Skip to content

"⇩ Votre Série Spiritualité et Illumination ⇩"

La Grande Enigme – Qui Suis-Je



La Grande Enigme: Qui Suis-Je ?



De tout temps, l’ésotérisme a suscité beaucoup d’interrogations de la part de l’homme. Il fut une époque où l’ésotérisme était l’apanage des grands et des puissants. Puis ce sont des groupes, des Ordres qui ont accaparé ce savoir. Ce qui fait que de nos jours cette science est toujours considérée comme une science cachée, réservée à des adeptes, des initiés, des privilégiés.

Ce qui fut utile jadis, dans ces temps reculés, ne l’est plus aujourd’hui. En effet si l’on remonte assez loin, les hommes par leur état de conscience ayant un rythme vibratoire assez bas, il n’aurait pas été souhaitable qu’ils détiennent certains pouvoirs, certaines révélations, parce qu’ils auraient fait plus de mal que de bien. Ce qui ne veut pas dire que ceux qui les détenaient, n’aient fait que des merveilles. Leur ego et leur soif de pouvoir passaient avant tout.

Les hommes de cette époque étaient plus enclins à travailler avec des entités du bas astral que véritablement des initiés, des Maîtres, pour la bonne raison que leur rythme vibratoire ne leur permettait pas ou beaucoup plus difficilement de travailler avec des entités au rythme vibratoire plus élevées. Ce qui fait, qu’avec ces entités du bas astral, ils pouvaient faire quelques bonnes actions quand même, soigner par exemple, mais cela leur demandait tellement d’énergie, qu’au fil du temps, n’étant plus assez forts, c’étaient ces entités qui les vidaient de leur énergie et ils mouraient dans la folie ou la démence.

Aujourd’hui, il est temps pour l’homme de connaître ces révélations et de les expérimenter. L’ésotérisme qui signifie dedans, à l’intérieur de, doit devenir exotérique qui signifie extérieur, divulgué à tous.


Je n’ai pas la prétention d’enseigner qui que ce soit sur ce sujet, mais je désire simplement mettre en application la parole qui dit : sitôt récolté, sitôt semé.

Je n’ai pas l’intention non plus d’entrer dans les détails et comme dit Pastor : « Des détails ne vous en occupez pas, les frères en haut s’en chargent. De toute façon, à ceux qui réclament trop de détails on leur apprend qu’en haut il n’y a que de l’informe et qu’ils aillent chercher dans la forme, dans le manifesté, les petits détails qui leur conviennent si bien. »

Ce ne sont pas les religions qui vont libérer l’homme, mais la connaissance, la connaissance ésotérique, donc aussi la science parce qu’elle en apportera la preuve. La religion n’a pas été donnée à l’homme pour aller vers Dieu, mais pour rendre l’homme plus sensible, quitte à le rendre trop astral, parce qu’il n’y a pas plus réceptif qu’un homme sensible.

Ce qui va subsister des religions quelles qu’elles soient, c’est la philosophie, le rituel, la communion, la fusion que donnent ces religions. Leurs structures vont disparaître, parce que la structure a dérapé, a entretenu l’ignorance, a divisé les hommes au lieu de les rassembler. Elles ont établi des dogmes. Et puis tout simplement parce que l’ère où les religions pouvaient avoir lieu est terminée. Petit à petit les structures vont s’éteindre par manque d’énergie, puisque la hiérarchie passe à une autre forme d’énergie. Mais tout ce qu’elles ont pu donner à homme d’ouverture et de sensibilité reste un acquis précieux pour l’homme.

Il faut comprendre aussi, et j’espère ne pas heurter quelques esprits un peu trop croyants. Lorsque Jésus s’est incarné sur notre planète terre et a été adombré par Christ, comme aussi tous les grands êtres et prophètes, ce n’était pas pour établir des religions ou une religion. Ils sont venus dire et montrer aux hommes ce qu’il y avait de plus précieux que la vie sur terre, et ils ont utilisé la parabole, donc l’image pour cela. Parce qu’une parole est donnée afin qu’elle puisse être comprise avec l’intelligence du moment, mais elle perd de sa puissance au fil des temps, alors que l’image subsiste. Mais ils savaient que l’homme ne comprendrait pas et qu’il allait faire autour de la parole des religions, des dogmes.

Si l’on veut comprendre l’ésotérisme il faut connaître quelques réalités et c’est bien cela qui divise scientifiques et ésotéristes, parce que le scientifique cherche avant tout une preuve et c’est ce qui motive sa recherche, alors que l’ésotériste ne peut rien prouver, ce qui l’intéresse c’est la découverte des énergies, la réalité de la vie.

Le Grand Mystère : Qui suis-je ?

On nous enseigne que Dieu a créé le monde et qu’il nous a fait à son image, que Dieu est amour, compassion, juste, qu’il est le pardon même, etc. mais on ne donne pas les raisons, le pourquoi, pourquoi tout ce qui nous entoure, pourquoi le ciel, le soleil, la lune, les planètes, les étoiles et la terre. Et si je regarde un peu plus près, pourquoi les cailloux, pourquoi les végétaux, les animaux et pourquoi moi un homme, pourquoi moi ? Et là, le mystère est complet.

