Skip to content

Energie Divine



Psychologie Cosmique

21-10-85 2/2

 

Qu’est ce que l’Énergie Divine

 

Question :

À quel moment, dans la vie d’un être humain, l’énergie divine apparaît-elle ? Est-ce à l’état embryonnaire ou est-ce à la naissance ?

Que veut dire, l’énergie divine ?

L’individu est lui-même une énergie. Pour un homme, incorporer une énergie divine ne s’éveille pas à un moment particulier, un cyclique prévu, comme s’il s’agissait de développer sa propre énergie de pouvoir, ce que l’on appelle aussi kundalini, ou d’incorporer une énergie spécifique pouvant donner par exemple l’esprit, comme disent certains. Il est dans la volonté de l’individu de la développer.

Naturellement, s’il a eu la volonté de la développer autrefois, et qu’il ait déjà en lui cette force, immanquablement, même s’il est un bébé de deux mois, il la possédera à la naissance. L’individu qui n’a jamais voulu être de bonne volonté, pourra mourir cent fois et renaître cent fois, il ne la possédera jamais.

Donc, l’énergie divine, visualisée comme une descente, donnant l’âme en fait, mais l’âme en tant que lumière, cette énergie descend, lorsque l’individu le veut, lorsqu’il fait la démarche, pour être la coupe qui va la recevoir.

Pourquoi l’énergie divine descendrait-elle sur vous, même si vous le voulez, si vous la désirez, si vous continuez à être habités par des ignorances, si vous continuez à faire partie de cette irréalité du monde ?

Cela ne servirait à rien, parce qu’elle ne pourrait pas rester en vous, elle ne ferait que vous effleurer et vous en seriez même inconscients. De la même manière si un individu avait tout son système de température du corps complètement annihilé, il ne pourrait pas plus sentir le froid que le chaud. Pour qu’il puisse sentir le froid et le chaud, il faut que tout son système de perception se réveille. Il en est de même pour votre conscience.





Qu’est-ce que la lumière, l’énergie divine ?

L’énergie c’est toujours de la conscience. La conscience est énergie, et l’énergie est conscience. Et du fait même que la conscience est énergie, l’énergie en se projetant donne la matière, et c’est ainsi que la matière est énergie et conscience. C’est pour cela que certains disent qu’il faut voir Dieu en tout, qu’il faut voir la lumière en tout.

Quand l’énergie vient-elle ?

Le jour où la conscience de l’individu est au même degré que l’énergie correspondante. Alors l’énergie descend pour concrétiser l’état de conscience, en faire la nature de l’individu et lui permettre de rayonner en pouvoir le niveau de conscience atteint.

C’est pour cela que Jésus avait tous les pouvoirs, parce qu’il avait atteint un plan de conscience où se trouvaient les énergies nécessaires pour manifester tout ce dont il avait besoin. C’est pour cela qu’il a dit aux hommes, « Toutes ces choses vous pouvez les faire, et de bien plus belles encore », parce qu’il s’agit de bonne volonté. Il ne s’agit pas que Dieu, parce que vous avez beaucoup souffert, beaucoup prié, beaucoup pensé à lui, soit attiré par ce genre de comportement et décide de vous envoyer l’esprit, l’énergie ou l’initiation. Dieu pose son cœur et son œil sur tous ses enfants et à tous moments. Mais c’est à l’enfant de voir ce qui se passe et recevoir ce qui est donné.

Donc, l’évolution se passe toujours à l’intérieur de vous, c’est vous, vis-à-vis de vous-même. L’énergie vient lorsque la conscience est élevée au niveau où l’énergie peut descendre. Inutile d’envoyer l’énergie avant, elle ne serait pas ressentie sur un plan de conscience. Par contre sur le plan du corps éthérique, du corps astral, du corps physique cela pourrait être ressenti, mais de manière désastreuse, parce que, plutôt que d’être béni, l’individu pourrait être tué. Regardez dans la bible à propos de ceux qui ont touché l’Arche et qui n’étaient pas prêts, ils sont morts électrocutés.

