Skip to content

"⇩ Votre Série Spiritualité et Illumination ⇩"

Qu’est-ce que le Dharma



Psychologie Cosmique

08-11-87 1/3

 

Le plan est-il la traduction du mot sanskrit Dharma.

Conditionnement de l’enfant.

La crise boursière.

Le partage des richesses.
 
Question :


Est-ce que le plan est la traduction du mot sanskrit Dharma ?

Lorsque l’on prend un mot, quelle que soit son origine, on sait qu’il est toujours à double sens, et c’est ce qui n’est pas connu dans la langue traditionnelle parlée notamment en occident.

Toutes les langues anciennes ont une double, voire une triple lecture, pour exprimer tour à tour, le plan physique, le plan psychique ou le plan spirituel. Dans les langues occidentales actuellement utilisées, cette face psychique, spirituelle, n’est pas du tout sous-entendue dans le mot. Et pourtant, il va bien falloir, petit à petit, créer des sous-entendus ou des sous-sens, pour que les individus puissent avoir, grâce au mot, une vision beaucoup plus large de ce qu’il exprime.


À l’heure actuelle, nous éprouvons nous-mêmes ce problème avec les mots, lorsqu’il s’agit de faire passer une essence, de faire passer un concept, qui est beaucoup plus abstrait que les abstractions dont vous êtes capables. Dans les langues anciennes comme les langues égyptiennes, ou les langues indiennes, cette phase est dépassée, parce qu’un mot à une racine, un tronc et une cime, et ainsi, par la cime, l’homme utilisant le mot connaît son âme et son propre destin.

Le Dharma est avant tout le service, mais lorsque l’on en prend que la traduction, on ne comprend pas ce que cela évoque sur le plan de l’application journalière. Or, s’il y a un service, il y a forcément un plan, donc, on peut dire que Dharma exprime aussi le plan.

On ne peut pas servir en improvisant, en bafouant les lois, ou en bafouant le plan que les Maîtres sous-tendent et maintiennent. Le plus petit acte que fait un disciple dans le monde, s’inscrit à l’intérieur d’un plan. Forcément il n’a pas la précision de quelque chose qui a été connu, médité et prémédité, mais dans la mesure où les individus sont avant tout investis par des énergies de manière consciente ou inconsciente, tout ce qui est fait à un moment donné au nom de l’humanité, s’inscrit à l’intérieur du Dharma, soit du service, soit du plan. Ainsi, l’homme pourra effectuer de manière improvisée ou pas, les actes les plus petits, comme les plus grands, il s’inscrira à coup sûr dans le service.

C’est pour cela que bien des fois, je vous ai moi-même exhortés à entrer dans le service, dans les rangs des serviteurs du monde. Même si vous-mêmes, vous ne savez pas exactement que faire, comment faire, et dans quelle envergure, pour tel ou tel effort, peu importe, du moment que vous passez à l’action, vous vous inscrivez à l’intérieur du collège des disciples.

A force de vous y inscrire et à force d’y être présent et rayonnant, vous devenez une entité connue et visible sur un plan occulte, et c’est à ce moment-là que vous pouvez espérer rencontrer des guides invisibles, des guides subtils, ou même voir selon votre degré votre Maître. C’est pourquoi, tout acte que vous ferez au nom d’un homme pour le servir, ou au nom de Dieu, si cela est justement votre but, sachez que vous vous faites remarquez en quelque sorte du plan divin et que vous vous inscrivez en lui.

Suivre le plan divin n’est pas quelque chose de si compliqué. Il n’est pas nécessaire de connaître son rayon, il n’est pas nécessaire d’avoir tel ou tel degré initiatique, il n’est pas non plus nécessaire d’être très compétent, très développé, de fusionner avec son Maître ou avec des guides. Tout cela peut se passer tout à fait gentiment, je dirais naturellement, et c’est dans la mesure où chaque homme l’effectue naturellement, qu’il va s’inscrire de plus en plus dans la vérité et dans la réalité.

