Skip to content

"⇩ Votre Série Spiritualité et Illumination ⇩"

27-06-85 – 2/3



Psychologie Cosmique

27-06-85 2/3

 

Thèmes :

–    La hiérarchie planétaire.
–    La hiérarchie a besoin des humains pour changer le monde.
–    L’enseignement est un instrument pour évoluer, il ne faut pas s’obséder avec lui, il faut l’utiliser pour créer des ouvertures   cosmiques.
–    Il faut être l’exemple pour recevoir l’énergie divine.
–    La hiérarchie est toute puissante, mais elle respecte le libre arbitre des hommes.

(Suite de la conférence du 27.06.85)

Bon, revenons sur la hiérarchie, car la question était très intéressante, mais tu comprends maintenant combien elle est vaste, parce que parler de la hiérarchie, c’est parler du pourquoi de la hiérarchie. Et parler du pourquoi de la hiérarchie, c’est parler de l’évolution de l’humanité.

Alors, la hiérarchie planétaire, elle change avec les cycles de l’humanité. C’est-à-dire que selon les besoins d’une certaine vibration, selon les besoins d’un certain enseignement qui correspond justement au niveau d’entendement de l’humanité à ce moment, des êtres sont choisis, parmi le cosmos, parmi les illuminés et les initiés terrestres, pour déverser, transporter justement sur la Terre cette chose dont la Terre a besoin. Alors dans la hiérarchie, il n’y a pas que des êtres terrestres.

Y a-t-il des extraterrestres ?

Oui, mais quand je parle des extraterrestres, il ne faut pas les visualiser comme les gens ont tendance à les imaginer : des petits hommes verts, venus des pléiades, ou je ne sais quoi. Quand on parle des extraterrestres, il faut les considérer comme des êtres qui sont dans d’autres dimensions.

Des êtres qui ont atteint un tel degré dévolution, qu’ils ont transcendé la matière. C’est pourquoi bien qu’ils aient évolué dans une autre planète que la Terre, personnellement je préfère les appeler des êtres cosmiques, plutôt que des extraterrestres, car ils n’appartiennent plus au plan physique.

Un jour je vous parlerais des extraterrestres, mais je ne veux pas trop vous disperser aujourd’hui.

Il y a de tout dans la hiérarchie, des terriens, des extraterrestres, des maîtres, des guides, des illuminés, des Orientaux, des Occidentaux, il y a tout. Tout ce qui peut représenter un instrument pour vous développer, faire comprendre à l’humanité les choses de l’invisible et les choses universelles. Alors, je vous le demande :

Voulez-vous entrer dans la hiérarchie ?

Parce que dès demain vous le pouvez.

Comment ?

C’est simple, non pas en devenant très illuminé. Nous n’avons pas toujours besoin des gens très illuminés pour faire le travail. Si on attendait que l’humanité soit très illuminée pour lui donner quelque chose, nous n’en serions même pas à nous parler aujourd’hui. Nous avons besoin de la collaboration de tous, même du plus petit. J’irai même prêcher auprès des bourriques s’ils pouvaient m’entendre. Oui, parce que même parmi les gens les plus ignares, il y a aussi une évolution à faire. Rien ne me retient. Rien ne me fait reculer.

Vous qui êtes plus éveillés, vous devez vous sentir concernés par la chose extraordinaire qui se passe à cette époque, le changement de temps radical qui peut s’exercer sur la planète. C’est pour ça que dès demain, vous pouvez faire partie de la hiérarchie, sans être un maître, sans être un guide. Vous pouvez être le canal de la hiérarchie, parce que la hiérarchie n’est rien si elle n’a pas de canaux sur la Terre.

À quoi cela sert-il que Kuthumi soit Kuthumi, s’il est tout simplement comme un ballon ou comme ces objets qui volent dans le ciel et qui n’arrivent pas à se poser sur la terre. Kuthumi est Kuthumi parce qu’il existe des pauvres petits frères. Les maîtres sont les maîtres parce qu’il existe des pauvres ignorants. Si vous étiez tous maîtres, et c’est le but de l’évolution, le concept de maître n’existerait pas. Il faut que vous compreniez chaque fois que vous lissez quelque chose, que le concept même de la chose n’existe que parce que vous êtes hors de ce concept, comme les lois mentionnées antérieurement. C’est cette séparabilité qui engendre ces choses, comme de vous dire que Dieu est tout et que vous êtes Dieu. Le fait même de devoir vous le dire prouve que vous ignorez que vous l’êtes. Si vous saviez que vous l’êtes, vous n’auriez même pas à vous poser la question, vous n’auriez même pas à vous le confirmer, ce serait d’une telle évidence qu’il n’y aurait pas de recherche. Tu n’aurais pas besoin de le dire, tu le serais et c’est tout.