Les énergies sont quelque chose de fantastique mais elles sont extrêmement dangereuses, parce que les énergies ne sont pas les bontés du Bon Dieu. Les énergies sont des fréquences. Vous connaissez ce qu’il vous en coûte lorsque vous mettez les doigts dans un interrupteur. C’est ce qui se passerait si un Maître, par pitié pour vous, venait vous initier, parce qu’il n’y a pas de différence entre la nature et les effets de l’électricité et la nature et les effets des énergies cosmiques.

D’où vient la possibilité d’intégrer cette énergie et ces énergies ?

De la même manière qu’il vous faut un transformateur entre une prise de courant et une ampoule trop faible, comme l’est le corps physique par rapport aux énergies divines, il y a votre corps éthérique, votre corps astral, votre corps mental. Tous ces corps doivent vibrer et transformer les énergies pour les rendre utilisables sur un plan physique. Mais ces corps apprennent à transformer et à incorporer ces énergies par l’effet de votre bonne volonté à évoluer.

Si vous pouviez prendre le taux vibratoire du corps astral d’un individu qui se comporte de manière profane, vous verriez que ces vibrations sont très grossières, mais il n’appartient qu’à lui de les subtiliser, en changeant son comportement. Parce qu’un geste, une pensée véhiculent de l’énergie.

Vous n’êtes que de l’énergie. Votre pensée, lorsqu’elle s’articule, votre geste lorsqu’il se manifeste, déclenche des énergies qui sont le reflet de ce que vous êtes, mais qui en même temps vous solidifie dans ce que vous êtes. C’est-à-dire qu’un individu qui voudrait cesser d’être avare, ne pourra pas cesser d’être avare tant qu’il se dit je ne veux pas être avare. Il va falloir qu’il cesse d’être avare, et ainsi toutes ses énergies vont changer, parce qu’il aura agi autrement.

C’est pour cela que j’ai dit, si un défaut vous ennuie dans votre personnalité, ne vous culpabilisez pas, développez l’inverse de ce défaut qui est une qualité, parce qu’ainsi vous allez vivre une autre énergie et incorporer une autre énergie. Donc pour habituer ces différents corps à incorporer les énergies divines, il faut que vous deveniez divin, que vous appreniez à ces différents corps à devenir divins.

Alors que faire avec le plan astral, avec ce corps, qui est celui des émotions, comment le diviniser ?

Par la sagesse. Un homme ne devient Dieu, que s’il devient sage. Connaissez ce qui vous rend émotionnel, ce qui va vous incliner à être méchant, brutal ou coléreux, et sachez que cela n’est pas vous, mais que c’est votre corps astral, qui lui même a pu être inspiré ou à demi conditionné par votre ciel de naissance. L’astrologie ne devant pas être vécue comme un joug de la fatalité, mais comme des forces dans lesquelles vous devez aller puiser pour manifester la vie que vous avez envie de manifester.

Avec change de vie.fr retrouvez votre énergie divine.

Donc, sachez que ce qui est nerveux ce n’est pas vous, mais que c’est votre corps astral, parce que quelques minutes avant, quelqu’un vous a un petit peu excités avec des paroles qui sont venues froisser votre corps astral, ou parce qu’une certaine planète vous rend très irascible. Mais cette planète ne vous le commande pas. Cette planète ne fait que vous envoyer une énergie et vous en faites ce que vous voulez.

Dans une énergie, il y a toujours le positif et le négatif. C’est-à-dire que si vous voulez vivre cette énergie planétaire comme une source de colère, eh ! Bien, libre à vous, mais si vous regardez un petit peu plus loin, cette vibration planétaire vous apporte tout le contraire. Si vous vous situez dans la gamme vibratoire trop basse ou trop profane, vous allez vivre cette énergie planétaire dans ses aspects négatifs, au lieu de la vivre dans ses aspects positifs.