L’ésotérisme nous dit que Dieu Est, que Dieu est une énergie, une pensée, un état d’être, un état de non-être absolu. On peut se perdre dans toutes ces dénominations. Si Dieu est Amour, pourquoi nous laisse-t-il dans les guerres, la tourmente et si Dieu est un état de non-être, on peut se poser la question : Existe-il vraiment, parce que le non-être c’est quoi ?

Pour essayer de comprendre un petit peu, j’écoute ce que disent les uns et les autres. Pour les premiers, il paraîtrait, que ce serait pour nous éprouver, pour que nous soyons tous des enfants bien sages, très obéissants et que suivant notre obéissance ou notre rébellion nous gagnerions le paradis ou les flammes de l’enfer.
Si c’est ça l’Amour, je n’apprécie pas du tout. Je te dis non. Après tout, je n’ai rien demandé.

Le second dit : Je vais te raconter une histoire et comme c’est une histoire, tu es libre de la croire ou non.

Il était un Père qui avait deux fils.

L’un des fils est resté dans le royaume et faisait tout ce que voulait le Père. Il connaissait bien le Père, il connaissait bien les lois et il arrangeait bien le royaume dans son entier.
L’autre fils est parti loin du royaume. Il est allé aux confins de l’univers. Son destin était de voyager et de ramasser des trésors.

Périodiquement, le frère qui était resté dans le royaume allait au port, au bord du quai. Il attendait de voir un jour le bateau de son frère revenir et apporter tous les trésors pour glorifier le Royaume. Mais le frère ne venait pas.
Alors au bout d’un certain temps, il va voir le père et lui dit :
« Père, je ne comprends pas et cela m’inquiète. Mon frère est parti aux confins du Royaume, là-bas sur le plan physique et chaque fois que je vais sur le quai parce que ce serait normalement l’heure où il devrait être de retour, il ne se trouve pas là. »
Alors ce frère qui était resté dans le royaume descend dans le plan physique chercher son frère. Il va chercher son frère parce qu’il sait que son frère est une part de lui-même et surtout et avant tout la conscience de Dieu, une partie du Père. Car les deux frères n’ont pu être créés que parce que le Père s’est coupé en deux et s’est créé en deux frères apparemment différents et opposés.
Donc, lorsque le frère qui était resté dans le royaume s’en va aux confins de l’univers, ce n’est pas pour sauver son frère, mais pour aller chercher l’autre moitié de lui-même, l’autre moitié de Dieu qui connaît quelque retard dans la matière. Parce que cette autre partie de Dieu, à cause d’un conditionnement trop humain, s’est mise à écouter le chant des sirènes qui le retiennent prisonnier.
Alors cycliquement, aux heures où en fait il se serait tenu sur le quai, il vient sur la terre et il rappelle ce qu’est la vérité. Il rappelle ce qu’est Dieu et il redit aux hommes :
« Tu es ce Dieu, tu es ce Frère qui est l’autre moitié de moi-même et si nous nous unissons, si nous ne faisons plus qu’un, nous composerons ce Dieu qui est Notre Père dans le haut des cieux. Nous pouvons le devenir si enfin nous nous retrouvons tous les deux, toi le Frère de la matière et moi le Frère spirituel. »

C’est ce que chante le Christ au cœur des hommes. C’est ce que chante l’aspect christique qui se trouve à l’intérieur de chaque homme et qui est l’âme.

Reviens, reviens, dit l’âme à la personnalité qu’est l’homme. Reviens dit l’âme, tu es l’autre moitié de moi-même et si nous nous unissons, nous contemplerons l’archétype dont parle Jésus lorsqu’il parle du Père.

Si l’on veut véritablement comprendre le pourquoi des choses, de la création, d’un univers, d’un monde, il faut commencer par comprendre que Dieu n’est pas éternel mais qu’il est perpétuel, comme si Dieu, pour exister, avait besoin d’une nouvelle jeunesse, avait besoin de se renouveler. C’est dans cette perpétuité qu’est éternité.

Maintenant si je me mets dans un état d’être absolu, qui est un état de non-être tel qu’est Dieu, qu’elle est ma vie ? Si ma vie n’est qu’une pensée, qu’une énergie, que contemplation, je constate qu’elle n’a pas de manifestation, pas de vie, si ce n’est que la mienne. Alors une nouvelle question me vient à l’esprit : qu’elle serait l’utilité de ma vie si ce n’est que de me contempler moi-même ?

À toi qui lis ce document et qui te poses aussi des questions sur le pourquoi des choses, comme moi ferme les yeux et essaie de te mettre dans cet état de non-être. Plus rien n’existe, pas un souffle de vie, pas de bruit, il n’y a que toi. Ne crains rien et n’aie pas peur, parce qu’il y a de fortes chances pour que tu n’y arrives pas. Tout simplement parce que rien que le fait de vouloir faire le silence en toi prouve que tu n’es pas dans ce non-être. Mais à chaque expir retiens ton souffle et essaie de ressentir ce vide où aucune vie n’existe, aucun souffle, aucune lumière, si ce n’est toi, que toi. Et essaie de comprendre, que puisque Dieu n’existe que dans cet état, ce non-être absolu, pour qu’il y ait une quelconque manifestation, il va falloir que Dieu sorte de ce non-être.