Donc, il faut que vous sachiez que tout ce qui est écrit, quel que soit le livre, existe que comme une illusion, un mirage, qui ne durera pas plus longtemps que durera votre ignorance. Parce que sitôt que la connaissance fera partie de vous, non seulement intellectuellement, mais intégrée, conscientisée, le livre ne sera plus nécessaire, parce qu’il n’est qu’un instrument pour vous faire sortir de cet état d’ignorance. Donc, ne vous accrochez pas aux livres, ne vous attachez même pas aux concepts que le livre exprime. Attachez-vous à vibrer avec le cosmos, à devenir le cosmos. C’est là la seule voie, je vous le dis.

Sinon pourquoi celui qui a été envoyé et qui était l’un des plus grands n’a-t-il pas plus parlé ? Qu’a dit Jésus ? Peu de mots en fait :

– Aimez-vous les uns les autres.
– Aimez vos ennemis.
– Priez le Dieu qui est en vous.
– Le royaume des cieux est en vous.

Il a dit des choses simples, et c’est parce qu’elles étaient tellement simples, qu’elles étaient vraies, parce que la vérité est simple. La vérité n’est pas quelque chose de compliqué, ce n’est pas un mystère. Tout le monde veut chercher le mystère du bon Dieu. Mais qu’est-ce qu’ils veulent ces humains ?

Le mystère du bon Dieu, comme si c’était une alchimie énorme et compliquée, complètement voilée. Non, cela n’a rien de tout cela. Par contre, si vous restez dans la séparabilité, alors là, oui, il y a un mystère. Il y a mystère, parce que tout ce qui est au-delà de la limite de la connaissance devient un inconnu donc, et c’est l’inconnu le mystère. Beaucoup d’humains passent des réincarnations et des réincarnations uniquement à apprendre les mystères de Dieu. Et nous les voyons avec tristesse mettre de côté leur évolution et n’être obsédés qu’avec les mystères. La recherche est comme une drogue, c’est enivrant, c’est grisant et on prend grand plaisir à chercher à droite et à gauche :

« Tiens mais cette énergie, qu’est-ce que cela veut dire ? Et puis cet autre aspect, qu’est-ce que cela veut dire ? Et les ondes de forme ? Et cetera, etc. »

Curieusement, si ces personnes se concentraient sur l’évolution, ils atteindraient un niveau où ils acquerraient la connaissance instantanée, c’est-à-dire qu’en se concentrant sur quelque chose, automatiquement ils recevraient l’information de cette chose, sans besoin d’étudier ou chercher.

Alors, je ne veux pas dire que tous ces efforts soient inutiles. Là, n’est pas mon discours. Comme je vous l’ai dit, souvent je taperais très fort sur la table pour ébranler vos convictions. Ce qui ne veut pas dire que les choses exprimées soient fausses. C’est parce que je veux déraciner de votre esprit l’incorrecte interprétation que vous en avez, et pour déraciner cette interprétation, il faut que je vous fasse trembler dans vos croyances, que j’ébranle vos convictions pour qu’il vous semble que plus rien de vrai n’a été dit. Et dans ce chaos qui pourra vous paraître mortel, là, vous pouvez avoir la révélation !

Pourquoi ?

Parce que sitôt que l’homme ne se construit plus d’après les concepts, ne se conçoit plus lui-même, ni l’univers, d’après des dogmes, d’après des principes intellectuels. À ce moment-là, il a la chance d’être ouvert à la vérité.

Alors vous allez me dire :
« Mais pourquoi toutes ses choses nous ont été données si finalement ce n’est qu’un attrape-nigaud ? Quelle idée ils ont eu ces maîtres avec leurs tas d’enseignements, et des pages et des pages ? Sans compter qu’il n’y a pas que les européens, si on comptabilise en plus les musulmans, les indus, les chinois, et peut-être même les êtres d’autres planètes ? »

C’est parce qu’il y a des étapes, comme je vous l’ai dit. Au début, il faut apprendre les rudiments à l’être humain. Mais la chose difficile, très difficile, c’est qu’il faut lui apprendre que ces choses étaient vaines, illusoires, même si ces choses ont réussi à l’emmener à ce point ultime. Alors, évidemment il ne comprend plus. C’est comme quelqu’un à qui on a donné des jambes pour marcher et lorsqu’il est arrivé au point où il devait arriver, on lui dit qu’il n’y a pas que de cette façon-là pour marcher, et on lui coupe les jambes. Alors il se dit :