Comme vous savez que ce n’est pas vous qui êtes de mauvaise humeur, mais que c’est votre corps astral, avec sagesse, vous n’avez qu’à le contrôler. Lorsque je dis cela, j’entends des esprits qui disent : «Si je n’ai plus droit à ma colère, si je ne peux plus manifester mon humeur, si je n’ai plus droit à ma personnalité, où est ma liberté?»
Eh ! Bien, si vous voulez de cette personnalité, je vous la laisse, mais il ne faut pas vous plaindre d’être malheureux, de subir le monde, de mourir. Je vous dis ce que vous devez lâcher pour pouvoir être dans l’équilibre et le bonheur. Mais si le lâcher ne vous inspire pas et ne vous plaît pas, je ne vous y forcerai jamais.

Alors contrôlez votre corps astral. Vous contrôlez bien votre main, votre bras, vous ne les laissez pas faire des gestes incontrôlés. Vous contrôlez votre bras parce que vous avez envie que votre bras fasse la chose que vous avez envie de faire.
Que voulez-vous dans la vie ?

Vous voulez être heureux, alors contrôlez votre corps astral pour qu’il n’ait plus jamais à vous envoyer d’émotions négatives de tristesse, de malheur, de complexe, etc. Contrôlez votre corps astral, parce qu’il ne vaut pas plus que votre bras. Vous lui donnez énormément d’importance parce que vous ne savez pas à quel point il est stupide, vile, à quel point il vous empêche d’être heureux. Et pourtant vous cherchez le bonheur.

Pour votre pensée, c’est pareil. Vous avez des fantasmes, des désirs inassouvis, des cauchemars, des problèmes, des pensées négatives qui vous assaillent ou trop de rêves qui vous envahissent. Eh ! Bien, contrôlez votre corps mental, parce que la pensée a aussi son corps.
Tous ces corps se superposent autour de vous, et vous êtes la synthèse de tout cela. Alors, contrôlez votre corps mental, contrôlez votre pensée, de la même manière que vous ne laissez pas votre bras, votre jambe partir n’importe où.

Vous avez envie d’être heureux ? Vous perdez votre temps à être malheureux. Vous avez envie de trouver la plénitude? Vous perdez votre temps à être nerveux, en colère, à ne pas pardonner pour avoir la paix. Vous voyez comme cela est enfantin.

Donc, il faut réunir un peu vos billes, comme vous dites, faire une unité, savoir ce que vous voulez et y mettre de la bonne volonté. Sachez ce que vous voulez, et connaissez-vous sur un plan occulte, et sachez que ces différents corps n’ont pas plus d’importance que vos orteils, parce qu’ils ne sont que des instruments, donc des sous-fifres de votre âme.

Pour l’instant, ils se plaisent à être les rois, et à étouffer votre âme, votre vie intérieure, votre cœur. Pas étonnant que des gens aient des malaises, qu’ils soient mal dans leur peau, déséquilibrés. Je vous le dis, la pensée, le sentiment, ne sont que des sous-fifres, des instruments de votre âme. À vous donc de les diriger en tant qu’instruments. Ne vous laissez pas dominer par ces instruments, sinon, immanquablement ils vous détruiront, parce qu’ils n’ont pas de conscience.

Prenez votre corps astral, vous n’y trouverez que des émotions et les plus fortes possibles, mais nulle part la conscience, parce que, si le corps astral avait la conscience, il ne serait pas fou au point de se détruire. Il en est de même pour le plan mental, il n’a pas de conscience. Il fonctionne comme un robot, il dit, je pense, je pense… et le corps astral dit : j’éprouve, j’éprouve… et l’homme ou la femme que vous êtes se dit : je pense et j’éprouve, et vous êtes dupe.