Si au contraire, l’homme cherche par esprit de perfection, ou simplement par ignorance, s’il cherche à obtenir tel ou tel renseignement, à obtenir telle ou telle qualité ou aptitude pour effectuer un jour telle ou telle chose, tout cela est du temps perdu et il ne passe à aucune action. Le temps passé n’a aucune action, il n’en résulte aucune expérience et c’est le mot capital.

Car en même temps que service, il faut savoir conjuguer le mot expérience. Le service, même s’il a débuté à l’aveuglette, même s’il a débuté sans trop savoir comment s’y prendre, par l’expérience qu’il apporte, il vous permet de plus en plus et de mieux en mieux de devenir disciple. Ce qui fait que vos frayeurs des premiers temps de : « je ne sais pas comment faire, je ne sais pas si je peux faire », s’estompent au fur et à mesure avec l’apport de l’expérience. Et c’est par ce vécu que justement les initiations peuvent avoir lieu et pas autrement.

Un individu qui effectue des actions, effectue des travaux, a beaucoup plus de chance d’obtenir une initiation, que celui qui reste à essayer de comprendre l’univers et à étudier l’univers. Naturellement, comprendre et étudier sont aussi des clefs primordiales pour obtenir des initiations, mais s’il n’y a pas l’expérience, s’il n’y a pas le vécu, donc une maturité, l’initiation ne peut pas avoir lieu. Nous avons trois mots complémentaires et nécessaires : service, expérience, maturité.

Pour qu’un disciple soit un réel disciple, il faut qu’il ait l’âme et le cœur de passer au service, qu’il n’ait pas peur d’entrer dans l’action, de passer à l’expérience et cela débouche sur une maturité. Car il n’y a qu’avec la maturité acquise qu’il va démontrer ses qualités intérieures. Qualités qui n’étaient pas du tout éveillées le jour où il a pris la décision de servir, mais qui se sont ouvertes au fur et à mesure de l’action. L’énergie a ouvert les pétales des chakras au fur et à mesure des expériences, qui peuvent être positives ou négatives d’ailleurs, selon ce que l’on a à mûrir. Donc, quoi que vous fassiez, ayez toujours à l’esprit que c’est avant tout pour servir.

Qu’est-ce que le service ?

Le service c’est la vie en mouvement, ce n’est pas un acte de charité. Il faut que vous enleviez de vos esprits l’idée que le service doit être un acte de charité, allant de votre cœur à la vie d’un autre. Non. Il n’y a pas de charité dans le service et c’est pour cela que l’autre ne vous doit rien et que souvent vous n’avez rien en retour.

Le service, c’est tout simplement faire partie du mouvement de la vie et de manière consciente, lucide et mûre, participer à l’évolution du mouvement de cette vie.

Votre récompense est avant tout vibratoire. Pour avoir servi un tel, il ne va pas vous remercier, mais par contre, vous avez à votre actif et dans un de vos chakras une énergie ou un degré d’énergie en plus. C’est cela l’expérience et la maturité, avoir au fur et à mesure des expériences ce degré vibratoire en plus, et cela compte autant que les méditations, autant que les ascèses, surtout dans le monde que vous connaissez, le monde occidental, où la vie avec l’autre est primordiale, où elle est majeure.

Vous seriez dans un autre pays où les monastères foisonnent, je ne vous parlerais pas de la même façon. Mais en occident, la vie collective est une note majeure, et l’individu doit apprendre à faire évoluer cette vie collective. Il doit apprendre à se responsabiliser par rapport à cette vie collective. La maturité et issue de cela.

La maturité du disciple ne dépend pas de ses trente ou trente-cinq années. Il doit être mûr spirituellement, c’est-à-dire que son discernement doit être aiguisé. Je ne dis pas qu’il doit être absolu, car on ne cesse d’obtenir du discernement. Sitôt que vous l’avez acquis sur un certain point, un autre champ d’initiation se déroule devant vous et vous devez apprendre à acquérir le champ de discernement qui lui correspond.

Donc le discernement n’est jamais quelque chose d’acquis, mais quelque chose qui se prolonge ou qui s’ouvre toujours de plus en plus. Cependant un certain seuil de discernement est réclamé lorsque vous voulez véritablement commencer à vivre intelligemment.

