiques, des gros problèmes de réputation, et tout sera cassé.

Il y aura aussi des problèmes dans la transmission initiatique. Ce qui veut dire que les officiants ne ressentiront plus du tout, ni l’énergie passer, ni la vérité comme étant existante, ce qui mettra leur foi énormément en défaillance, ce qui par là même appauvrira le renouvellement du personnel, et va réduire la chose à zéro. Ce n’est que lorsqu’un individu est mort qu’il peut renaître. Ce n’est donc que lorsque toutes les sociétés initiatiques seront complètement détruites, déchues, qu’un ordre véritable aura lieu. Il ne faut donc pas courir dans tous les sens en vous plaignant que plus rien existe, en vous arrachant les cheveux et en vous disant :

« Mais je ne comprends pas. Cette école était très bien et voilà qu’elle est complètement déchue. Je n’arrive pas à savoir ce qui se passe. Toutes les loges qui pourtant avaient un bon fondement s’écroulent. Non seulement plus personne ne veut y adhérer, mais ceux qui restent, détruisent comme à plaisir ce qui existe encore. »

Si vous ne voyez pas le signe des temps, vous ne pouvez pas comprendre ce qu’est cette destruction et vous ne pouvez pas la laisser avoir lieu avec une réaction de joie. Si vous pouviez comprendre, savoir, vous participeriez au contraire à sa destruction. De manière intelligente, certes, mais vous le feriez. Donc, il ne faut pas perdre votre énergie, perdre votre temps à essayer de consolider ce qui existe encore. Il faut investir dans ce qui est à venir ou plutôt ce qui va être la forme à venir de la chose. La chose que vous aimez, certes, et qui est sans doute très digne de votre intérêt, mais il faut désincarner la chose. Prendre donc l’essence de la chose et la replanter ailleurs. Prendre ce qui est essentiel de la chose et faire fleurir cet essentiel ailleurs, parce que c’est uniquement dans cet ailleurs que l’essentiel pourra fleurir. Si vous persistez à consolider la vieille baptise, la vieille école, vous allez comprendre très vite que vous ne pouvez rien faire, vous allez comprendre très vite que cela est inutile. Vous ne comprendrez pas pourquoi véritablement, vous allez vous mettre en doute. Vous allez mettre en doute les gens qui viennent, qui assistent aux choses et vous allez vous dire : « mais ce sont eux qui ne sont pas assez évolués ». Erreur. Les gens sont appelés ailleurs.

Ce qui faut donc, c’est prendre ce qui est essentiel. Redéfinir une stature et planter ce nouvel homme bien droit ailleurs, et le pousser dans la vie. Ainsi ce que vous pourrez créer comme ordre, ou comme société, ou comme école, aura une vérité. La vérité qui sera correspondante à votre niveau initiatique, et ce sera une vérité suffisante pour aller jusqu’à l’installation de l’ordre nouveau qui arrive.

Ce qui ne veut pas dire que je vous demande, dès demain, de créer autant que vous le pouvez des écoles initiatiques. Si vous n’avez pas la fonction véritable, vous ne le pourrez pas. Écoutez donc avant tout le plan de votre âme. Simplement je vous dis cela pour ceux qui doivent adhérer à ces mouvements. Choisissez les nouveaux mouvements et plus jamais les anciens quels qu’ils soient. Par contre, soyez assez malin, assez fort, assez intelligents pour savoir prendre que la substance. Vous pouvez aller dans les anciennes expressions de la sagesse, les anciennes expressions de l’énergie, pour essayer de comprendre, pour essayer de vous instruire, pour essayer aussi de vous renforcer, et ainsi vous pourrez par là même mieux travailler à ce qui est à venir.

Qu’est-ce qui est à venir ?

Car si je vous envoyais simplement dans l’inconnu, mon discours ne rimerait absolument à rien. Qu’est-ce qui est à venir ?

Ce qui est à venir est ce qui est pressenti dans les clichés qui circulent à propos du nouvel Âge, où en fait la religion est remplacée par la sagesse, toute simple, où l’esprit de groupes des fraternités occultes est remplacé par la fraternité planétaire, et où les efforts d’illumination connus individuellement par les hommes, deviennent au contraire un but universel. C’est-à-dire que les hommes ne travaillent plus uniquement sur leur propre devenir, comme cela se passe si souvent à l’heure actuelle, mais où ils travaillent en groupe, de façon à pouvoir influencer l’humanité dans son entier, l’humanité connue et conçue comme une entité planétaire.