Comme si un homme qui pédale sur son vélo se mettrait à s’identifier à son vélo et se disait, je roule. Vous n’êtes pas votre instrument, vous n’êtes pas votre véhicule. Votre véhicule reçoit ce que vous êtes, comme la coupe reçoit l’hostie et le vin. Il vous faut être une coupe, et pour recevoir l’hostie et le vin, cette coupe doit être creuse. Essayez de mettre du vin et l’hostie dans une coupe qui est saturée de boue et de pierres. Le vin va déborder sur les côtés. C’est ce que je vous expliquais, lorsque je disais que l’énergie divine ne descendait sur vous que le jour où vous êtes prêts à la recevoir, pour qu’elle ait une chance de s’intégrer à vous.

Comment creuser votre coupe, et qu’elle soit vide, non pas sans personnalité, mais pour qu’elle devienne le réceptacle des énergies divines ?

Il faut soustraire toutes les énergies terres, et ce n’est pas compliqué. Votre personnalité sera toujours là, puisque la coupe existe. La coupe est là, c’est un relief, et chaque coupe est différente, est plus ou moins grande. Il y en a en or, en argent, en bois, en terre cuite, des décorées. Ça, c’est votre personnalité, c’est votre teinte, et elle restera. Aller vers Dieu ne veut pas dire devenir une fourmi divine parmi les autres fourmis pour ne satisfaire que la Reine.

Votre personnalité va rester, mais elle ne sera plus saturée de choses grossières. Votre coupe ne sera plus remplie de boue et de pierres. Toutes ces émotions, pensées et défauts seront partis, et le fait de devenir perfection, vous remplira d’énergie divine. Dès qu’il arrive un peu de vide, l’eau descend pour participer au nettoyage, elle participe à vos efforts, et vous encourage. Elle aide aussi d’une certaine manière à ce que cela aille plus vite, puisque vous le voulez.

Alors, si vous voulez aller vers le bonheur, si vous voulez aller vers la plénitude, vers Dieu, avant tout, je vous en supplie, ne cherchez pas un Maître, ne cherchez pas non plus le livre le plus savant, ne vous plongez pas dans la Bible, ne vous demandez pas quel est le meilleur prophète.

Occupez-vous de vous. Rendez propre ce temple, nettoyez-le, contrôlez les émotions, les pensées, créez cet équilibre et vous serez plus à même d’apprécier le prophète, la Bible, vous serez dignes de rencontrer le Maître. Tant que vous n’aurez pas nettoyé votre coupe, aucun Maître ne viendra vers vous, aucun livre ne sera révélateur de la vérité, rien ne pourra vous soulager.

C’est comme si quelqu’un avait les doigts pris dans un piège et allait vers tout le monde pour essayer d’être soulagé et que personne ne lui fasse remarquer qu’il a les doigts pris dans le piège, parce que les autres sont tout aussi aveugles que lui, ils ne sont que sa douleur et ne voient pas ce qui produit cette douleur. Vous êtes dans cet aveuglement.

Tout ce que vous savez, c’est que vous êtes malheureux, que vous êtes mortels, mais vous ne savez pas ce qui vous rend malheureux, ce qui vous fait mourir, et vous ne voulez pas le savoir, parce que sitôt qu’il s’agit de contrôler la cause du malheur l’homme s’assoit.

Il se dit, c’est mon caractère, c’est la fatalité, je suis né comme cala, je ressemble à mon père, je ressemble à ma mère, on n’avait pas à me battre lorsque j’étais petit, on m’a traumatisé, complexé. L’individu qui réagit comme cela ne se sent jamais concerné. Ce sont les autres, le social, le monde, mais jamais lui. Si vous attendez que le monde arrête de vous faire du mal pour rejoindre Dieu, vous aurez le temps de mourir mille fois et de beaucoup souffrir. Le monde ne va pas devenir parfait pour que vous soyez heureux. Le monde sera parfait le jour où vous serez parfaits, le jour où vous serez heureux. Parce que vous, vous venez là, avec vos problèmes, avec vos questions, mais dehors, il y en a autant, et encore plus.