« Mais je n’irais pas plus loin, Maître. Tu m’as dit que je ne pouvais marcher qu’avec cet instrument. Tu m’as dit qu’il n’y avait qu’avec ces jambes-là, que je pouvais aller quelque part. »

Mais c’est maintenant que justement, il faut couper les jambes. Et le maître arrive et il tranche. Et le disciple a peur, comme l’humanité a peur en ce moment, mais le maître à autre chose à lui proposer. Il lui dit :

« Oui, les jambes étaient utiles, tant que tu voulais être de la terre, tant que tu devais fouler la terre, tant que tu étais enraciné à la terre. Mais maintenant, tu dois être du ciel. Regarde tes ailes pousser. Essaye, vas-y, vol mon enfant. Lance-toi du haut de la falaise et vole. N’appartient plus à la terre, soit du ciel. »

Évidemment c’est une parabole et il ne faut pas la considérer littéralement. Cela veut dire que l’enseignement, qu’il soit ésotérique ou religieux sont les jambes que les maîtres nous ont donnés pour que nous puissions nous développer. Mais il y a une étape où si nous voulons avancer encore plus loin dans le chemin de l’évolution, il faut laisser à côté la forme, pour commencer à vivre l’essence que porte cet enseignement. Par exemple, arrêter d’étudier sur la Lumière divine, et commencer à irradier cette Lumière divine à travers vos actions.

Ceci est maintenant possible pour vous tous si vous le voulez.

L’enseignement est bon en lui-même. L’enseignement peut vous apporter beaucoup en lui-même. L’enseignement vous a permis d’arriver jusqu’au niveau où vous êtes arrivés. Et il est sacré, parce que les principes qu’il exprime sont véritables. Mais ce qu’il faut faire maintenant, c’est de ne plus prendre la structure comme étant justement des jambes pour marcher sur le chemin. Il vous faut prendre l’essence que porte cette structure pour développer vos ailes d’êtres divins. Donc, à partir de maintenant, il ne faut plus s’arrêter à la structure de l’enseignement, mais aller au cœur de la vérité qui se trouve dans l’essence de cet enseignement. C’est là que vous deviendrez véritablement des êtres divins. Ce n’est pas en étant les architectes du temple que vous deviendrez des anges. Si vous voulez être des architectes du temple vous resterez toujours des architectes. Ce qui ne veut pas dire que vous ne serez pas heureux, mais vous ne correspondrez pas à mon travail, à mon discours. Moi, je vous parle d’après à ce que j’ai à créer comme effet sur la terre. L’humanité est destinée à être comme le Graal, le réceptacle de la boisson divine : la Lumière.

Et le Graal, il se pose où ?

Au centre du temple, et il attend la descente de l’être solaire. Et autour de ce temple, il y a ceux qui s’acharnent à taper sur les piliers pour savoir de quelle matière ils sont constitués, taper sur la porte pour savoir quelle est la charpente, décoller la peinture pour connaître la teinte, décoller le carrelage pour savoir si c’est du marbre, etc. Tout cela c’est bon. Oui. Tout ça c’est vrai. Oui. Mais cela ne donne accès qu’à la structure. Cela ne vous donne pas accès à l’Autel du temple. C’est pour cela que je vous dis : ne soyez pas les techniciens de Dieu. Devenez Dieu sur terre comme Jésus, mais évidemment au niveau de notre développement.

Comment devenir Dieu ?

Eh bien, par ces mêmes enseignements qui vous ont été donnés, mais utilisez-les pour avoir accès au cœur de la spiritualité. Que son étude ne devienne pas un obstacle à votre évolution, mais au contraire que son étude soit une dynamique pour votre évolution. Que son étude produise en vous des ouvertures et non pas la part du mystère. Des ouvertures…

[Personnellement, après avoir étudié quelque chose de spirituel, comme par exemple un discours de Pastor, à la fin, je prends un moment de recueillement où, en mettant de l’intention, j’essaye d’assimiler dans mon être, l’essence de ce que je viens d’étudier, et souvent j’ai senti (je vous assure) ce qui semble être une élévation de ma conscience, qui peut être l’ouverture dont parle Pastor.

Alors, bien sûr, la quête est passionnante, la quête est quelque chose de fabuleux, même pour quelqu’un qui le vit très spirituellement. C’est vrai que c’est fabuleux de sentir les changements, d’imaginer les maîtres, d’imaginer la hiérarchie. Mais tout cela c’est de l’imagination justement.