Dans cet état, Dieu ne peut pas se dire je suis Dieu, impossible d’émettre une seule pensée, de vouloir créer quoi que ce soit. C’est ce qui est peut-être le plus énigmatique à comprendre pour l’homme, puisse qu’il est dit que Dieu peut tout. Il peut tout oui, mais pas dans cet état. Et ce changement d’état n’est voulu par personne, ni par les anges, les archanges, les Maîtres, même pas par Dieu. Il est simplement inscrit dans cet état divin. C’est-à-dire qu’à partir du moment où il y a cet état de non-être ou d’être absolu, le phénomène s’active pour que la vie puisse avoir lieu, comme après la nuit il y a le jour. C’est la roue qui tourne, qui tourne inlassablement.

Le fameux big bang est justement la sortie de Dieu de sa béatitude, de son état d’être. Et c’est là aussi l’acte d’Amour le plus parfait, le plus puissant du monde, être capable de ne plus être pour donner la vie. Je donne tout de ma personne pour que les milliards d’atomes qui me composent puissent avoir une vie, des manifestations différentes, propres à chacune, que chaque atome puisse se dire je suis.

Lorsque l’on parle du big bang, il n’y a pas projection d’atomes hors et loin de Dieu physiquement parlant, comme si tous les atomes étaient projetés dans le cosmos dans tous les sens, en ordre désordonné, mais il y a voile, éclipse de l’état de conscience.

C’est à ce point-là que commence la grande énigme de l’existence.
C’est à ce point-là aussi qu’entrent en application les grandes lois cosmiques qui ne sont dictées par personne, encore une fois même pas par Dieu, mais elles sont inscrites dans l’état Divin.

Qu’est ce que je veux dire par inscrites ?
Je vais prendre un exemple avec les couleurs. Tout le monde sait que la lumière est constituée de sept couleurs. Violet, indigo, bleu, vert, jaune, orangé et rouge, mais que pour voir les sept couleurs il faut un événement, à savoir que l’œil soit placé entre la pluie et le soleil pour voir l’arc-en-ciel. On peut donc dire que les sept couleurs sont inscrites dans la lumière, mais que pour voir l’arc-en-ciel l’événement est indispensable.

Il y a une grande loi cosmique qui dit :

Tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.

Si en bas on trouve les opposés, le plus et le moins, le positif et le négatif, forcément il en est de même pour ce qui est en haut. On peut donc dire que Dieu est constitué de deux forces et que les atomes qui sont expulsés lors du big bang le sont aussi. Ces forces sont en parfait équilibre lorsqu’elles sont Dieu, dans cet état de non-être, mais ne le sont plus lorsqu’elles sont en manifestation.

Ce qui va subir cette perte de conscience, c’est la partie négative de Dieu, la partie négative électriquement parlant, alors que la partie positive reste identique à elle-même et en parfaite harmonie avec l’énergie primordiale. On appelle cette partie la Monade. C’est le Frère qui est resté dans le Royaume, et la partie moins est le Frère qui a été envoyé dans l’univers pour ramasser des trésors.

Puisque Dieu donne tout, il donne aussi tout ce qui le constitue, la puissance, la force, l’équilibre, la sagesse, l’amour, la justice, l’entraide, la liberté. Ce qui fait que chacun des atomes a le même pouvoir que Dieu, mais un Dieu qui s’ignore, un Dieu dont les pouvoirs sont endormis.

À partir du « big bang » Dieu ne peut plus rien pour les parties d’atome (négatives) qu’il a propulsées hors de son champ de conscience, elles sont sous la protection de hiérarchies très multiples. Ces hiérarchies sont formées par les autres milliards de particules positives de Dieu qui s’organisent pour canaliser les petits frères qui sont partis loin du royaume, mais loin en état de conscience et non pas en distance, en éloignement physique. Lorsque je dis qu’elles s’organisent, le terme est faux quelque part, parce qu’elles exécutent ce qui est inscrit dans la pensée Divine, comme pour le big bang, mais il faut bien utiliser des mots et comme dit la phrase : la parole est d’argent, le silence est d’or.