Cela revient donc à dire que les hommes de ce nouveau monde auront non pas simplement la conscience d’eux-mêmes, la conscience individuelle, mais aussi une conscience qui commence à devenir planétaire. Cela ne veut pas dire que tout le monde va recevoir une immense initiation. Cela ne veut pas dire que tout monde pour découvrir, pour basculer dans cette conscience planétaire, va nécessairement recevoir une initiation.

Ce qu’il faut savoir, c’est que l’homme ne vit pas seul sur la Terre. Il n’est pas le seul à évoluer. Il n’évolue pas uniquement pour lui-même, pour devenir un Maître, puis un Logos, puis je ne sais quoi. Il appartient à une famille. Cette famille est une entité, et cette entité connaît des états d’âme, des états de conscience, connaît des moments initiatiques, comme l’individu connaît des moments initiatiques lui aussi, et comme l’entité que forme l’humanité.

Quand cette entité-là connaît un moment initiatique, comme cela se passe à chaque passage d’une ère à une autre, automatiquement toutes ses cellules, tous les hommes donc, tous les individus connaissent, même sans l’avoir mérité, un état différent, un état de conscience complètement différent. Mais pour y arriver, il faut que cette entité totale que compose l’humanité, que donc l’humanité elle-même ait fait un effort en tant qu’entité personnelle, et qu’elle-même a bien son alchimie. Et il faut que toutes ses cellules, tous les individus donc que vous êtes, que nous sommes, il faut que toutes ses cellules soient réceptives, et elles aussi aient acquis une certaine évolution. Exactement de la même façon, lorsque vous voulez déclencher un état de conscience, vous savez très bien que vous devez passer par une purification physique par exemple.

Et que fait cette purification physique ?

Ceux qui ne connaissent pas grand-chose vont croire que c’est pour ôter les toxines du corps et présenter une matière propre. C’est vrai, c’est une partie, mais quel est le but ?

Le but et le fait, c’est tout simplement que la cellule va être conscientisée et ce n’est qu’en apportant auprès de l’initiateur un corps donc où chaque cellule est conscientisée, une conscience individuelle qui est vous-même, qui est elle aussi conscientisée au point le plus profond que vous avez pu faire. Ce n’est qu’en apportant donc tout cela que l’initiation peut avoir lieu.

Vous n’êtes pas dissociés des cellules de votre corps. Tout ce que vous pensez, la cellule le pense aussi, par effet. Quand vous pensez une chose, que ce soit la cellule du sang, du foie, de la moelle épinière, celles des cheveux, des ongles, peu importe, la cellule reçoit la pensée. Exactement comme le disciple par le système de l’impression reçoit un archétype qui est envoyé par le Maître pour l’inspirer, pour prédéterminer son destin. De cette même façon la cellule est impressionnée, mais elle ne sait pas si ce qui est envoyé est bon ou mauvais. Elle reçoit simplement une impression qu’elle ne peut pas juger, qu’elle ne peut pas répéter même, elle la reçoit et elle la modèle.

Ce qui fait que lorsque vous êtes en déséquilibre physique, lorsque vous êtes malade par exemple, si vous êtes trop conscient d’être malade, si vous pensez trop à votre mal formation, à votre problème physique, à votre incapacité à ceci ou de cela, à votre diminution de capacité, vous ne pouvez que renforcer le problème. Alors que si vous faites l’inverse, et quand je dis faire l’inverse, cela ne veut pas dire qu’il faut parler aux cellules en leur disant :

« Eh bien, maintenant, mes petites copines, vous allez penser complètement autre chose. On va s’imaginer être très grand, très fort, très jeune, éternellement jeune. »

Vous ne pouvez pas de cette façon-là espérer que la chose va arriver.

Que faut-il penser entre ces deux extrêmes ?

Il faut toujours penser la chose juste. Il faut vouloir ce qui est juste et estimer ce qui est juste. Vous ne pouvez pas passer d’une incapacité que vous connaissez, à une maîtrise totale ou à l’abondance de l’exercice d’une chose. Par exemple, pour quelqu’un qui connaît une diminution de la vue, il ne faut pas imaginer qu’en programmant les cellules, qu’en ordonnant aux cellules, demain vous allez avoir une vue extrêmement aiguë. Il faut toujours estimer ce qui est juste.