– Que faites-vous de vous ?
– Que faites-vous de votre âme ?

Kuthumi est très content de savoir qu’il est connu. Kuthumi est très content de savoir qu’il est loué. Mais il serait encore plus heureux s’il pouvait vraiment vous serrer la main, et ceci n’est possible que si votre état de conscience s’élève et devient cosmique.

À quoi vous sert-il de tout connaître sur les maîtres si vous n’en avez jamais rencontré un ?

Vous pourriez tout savoir du Maître, mais cependant le maître restera dans la peine, parce que même en sachant tout de lui, il n’a pas accès à vous et il ne peut venir vous soulager. C’est comme cela que beaucoup de disciples et même certains initiés, finissent par douter de la pénétration de la hiérarchie dans le monde, parce qu’ils se disent :

« Mais enfin, c’est impossible cette hiérarchie si puissante, ces grands maîtres qui peuvent même ressusciter les morts, et pourtant, ils laissent le monde dans cet état-là. Ils laissent le monde avec ses problèmes. Ils laissent celui-là qui pourtant les vénère mourir d’un cancer, et ils laissent cet autre avoir un accident et être estropié à vie.

Comment cela se fait-il, alors que nous les prions dans les temples et dans les églises ? »

C’est parce que justement la communication entre la hiérarchie et les humains ne peut se créer que lorsque l’être humain est en communion avec les maîtres, et cette communion ne peut se faire que si vous entrez dans un état de conscience supérieur. C’est là où je veux et j’insisterai toujours et toujours, même si je ne dois dire que cela le reste du temps que j’ai à parler :

TOUT DÉPEND DE L’ÉTAT DE CONSCIENCE

Rien de plus. Toute la clé est là.

Et cet état de conscience, il dépend de quoi ?

Il dépend de votre volonté.

C’est-à-dire, devenir un être actif, ne plus vouloir étudier l’ésotérisme seulement par curiosité, de vouloir tout connaître des maîtres, mais d’aider l’humanité comme font les maîtres, évidemment à votre niveau. Agir et ne plus être passif.

Les volontés n’ont pas à comprendre l’univers, les volontés ont à vivre l’univers.

Il m’est arrivé souvent de regarder la Terre et d’observer comme quelqu’un qui contemplerait du haut d’un balcon. Je voulais voir, je voulais savoir ce qu’on pouvait faire. Et j’ai vu que même les humains les mieux intentionnés, j’ai vu que même les humains qui savaient le plus de choses sur la hiérarchie, sur les maîtres, sur des méthodes de méditation, sur le yoga, sur tout ce qui est un instrument d’évolution et j’ai remarqué que même ces gens-là, n’avaient pas compris ce que veut dire « vivre l’univers ».

C’est pour cela qu’il vaut mieux vous envoyer des gens qui n’ont rien à dire, mais qui sont l’exemple, que des gens qui ont beaucoup à dire, mais qui ne démontrent rien. Parce que vivre l’univers, cela ne peut pas s’apprendre. Il faut se lancer. Comme lorsqu’on commence un métier, on vous apprend les rudiments et puis après il faut se lancer, se lancer dans la vie.  De même ici, on vous a donné les rudiments avec l’enseignement ésotérique, maintenant il faut vous lancer et vivre votre statut d’être cosmique. Et c’est là où justement vous devez absolument faire tout ce qui a été dit, je dirais par Jésus, mais il y a bien d’autres, parce que vivre cosmiquement, cela commence par vivre l’humanité qui est en vous.

Qu’avez-vous en tant qu’être humain ?

De l’amour, de la possibilité à l’action, de l’intelligence et toutes les autres qualités. C’est ce qui vous compose en tant qu’être humain, donc, il faut vivre l’humanité qui est en vous. Être bon, être généreux, aider, soulager, soutenir. Aider les autres à comprendre, aider les autres à évoluer. C’est cela, vivre cosmiquement sur la terre. Non seulement prier ou méditer. Mais surtout, engendrer toujours plus de la Lumière divine. Et automatiquement dès que l’individu devient un canal de ces choses-là, alors il reçoit une initiation, même s’il ne le perçoit pas. Mais il faut commencer par le bas.