Alors, je vous le dis : contrôle, bonne volonté, sagesse, amour, et la lumière n’est pas loin. Le Maître vous attend si vous faites cela. Le Maître vous à déjà vu à l’instant où vous avez pris la décision. Il a déjà vu une petite bougie s’allumer et sa flamme grandir. Alors, il se dit : tiens, une petite bougie qui veut devenir chandelier, rien que pour allumer les églises et les autres bougies des autres hommes, allons la soutenir.

Ils viendront vous protéger, vous soutenir dans vos efforts, mais pour cela il faut que vous le décidiez, que vous établissiez tout cela en vous comme une loi, et que vous le fassiez. Si vous le décidez sans le faire, cela ne vaut rien. C’est faire les plans d’une maison sans jamais la bâtir et le jour où l’orage arrive, à qui la faute ?

Allez-vous accuser les maçons de ne pas avoir reçu votre message télépathique pour venir construire votre maison, ou allez-vous vous accuser de ne pas être allé vers les maçons pour leur dire qu’il était temps de bâtir une maison ?
Il en va de même avec les choses divines.

Faites les plans avec sagesse, contrôlez donc, proposez-vous et agissez. C’est par l’action que l’homme se rend différent, parce que l’action génère des énergies qui le conditionnent vibratoirement à être ce qu’il fait. Les jours où vous êtes par exemple, malheureux, eh ! Bien, souriez. Ne vous dites pas c’est la pensée positive, j’affiche le sourire, mais en dedans ça pleure. Souriez et essayez d’y croire, et je vous garantis que vous n’aurez pas souri plus de trois fois que le bonheur sera en vous, comme si jamais vous n’aviez souffert.
Parce que le fait de produire quelque chose envoie une vibration qui vous conditionne. C’est pour cela que l’homme ne peut devenir Dieu que s’il change, que s’il se comporte comme un Dieu, mais se comporter comme un Dieu veut dire ne plus être un homme de la terre.

Choisissez votre monde, comme je le dis souvent, et agissez d’après les lois de ce monde et l’irréalité du monde changera, puisque vous, vous aurez changé votre irréalité en réalité. Votre voisin va faire de même et quelqu’un sur un autre continent va faire de même, et puis des centaines, des millions, et l’irréalité du monde va changer en réalité. Mais il faut que tous se mettent à la tâche.

Attendre le messie est une attitude nulle. Cela ne sert à rien, même si vous priez soir et matin, même si vous offrez votre sang. C’est nul, parce que le Messie n’aura aucun effet sur vous, à moins que vous ne soyez déjà presque le Messie. Comment pourrez-vous reconnaître sa parole, comment pourrez-vous reconnaître sa lumière, si vous n’êtes pas lumineux quelque part ?

Comment les ténèbres reconnaissent-elles la lumière ?

Aucun moyen, elles ne connaissent qu’une chose, les ténèbres. Alors devenez cette lumière et vous vous apercevrez que partout autour de vous des guides existent, des Maîtres existent, que Dieu est omniprésent, que chaque chose est là pour vous instruire même un simple arbre, un simple animal, votre enfant, votre voisin, un événement social, un phénomène de la nature. Vous vous rendrez compte que tout vous apporte une instruction, que tout est initiatique et que votre vie est extrêmement riche.

Mais pour cela, il faut avoir l’esprit ouvert, l’œil ouvert, le cœur ouvert et ne pas être chargé de tous ces problèmes psychologiques, émotionnels, affectifs, avec lesquels vous vous présentez. Jetez-les au feu.

Écrivez tout ce qui vous pèse, serrez fortement cette feuille contre vous, imaginez que c’est vous-même qui êtes dans la feuille, faites un grand brasier, et jetez-vous dedans, jetez ce papier, jetez tout ce que vous haïssez de vous-même, tout ce qui vous empêche d’être divin, et sentez-vous devenir libre, différent, et contrôlez-vous pour perpétuer cette liberté et cette différence.

Je vous salue.