Qu’est-ce qui est juste ?

C’est dans un premier temps de renverser le processus. Si vous proposez aux cellules, dès demain, de fabriquer la capacité de voir, les cellules vont réagir comme si elles recevaient un mensonge. Depuis des années et des années elles sont habituées à créer une incapacité. Alors, si d’un seul coup, elles reçoivent l’ordre de créer la capacité, elles réagissent exactement comme une troupe qui a l’impression d’avoir reçu un ordre d’un faux Général ou d’un faux Colonel, en tout cas d’un espion. Alors, elles ne l’exécutent pas. Il faut petit à petit renverser le processus.

Ce qu’il faut dans un premier temps, c’est prendre conscience de la faiblesse, parce que la plupart des gens ne sont pas conscients de leur faiblesse. Ils se disent : « j’ai la vue qui diminue » et ils se mettent des lunettes. Mais est-ce qu’ils rentrent pour autant véritablement dans leurs yeux pour sentir leurs yeux, sentir la faiblesse de leurs yeux ?

En sentant la faiblesse de l’œil, pour citer cette faiblesse, en sentant de quel type est la faiblesse de l’œil, l’individu va pouvoir par là même, mieux diriger son énergie, sa pensée. Et quand par hasard, il va s’apercevoir que le problème n’est pas l’œil, il ne va pas donc envoyer des ordres aux cellules qui composent l’œil, il va s’apercevoir que le problème vient d’un échange chimique qui est mal équilibré et qui se fait très mal entre les glandes qui se trouvent à l’intérieur du cerveau, qui se trouvent juste derrière les yeux, en profondeur dans le cerveau. À partir du moment où il sait que c’est cette glande-là qu’il faut soigner, parce que le fait d’être descendu dans son organe lui aura révélé la situation exacte et le lieu exact du problème, à ce moment-là, il ne va pas envoyer des ordres à l’œil, mais il va envoyer des ordres à sa glande pituitaire. Et là, petit à petit, il va renverser le processus. Et si vraiment il a la foi, si vraiment il veut se donner la peine, s’il juge cela comme étant utile, il peut arriver à effacer complètement sa faiblesse.

De la même façon pour tous les autres problèmes, il faut toujours regarder l’endroit où est le foyer. Mais on ne peut prendre conscience de l’endroit du foyer que si l’on descend dans son problème, que si l’on descend dans sa maladie, que si l’on descend dans son ulcère. Et si l’on descend dans l’ulcère, les médicaments deviennent inutiles, on commence à travailler sur l’endroit exact. Tant qu’on ne descend pas dans l’ulcère, on doit prendre des médicaments, parce qu’on ne se sent pas responsable de son ulcère. On se dit c’est les nerfs, c’est à cause de mon patron, c’est à cause de ma femme, c’est à cause des feux rouges, ou c’est à cause de ma mère qui m’a fait un vilain nez. Mais en descendant dans l’ulcère, on va s’apercevoir où est l’endroit du stress, et ce n’est peut-être pas le patron, ou du moins le patron n’est qu’une cause parmi tant d’autres. Ce n’est peut-être pas le nez qu’on a au milieu de la figure. C’est peut-être quelque chose de plus profond, qui est complètement personnel à vous-même, qui n’a pas forcément quelque chose à voir avec les autres. Et à partir de ce moment-là, vous pouvez-vous soigner.

Quand vous êtes malade, quand vous avez des difficultés avec votre tempérament, pensez au moment de la crise à descendre et à essayer de voir votre maladie, de voir votre déséquilibre, de voir votre problème. C’est en descendant avec le témoin qui est votre conscience dans le cœur du problème que vous pourrez être votre propre médecin. Personne ne peut le faire pour vous, même pas le guérisseur. Simplement Jésus-Christ, qui lui va brûler le karma pour vous, l’erreur pour vous, ou l’énigme pour vous.

Par contre, vous pouvez tout pour vous-même si vous descendez. Mais descendre et regarder n’est pas une chose facile. Faire monter la conscience pour contempler Dieu n’est pas chose facile, et la faire descendre pour contempler la cellule, ou pour contempler le fonctionnement d’un organe n’est pas chose facile non plus. C’est exactement la même difficulté. Donc, autant que vous avez de talent pour méditer, pour monter, vous en aurez pour descendre, pour contempler votre matière ou les processus de son activité. Et par là même vous pourrez réparer ou pas.