Tout ceci pour faire quoi ?
Pour remonter l’échelle vibratoire de tous les plans et sous plans qui se sont installés à partir du big bang. Partir d’un tout universel, descendre dans le collectif, avoir une vie individuelle et retourner à universalité, l’état divin et paf…

Je te propose un petit exercice. Ferme les yeux, essaie de visualiser le big bang. Paf, tout explose, des milliards d’atomes de conscience négative sont propulsés hors du champ de conscience de Dieu. Maintenant, fixe ton attention sur un atome qui entreprend sa descente. Il descend, descend, son accélération s’intensifie et il finit sa chute dans la poussière. Il roule, roule, il devient une grosse boule de poussière. Cette boule de poussière continue sa route et sur son chemin elle trouve de l’eau. Elle roule dans l’eau, elle commence à devenir une forme souple mais sans consistance. Elle avance toujours, sort de l’eau et comme le soleil brille, elle sèche, elle prend une forme compacte et souple en même temps. Visualise bien cette forme et ouvre les yeux et regarde-toi, elle est toi.
C’est peut-être une présentation un peu succincte, mais elle représente à mes yeux une certaine réalité. Et vois-tu, si tous les hommes voulaient bien avoir un tout petit peu de cette connaissance et petit peu moins de croyance, bien des guerres cesseraient sur le champ.

Tout le phénomène, toute l’énigme est dans la descente, dans cette perte de conscience.
Il est dit que Dieu créa le monde en sept jours. En fait il ne s’agit pas de nos jours, ceux que nous connaissons, mais d’ères. Dieu créa le monde en sept ères. C’est le temps qu’il a fallu pour que tous les atomes de conscience négative projetés perdent leur état divin et commencent à devenir quelque chose en bas avec une vie, avec une histoire qui lui sera propre.

La spiritualité, l’ésotérisme sont simples mais pas forcément facile à comprendre. Il faut savoir aussi que diverses énergies sont en manifestation dans le cosmos. On appelle ces énergies des rayons. Il n’est pas absolument nécessaire de les connaître, mais utile pour celui qui veut avancer un peu dans cette connaissance. Comme je l’ai dit au début, je ne veux pas entrer dans les détails. Il y en a sept.
Il y a avant tout les trois rayons majeurs : le Un, le Deux et le Trois.
Le Un c’est le Je. Je suis. C’est le pouvoir.
Le Deux, appelé Amour sagesse, est à prendre dans le sens de la connaissance des lois.
Le Trois, intelligence active, est comme son nom l’indique l’action.

Il n’y a pas de rayon supérieur à un autre, il y a complémentarité. C’est-à-dire que le rayon “Un” ordonne par nécessité, nécessité de ce qu’il est indispensable de créer. Le rayon deux canalise l’ordre en le faisant passer par les lois cosmiques de façon que l’ordre, la pensée émise soit une pensée juste. Le rayon trois exécute cette pensée juste.

Chacun des atomes projetés possède ces trois rayons majeurs, mais suivant la hiérarchie qui les a pris en charge au moment du big bang, il sera plus sous l’influence d’un de ces rayons, qui a le un, qui a le deux qui a le trois, mais chacun possède les trois et devra expérimenter ces trois énergies.
Pour enrichir les manifestations, les créations qui se présenteront à chaque atome de conscience et pour qu’il y ait pluralité dans la manifestation, d’autres rayons sont nécessaires. Il s’agit :
Du rayon quatre, harmonie par le conflit.
Du rayon cinq, la science concrète.
Du rayon six, le rayon de la dévotion.
Du rayon sept, l’ordre cérémoniel.
Le fait d’être en manifestation, chaque atome aura la possibilité, lorsqu’il sera responsable de sa création, d’utiliser ces rayons supplémentaires pour créer des choses différentes, qui se servira de la science, qui se servira de l’art, de la beauté, de la dévotion et de l’ordre cérémoniel.

Que se passe-t-il pendant cette chute pendant cette perte de conscience ?

Lorsque l’on étudie un peu la naissance de l’univers, tous les spécialistes partent d’une explosion gazeuse, d’un big bang qu’il y aurait eu il y a quinze milliards d’années. Il se serait ainsi formé par agglomération de particules : les galaxies, les soleils, les planètes. Pour ceux que cela intéresse, c’est l’âge des grandes époques et pour notre planète : archeozoïque, primaire, tertiaire, quaternaire etc., rendez-vous sur les sites internets qui traitent ce sujet.

D’un regard ésotérique, dans leur ensemble et leur ordre chronologique, on ne peut qu’admettre ces données, mais on va leur donner une connotation spirituelle : la nécessité.

Lors du big bang, le fait de perdre son statut divin, cette conscience négative de Dieu va devenir un feu extrêmement concentré. Il constitue le réservoir d’atomes pour toutes créations, parce que c’est bien de cela qu’il s’agit, donner la possibilité à chaque atome d’avoir une expression, une vie.

Dans un premier temps, les anges créateurs vont utiliser tous ces atomes pour créer quelque chose d’immense, l’Univers. En faisant passer ces atomes par l’astral qui s’est formé en même temps que le big bang, l’astral étant une matrice de création, ils vont pouvoir créer des galaxies, des soleils, des planètes et d’autres boules de feu, qui, en se refroidissant, formeront une terre, une lune par exemple. Chaque monde ainsi créé va avoir automatiquement un esprit donc une conscience. En ce qui concerne notre univers, c’est la conscience Christique.