Alors, quand je dis cela, et quand les autres frères aussi le disent, les gens en rajoutent à la fin du discours :

« Oui, c’est très bien ce que tu dis, c’est même joli, mais dans notre monde, on ne peut pas se comporter comme ça. »

Et alors là, je baisse les bras, parce que je me dis : j’ai parlé pour rien. Depuis vingt minutes je parle pour rien. Ils n’ont pas compris. Mais qu’est-ce qu’ils ont ces humains ?

Si vous ne pouvez pas être l’exemple, alors rien ne se passera.
Tant pis si on vous traite de fou, tant pis si on se moque de vous, tant pis si vous perdez vos amis. C’est qu’ils n’étaient pas des vrais amis. Vous en trouverez d’autres meilleurs, des cosmiques. Mais soyez l’exemple. Il n’y a qu’en étant cet exemple que vous dégagez de l’énergie, parce que vous mettez en mouvement la spiritualité qui est en vous. Vous la manifestez en étant spirituel dans chacun de vos gestes. À ce moment-là, l’énergie spirituelle vous traverse et se déploie et se déverse à travers vous dans le monde. C’est comme ça qu’on peut changer le monde. Ce n’est pas en allant au temple chaque semaine, et en restant profane tout le reste de la semaine. Ce n’est pas comme ça, je vous l’assure, on l’a déjà trop connu sur la Terre et cela n’a rien arrangé. Dans l’Antiquité, il y avait des initiés de très haut niveau dans les temples, et à l’extérieur, il y avait les guerriers. Non, c’est fini tout cela ! Il faut que cela soit fini !

Parce que c’est une question de nombre aussi. Que se passe-t-il sur la Terre ?

Maintenant, le nombre de ceux qui sont noircis dans leur être augmente, et ça, c’est un grand problème. Qu’allez-vous faire, vous qui êtes dans les temples modernes, si cette masse d’individus négatifs arrive et dirige le monde ?

Sans importer que tant vous ayez de pureté, vous serez écrasés. Alors, je sais que certains accepteraient le sacrifice. Ils ont le cœur pour cela, mais tel n’est pas le but. Le but est que vous soyez sur terre l’aspect manifesté et vivant de cette hiérarchie qui a besoin de vous, besoin de votre collaboration pour créer un changement. Si elle n’avait pas besoin de vous, la hiérarchie aurait déjà changé le monde depuis très longtemps. Si la hiérarchie avait tant de pouvoir que cela sur la planète, Jésus lui-même aurait été traité comme un Roi quand il est descendu.

Et pourtant qu’a fait la hiérarchie ?

Elle a laissé Jésus sur la planète, et Jésus s’est débrouillé avec les hommes, et Jésus a été tué par les hommes. Donc où est le pouvoir de la hiérarchie ?

Le pouvoir de la hiérarchie est immense, mais il s’abaisse devant la volonté des hommes, car le libre arbitre leur a été donné par Dieu. Donc, la hiérarchie essaye de négocier avec la volonté des hommes en leur disant :

« Fais attention ! Écoute-moi un peu. Si je t’envoie des Messies, écoutez-les. Si je t’envoie des prophètes, écoutez-les. C’est pour ton bien ! »

Alors, la hiérarchie a besoin de vous, mais elle n’a pas besoin que vous soyez tous Jésus-Christ. Soyez réellement ce que vous êtes, c’est-à-dire des disciples responsables et actifs, des disciples qui apprécient l’effort que font les maîtres, des disciples qui apprécient le travail que fait la hiérarchie, et qui veulent collaborer dans ce travail. Si vous êtes simplement cela, vous pourrez faire énormément pour l’humanité, un travail performant et lumineux. Il ne s’agit pas d’être des grands initiés pour travailler, je vous le dis. C’est notre travail de recevoir la Lumière divine et de la filtrer pour que les humains ne soient pas heurtés par son intensité. Vous, soyez simplement nos canaux, nos instruments pour transmettre cette Lumière partout sur terre. Et pour nous ce service est très précieux, pour nous c’est même primordial, donc soyez comme cela.

En fin, je le réitère pour que cela soit bien compris. Ne pensez pas que dans mon discours, j’ai renié tout ce qui a été donné. Non. Je veux que vous voyiez ce qui a été donné de façon sublimée. C’est cela que je veux produire en vous. Je ne vous reprends rien, je ne vous soustrais rien. Non, je viens tout simplement essayer de vous faire comprendre réellement ce que vous avez dans les mains et dans l’esprit. Seulement comme il s’agit de prise de conscience, alors je dois bousculer le mental. Mais ne vous inquiétez pas, le mental est tellement tordu que de toute façon il retrouvera son pain quelque part dans ce conflit.

Je vous écoute.