Encore quelques mots sur le feu pour terminer le discours, quelques mots sur le feu pour rappeler que ce que nous appelons le feu électrique n’est pas à confondre avec le feu que l’on pourrait imaginer être la conscience de Dieu, un feu cosmique donc. Si tout est feu, si tout est flamme, même la conscience, le feu électrique est complètement différent. Il est une seule et même substance : le Pouvoir.

Le feu électrique ne réfléchit pas, il est pourtant une intelligence, c’est certain. Cela lui est donné, car pour pouvoir être un feu constructeur, il faut être intelligent. Cependant, c’est une intelligence qui n’est pas individualisée, ce qui fait que ce feu-là est la substance avec laquelle les hiérarchies angéliques et archangéliques vont travailler. Ce n’est pas une substance qui va donc donner lieu elle-même à une hiérarchie d’êtres, comme cela est le cas pour les autres feux.
Le feu électrique n’est qu’une substance, il n’y a pas de hiérarchie attachée au feu électrique. On ne peut donc pas rencontrer l’archange du feu électrique, la hiérarchie des êtres qui vont du point le plus haut au point le plus bas et qui sont la forme et l’extériorisation du feu électrique. Le feu électrique c’est ce qu’on peut appeler aussi le Saint-Esprit en fait. Il est une substance, il est un matériau.

Que fait l’homme avec ?

L’homme le réveille au fur et à mesure de ses initiations, par un premier lieu la kundalini, ce qui ressemble le plus au feu électrique de l’univers et dans un second lieu par le feu sacré. Ce qui ressemble à un aspect supérieur du feu électrique, dont on pourra parler une autre fois.

Que font les anges avec le feu électrique ?

Ils tiennent les cycles des temps dans un premier lieu, ensuite ils déterminent les formations de la matière et tiennent les cristaux en forme. C’est par la création des cristaux en fait, que les Maîtres de la création ont pu parfaitement ordonner tous les atomes qui ensuite ont donné lieu au règne végétal, au règne animal et ensuite au règne humain. Si cela a pu se faire dans le règne du cristal, dans le règne minéral, c’est que cela pouvait se faire partout. Donc, l’endroit où la Hiérarchie créatrice teste (si jeux m’exprimer ainsi) sa capacité de création, c’est avant tout dans le règne minéral. Et si tout se passe bien là, alors c’est comme un feu vert qui est donné pour que tout le reste ait lieu aussi.

Le cristal est donc l’endroit physique où l’on pourra le plus concentrer, voire recevoir le feu électrique. C’est pour cela qu’il ne faut pas faire n’importe quoi avec les cristaux, parce que c’est l’endroit où le feu électrique passe par excellence. L’endroit où il est le plus concentré, parce que c’est l’endroit de la base de la création physique. Donc, attention ! Pas d’amusements avec les cristaux. Discernement, discrimination. Ne les utilisez que, soit par amour, soit parce que vous savez très bien ce que vous faites.

Le feu électrique est comme une foudre. À moins que vous ne puissiez être un paratonnerre ou un grand magicien, vous ne pouvez pas passer sans dommage la foudre. Toutefois les Maîtres apprennent peu à peu à l’homme à collaborer avec ce feu électrique. Mais la manipulation du feu électrique passe inévitablement (ou repassera de nouveau inévitablement) par une nouvelle collaboration avec le règne angélique, car le règne angélique et le feu électrique, c’est une seule et même chose. L’un est la forme, l’autre est le moyen de la forme, le matériel de l’entité. Donc, qui dit manipulation du feu électrique, dit automatiquement quelque part, collaboration avec le règne angélique, alignement avec les lois du règne angélique. Tout simplement parce que tout a lieu de cette façon-là. Non pas parce que ce sont uniquement les anges qui détiennent ce feu, mais parce que ce sont les anges qui ont été prédestinés. Et quand je parle des anges, je pense aux hauts aspects du règne angélique, aux anges qui ont été prédestinés à la création de l’univers et à la sauvegarde de l’univers. L’homme rencontrera donc toujours tôt ou tard un ange sur sa route. Je vous souhaite que ce soit pour vous le plus tôt possible.

Je vous salue.