Notre terre, comme d’autres formes compactes avec un noyau dans d’autres galaxies, est constituée d’une croûte est d’un noyau. La croûte ne représentant que la partie extérieure de cette terre. Il réside en son centre, le noyau, ce feu, ce feu initial. Pour qu’il y ait vie, il faut qu’un esprit investisse cette création. Sans esprit, aucune vie ne pourrait avoir lieu. Si les anges voulaient supprimer la possibilité d’une vie sur terre par exemple, il suffirait qu’ils en retirent l’esprit. C’est le cas pour les très vieilles planètes qui ont eu leurs heures mais qui ne servent plus. Mais il suffirait qu’un esprit s’y réinstalle pour que la vie reprenne. L’esprit planétaire s’appelle Chamballa, sous la protection du soleil, de l’esprit Christique.

On peut donc dire que l’univers est constitué des milliards d’atomes négatifs de Dieu qui ont perdu leur statut divin (le frère qui a été envoyé loin du royaume). Ils sont guidés et sous la protection des atomes positifs de Dieu
(le frère qui est resté dans le royaume).

Afin qu’il y ait une diversité dans la manifestation sur cette croûte terrestre, et pour qu’une vie telle que nous l’entendons puisse avoir lieu, il faut bien entendu créer divers éléments qui vont composer cette croûte terrestre. Les anges créateurs vont prendre un certain nombre d’atomes dans ce feu central et en les faisant passer par astral, ils vont exprimer diverses matérialisations, l’eau pour la plus grande partie, les cristaux de toutes sortes et de toutes couleurs, les minéraux, etc. C’est le règne du minéral.

C’est à ce point-là que commencent véritablement et pour notre compréhension les cycles des matérialisations. Comme tous les atomes projetés doivent un jour entreprendre le chemin inverse, vu le nombre considérable que cela représente et pour qu’il y ait de la place pour tout le monde, c’est par groupe d’atomes que cela va se faire. Donc un certain nombre de ces atomes sans conscience vont être aspirés dans la première vague de matérialisation et vont investirent les créations des anges, l’eau, les cristaux etc. pour en acquérir l’esprit.

Dans cet état minéral on se rend très bien compte qu’il n’y a pas d’individualité dans ce règne. C’est le règne du collectif où un atome qui compose le cristal ne peut pas se dire je suis. Il est le cristal. On prend souvent l’exemple de la goutte d’eau de l’océan, elle ne peut pas se dire je suis une goutte d’eau, elle est l’océan et sa manifestation, l’océan, devient l’esprit de l’océan, l’esprit du cristal. Donc chaque atome qui compose le cristal est lié à cet esprit du cristal et en passant par cette manifestation, il va acquérir une mémoire, la mémoire de l’océan, la mémoire du cristal qu’il a formé pendant tout le temps qu’elle est restée dans ce règne. Cette mémoire c’est la conscience de l’océan, la conscience du cristal.

Le travail de tous ces atomes et d’acquérir le maximum d’énergie, de conscience que peut lui donner ce règne. Chaque atome est lié à vie aux autres atomes qui comme lui sont entrés en manifestation dans ce règne. Ils sont ce qui sera plus tard une humanité.

On peut se poser la question, puisque nous raisonnons avec une conscience humaine et on sait combien elle est compliquée, ces atomes ont-ils eu la possibilité d’avoir plusieurs manifestations dans ce règne. Par exemple vivre un état de caillou, puis d’un cristal et pour finir d’une émeraude ?
Voila, Paul, ce qui serait intéressant de savoir. Je vais dire pourquoi pas, si cela te tranquillise. De toute façon cela n’apporte rien à la compréhension. Ce sont tous ces petits détails sans importance qui créent toutes les guerres de clocher.

Puis, à une heure bien précise, celle qui a été prévue au départ, au moment de leur entrée en matérialisation dans le règne minéral et avec cette conscience acquise, ils vont se trouver aspirés dans le règne végétal. La place étant libre, une autre vague d’atomes va pouvoir entrer en manifestation et venir comme la précédente acquérir l’état de conscience du règne minéral.

Bien que le règne minéral ait une multitude de manifestations, le règne végétal en a encore plus, car il dépend d’anges créateurs un peu plus subtils et plus diversifiés. Dans ce règne, ils vont être à nouveau les expressions des créations des anges, et il suffit de regarder la nature pour en voir la diversité, si tant est que l’on puisse tout voir. Leurs premières matérialisations dans ce règne vont être dans l’eau sous forme de micro-organismes divers. Puis ces formes unicellulaires en apprenant à se multiplier, vont muter, vont se transformer en algues diverses, puis plus tard, après de multiples mutations vont investir la terre ferme sous forme de mousse, puis de plantes variées devenant des spécimens gigantesques.

Là encore une individualité n’est pas permise, c’est encore des expressions de l’ange. On pourrait s’insurger de ce dictat de l’ange, mais le seul désire de l’ange, des anges, est de donner à tous les atomes qu’il a pris en charge, la possibilité d’une expression particulière qui va de plus en plus les rendre subtils et les rendre un peu plus individuels. Il faut savoir aussi que si l’ange à ce pouvoir de création et du choix de sa création, il en a aussi la responsabilité, et sa création ne peut pas s’éteindre comme ça, par caprice. Tiens, j’ai créé cette chose mais elle ne me plaît plus, je l’abandonne. Les choses ne marchent pas ainsi dans le cosmos. Ce qui veut dire que l’ange a le devoir d’entretenir sa création, de l’alimenter en énergie. Il en est responsable, il est lié à elle jusqu’à la fin des temps. Cette responsabilité incombe à tout créateur, donc plus tard à l’homme, quand il deviendra lui-même créateur de ses pensées, de ses émotions et de ses actions. C’est une loi et il ne peut pas en être autrement.

Toutes ces créations des anges deviennent l’esprit de la nature et cet esprit a de multiples facettes, autant de facettes qu’il y a d’espèces végétales. C’est ainsi que l’on peut dire qu’il y a l’esprit de la nature aquatique, l’esprit de la forêt, dans un autre domaine l’esprit du potager, l’esprit des champs etc., et en descendant l’échelle de ce collectif, il y aura l’esprit du chêne, l’esprit de la carotte, l’esprit du rosier. Ce qui se manifeste à nos yeux, la rose, est l’expression de cet esprit qui a son siège dans les racines du rosier.

Une toute petite parenthèse, lorsque je dis que la rose est la manifestation de l’esprit qui se trouve dans les racines, cela correspond à une loi qui dit : Ce qui illumine ne peut pas être vu, ou, tout ce qui est invisible est toujours plus puissant que ce qui est visible. Autrement dit, lorsque l’on voit la lumière, on ne voit que la manifestation de ce qui crée cette lumière. C’est pour cela qu’il est dit que Dieu ne peut pas être vu.

En regardant la diversité de la nature on comprend les divers degrés de sensibilité, de finesse et de tempérament de ceux qui en sont les créateurs. Cela correspond aux divers rayons qui influencent les créations des anges. C’est ainsi que l’on va trouver des tempéraments plus combatifs que d’autres, des tempéraments plus sensibles, plus artistes que d’autres.

Si chaque atome obtient un esprit qui lui est propre tout en restant dans le collectif, il emmagasine, en passant dans ce règne, le végétal et grâce à toutes les manifestations qu’il aura pu avoir, une mémoire et cette mémoire ne le quittera jamais. C’est ce qui fait sa richesse, son état de conscience qui enrichit celui qu’il a déjà obtenu en passant par le règne minéral.

Puis, à une heure bien précise, celle qui correspond à la prise de conscience totale du règne végétal, tous les atomes aspirés en même temps dans ce règne vont être aspirés dans le règne animal.

Là encore, l’atome va rester très longtemps dans ce règne où il va vivre diverses manifestations. Sa première manifestation dans ce règne est l’amibe. Cet animal unicellulaire va apprendre à se multiplier, à fabriquer d’autres cellules, donc à commencer à être une forme individuelle. Et de mutation en mutation ils vont devenir les animaux que nous connaissons. Dans ce règne, là encore, les anges vont quelque peu décider des manifestations qu’ils ont envie de voir, et suivant leur rayon majeur ils vont créer des manifestations presque semblables mais tellement différentes dans leurs comportements, comme par exemple le requin et le dauphin.
En passant dans ce règne l’atome va enrichir sa mémoire, sa conscience, de tout ce qu’il aura pu vivre en passant par les diverses manifestations vécues, comme pour les précédant règnes, pendant des millions d’années.

À l’heure prévue et comme précédemment, les atomes de conscience de ce règne animal vont se trouver aspirés dans le règne humain, le règne de la réintégration. Et pour qu’il y ait une suite, les états de conscience du règne végétal vont muter dans l’animal et ceux du minéral vont muter dans le végétal donnant ainsi la possibilité à une nouvelle vague d’atomes d’entrer en première manifestation dans le minéral.

Si l’on regarde comme nous est représenté l’homme des cavernes, on se rend très bien compte qu’il lui reste les traces du règne précédent.
Le règne humain est le règne de l’individualisation où la mémoire agit sur la forme physique de l’homme, l’homme devenant le créateur de sa propre forme physique. Mais tout en devenant individuel, il est lié à l’ensemble des humains et cette Humanité représente un seul et même être. À l’inverse de la goutte d’eau de l’océan qui ne peut pas se dire je suis une goutte d’eau, l’homme tout en étant l’humanité peut se dire je suis un homme avec tout ce que cela comporte de liberté et de responsabilité.

L’astral est une matrice de substance, de mutation, de transformation, de création. Il est entretenu par des entités dont le rôle est de maintenir ce plan. Leur souci, si je puis dire, est d’acquérir de plus en plus d’énergie, ce sont des mangeuses d’énergie. C’est bien pour cela qu’il est dit que l’homme ne doit pas aller dans cette zone, il serait immédiatement dépossédé de son énergie, il serait détruit et personne ne pourrait venir le sauver.

L’astral garde aussi en mémoire tout ce qui a pu être créé en passant par lui, comme un ordinateur garde toujours une trace des fichiers créés. Les diverses manifestations bonnes ou mauvaises passées dans le règne minéral, végétal, animal, y sont mémorisées. On comprend très bien qu’au niveau de conscience du règne minéral et végétal les mémoires négatives sont inexistantes. Au règne animal ces mêmes mémoires ne peuvent être que collectives, puisque l’atome n’a pas une complète indépendance. Ce sera par exemple la dette d’une race envers une autre pour avoir été un peu trop agressive. Tout se gâte au passage dans le règne humain, parce que l’homme devenant individuel, ayant une conscience, pouvant juger ce qui est bien, ce qui est mal, accumule des mauvaises actions et alourdi sa mémoire, ce que l’on appelle le karma.

Et cette mémoire se retrouve en chaque homme. À chaque incarnation, cette mémoire investit l’homme dès sa naissance et suivant le rythme vibratoire obtenu précédemment, il aura telle ou telle vie.
Le but des incarnations successives est d’arriver à emmagasiner le maximum d’informations jutes, donc de purifier la mémoire de l’homme, d’arriver à ce que les actions mal faites deviennent parfaites, des pensées pures pour élever ce taux vibratoire. Et cela demande beaucoup de temps.

Lorsque l’on parle de karma l’homme comprend punition. Ce n’est pas ça du tout. Personne ne juge, personne ne s’amuse à juger ce qui est bien ce qui est mal en l’homme. Mais il y a une loi de cause à effet qui fait que chaque fois qu’un homme fait une mauvaise action, la loi de cause à effet renvoie devant l’homme l’action pour qu’il comprenne que son action n’est pas faite avec la pensée juste, donc à refaire. C’est ça le karma.

Pourquoi tout ce temps, tous ces règnes ?

Tous ces règnes ont permis à l’homme d’acquérir sept centres énergétiques, ce que l’on nomme des chakras où les mémoires des règnes précédents et le présent y résident. Ce qui existe dans l’astral a sa correspondance dans un de ces centres énergétiques. On visualise ces chakras sous la forme de fleurs de lotus avec plus ou moins de pétales. (Pour rire un peu, je félicite celui qui les a comptés, mille pour le coronal.) On peut comprendre que les mémoires étant différentes pour chaque homme, le nombre de pétales actifs sera aussi différent. C’est ce qui fait qu’un homme ne ressemble pas à un autre homme. Ils peuvent avoir quelques similitudes à un certain endroit et des divergences à un autre. Tout le monde n’ayant pas le même taux vibratoire donc le même état de conscience leur vie sera aussi différente.

Les vibrations que créent les énergies en passant sur ces fleurs de lotus, les énergies provenant d’éléments extérieurs, créent le tempérament de l’homme, son type de caractère.
À partir du moment où l’homme devient individuel, où il peut juger puisqu’il a une conscience, il acquiert un pont, ce pont c’est l’âme. L’âme n’apparaît qu’au règne humain, l’âme étant la synthèse de toutes les incarnations passées. L’âme est l’expression, la forme de vie supérieure à l’expression physique. Elle est une expression en tant qu’esprit.

C’est grâce à ce pont que la monade, la partie positive de dieu, peut entrer en relation avec sa personnalité, la partie négative de Dieu. Sans ce pont il n’y aurait pas de relation possible. Parce que l’énergie serait tellement puissante que l’homme serait détruit instantanément, comme il est écrit à propos de ceux qui ont touché l’arche.
Ces âmes sont regroupées par rythme vibratoire et forme des sphères qui gravitent dans l’aura de la terre, mais qui n’est pas l’astral. Elles forment ainsi des familles spirituelles.
Ce qui correspond à la parole de Jésus : « il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon père ».

Devenant pleinement individuel, ayant une conscience il devient responsable de son évolution. Son problème va être de savoir établir un contact avec son âme. L’homme n’est pas laissé seul, abandonné, mais personne ne vient faire le travail à sa place. L’âme crie: reviens, reviens dans les oreilles de la personnalité, l’atome qui se trouve dans la matière, qui est prisonnière de la matière. Mais l’homme est tellement préoccupé par sa survie qu’il n’entend rien. Pour l’aider, hiérarchie, maître ou guide le prennent en charge et deviennent de ce fait responsables de leur disciple. Ils essaient de l’inspirer, ils créent des événements, des circonstances pour le réveiller, pour lui donner l’éveil.

De temps en temps et à certaines heures du cadrant solaire, une hiérarchie se fait plus présente pour nous rappeler ce qu’est Dieu, ce qu’est la vérité.
C’est ce qu’a fait Christ, c’est ce qu’a fait cette hiérarchie qui s’est fait appeler Pastor. On peut dire qu’à chaque fin d’ère le phénomène se produit. Ils ne se dérangent pas pour nous donner des recettes miracles, comme gagner au tiercé ou comment divorcer, se comporter avec sa femme, comment se nourrir, mais pour nous donner des révélations sur la réalité de la vie. Jamais un maître ne se dérangera pour dire à son disciple comment faire ceci ou cela. Le maître montre du doigt, à l’homme de comprendre.

Il faut comprendre aussi que l’atome que nous avons suivi pendant la descente, même s’il devient individuel à la suite de multiples manifestations jusqu’à devenir un homme, il reste solidaire du groupe d’atomes qui a été aspiré dans le règne humain en même temps que lui.

Nous avons tous vécu ces âges de l’homme des cavernes, en passant par l’âge de la pierre, du feu, etc. pour en arriver à ce que nous sommes aujourd’hui. Il nous aura fallu trois cents, quatre cents incarnations pour cela. L’histoire de l’homme mériterait beaucoup d’autres explications. Ce n’est pas mon propos aujourd’hui, mais chaque incarnation nous élève un peu plus en état de conscience que la précédente. Et il en sera ainsi jusqu’à épuisement des expériences que propose la terre, jusqu’à ce que tous, nous ayons acquis l’état de conscience qui nous permettra de ne plus avoir besoin d’incarnations.

Là, d’autres problèmes se présenteront à nous, devenir des êtres solaires, puis lorsque nous aurons tous réintégré le soleil, à nouveau d’autres problèmes pour acquérir l’état de conscience de notre galaxie, puis des galaxies et peut-être enfin l’état divin.

En admettant qu’un homme avance beaucoup plus vite que les autres, qu’il acquiert un état de conscience lui permettant de ne plus avoir d’incarnation sur terre, il ne s’incarnera plus pour lui-même mais pour aider les autres à évoluer. Ou bien, s’il ne veut plus rien avoir à faire avec les hommes, son travail se fera dans l’invisible, et c’est peut-être le plus bel engagement, travailler pour les autres sans que personne ne le sache. Personne ne peut s’échapper seul des expériences terrestres. Et ceci correspond à ce qu’a dit Christ en Jésus :
« Tant qu’il manquera une brebis au troupeau j’irais la chercher. »

Puisque j’en suis à faire des citations, il a dit aussi :
« En ce jour-là vous comprendrez que je suis en mon père, que vous êtes en moi et moi en vous. » Ce qui correspond à la loi cosmique qui dit :
Tout est dans le tout et le tout est dans tout.

Un petit mot sur l’astral.
J’ai dit que l’astral n’était pas un lieu de résidence, mais une matrice de création. Bien que tout le monde pense que dans l’astral on y trouve ses ancêtres, cela est faux. L’astral est un lieu de passage obligé pour l’entité qui quitte son corps, mais son lieu de résidence est dans une des multiples sphères qui planent dans l’aura de la terre. Si l’entité s’accroche trop à sa vie passée, il va traîner dans l’astral plus longtemps que prévu, et s’il s’y installe, il va constituer ces entités qui essaient d’avoir des existences au travers d’hommes en incarnation. C’est très à la mode en ce moment, parce que les portes sont encore un peu trop ouvertes vu que nous sommes à une période charnière où l’on change d’énergie. Les véritables lieux de résidence des désincarnés sont ces sphères qui correspondent avec exactitude à l’évolution des défunts.
L’astral est aussi de l’eau très condensée, mais d’eau cosmique. Comme tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, l’eau terrestre représente symboliquement l’eau cosmique, cette matrice de création où résident les mémoires.
Lorsque Jésus marche sur l’eau, ce n’est pas pour prouver sa puissance, il n’en avait rien à faire, c’était une allusion à l’astral. Il dit aux hommes :
« Si comme moi tu montes au-dessus de l’astral, (donc de cette matrice de création) comme moi tu pourras marcher sur l’eau. »

Ceci soulève d’autres énigmes. En ésotérisme, chaque énigme trouvée soulève une autre énigme. Il appartient à l’homme de décrypter chaque énigme pour découvrir un jour la réalité de la vie, de la vie une.

J’ai envie de m’adresser à ces entités du bas astral qui polluent la pensée des hommes en créant des illusions. Je sais qu’elles me reçoivent et qu’elles craignent les réalités. Alors tant que mes forces me permettront de te faire face, je te ferais face avec ardeur et détermination. Tu me fais bien rire avec tes prédictions à la godille, qui ne reposent sur rien, qui bafouent toutes les lois cosmiques. Alors ta dernière après celle de mille neuf cent quatre-vingt-quinze, c’est l’an deux mille douze. Mais voyons donc, tu ne manques pas d’imagination, tu me fais rire et je plains celui qui te croit, parce que son réveil sera pénible.

Alors demain, puisque maintenant tu sais que tout a commencé pour toi par une particule de matière, qui a attendu longtemps en tant que matière et s’est trouvée un jour aspiré par une vague dans les cycles de l’évolution, qui est passée par les différents règnes inférieurs, minéral, végétal, animal puis est arrivée dans le règne humain, et qui se trouve aujourd’hui dans son jardin à réfléchir sur le pourquoi des choses, en regardant les graviers que tu foules des pieds, la fleur qui te donne tout son parfum, un escargot qui avance lentement sur une feuille de salade, n’aie pas un regard attendri par l’émotion.
Contemple simplement le phénomène de la vie et respecte-la, et pense que tout cela n’est qu’un grand jeu, n’est qu’un rire.

Paul Malaval