Regardez ce qui se passe dans la vie profane ?
La plupart des gens manquent terriblement de discernement, ce qui provoque beaucoup de catastrophes, que ce soit des accidents de la route, aériens, que ce soit même les disputes à l’intérieur d’une cellule familiale, des clans politiques, à propos des richesses, des forces de la planète, le manque d’intelligence et de bon sens sont à l’origine de tout cela. Mais lorsque l’on connaît la nature humaine, intelligence et bon sens vont de pair avec l’évolution. C’est-à-dire que vous ne pouvez pas demander une extrême intelligence à quelqu’un qui n’est pas suffisamment évolué.

Qu’est ce que j’entends par intelligence ?

L’intelligence pour nous, c’est la capacité de discerner le bien du mal et le faux du vrai. Il ne s’agit pas de devenir des super-cerveaux, extrêmement connaissant, pouvant jongler avec différentes matières de la science traditionnelle, mais simplement avoir cette faculté de connaître le pur, de connaître le vrai et de faire toujours la séparation entre le vrai et le faux, pour pouvoir agir juste. Plus que toutes les sciences du monde, cette science-là est primordiale, parce que tant que l’homme ne détient pas celle-là, il ne pourra rien faire avec les autres.

Regardez ce qui se passe lorsque les scientifiques arrivent à découvrir certaines forces. S’ils n’ont pas ce discernement que donne seulement l’évolution, ils font n’importe quoi avec ce qu’ils viennent de découvrir. C’est ainsi que l’homme, utilisant son intelligence primaire, développe des armes. La véritable intelligence est celle du disciple, qui même ignorant dans toutes les matières que donne la science traditionnelle, il saura faire la différence, entre le bien et le mal, le vrai et le faux. Ce discernement s’acquiert par l’expérience.

En passant à l’action, vous avez toutes les chances de rencontrer les circonstances qui vont vous obliger à faire des choix, et si vous les faites mal vous allez vous retrouver devant une porte, ou devant une voie sans issue, ou devant de gros problèmes. C’est en supportant ces problèmes, ou en supportant cette voie sans issue, que vous allez acquérir la connaissance de ce que vous n’avez pas reconnu comme étant la vérité. Si bien qu’au prochain événement, vous aurez le discernement pour faire le bon choix.

L’expérience est quelque chose de capital, il n’y a rien de plus triste, que de voir quelqu’un paralysé dans son foyer, au coin du feu, au coin de son radiateur, l’oreille accrochée à la radio ou à la télévision et qui ne fait rien de sa vie, qui vivote en fait, qui hiberne. Même s’il sort de sa maison, s’il va voir des amis, il ne se passe rien, parce qu’il hiberne, il reste dans ce milieu, qui n’a pas de force et qui n’a pas de déploiement.

Un homme qui veut vraiment utiliser sa vie au maximum, doit se forcer à se déraciner et plus il saura se déraciner et plus il pourra se renouveler, donc évoluer. Quelqu’un qui reste dans son logis, sans jamais aller à la rencontre de qui que ce soit, ou d’aucune philosophie, ou groupe que ce soit, n’aura vécu pour rien, comme l’insecte est là pour accomplir l’acte de la nature. L’homme a été créé pour qu’il fasse plus que l’acte de la nature. L’homme a été créé pour faire l’acte de Dieu, prendre position dans l’univers.

Qu’est-ce qui différencie l’homme de tous les règnes inférieurs ?

C’est la possibilité de prendre position dans l’univers, et de s’ériger sur une planète en disant, Je, en dirigeant cette planète, en matérialisant les forces, en construisant de nouveaux réseaux de force et en étant un point par lequel la vie de l’univers va pouvoir se continuer. La vie de l’univers ne peut se continuer qu’à travers un point intelligent, et non par un point passif.

Si, sur une planète, le plan ne savait faire éclore qu’une vie minérale, végétale et animale, la planète ne durerait pas parce qu’il n’y aurait pas une pointe d’intelligence. L’homme est le seul à détenir cette intelligence, il est donc le seul par lequel toutes les énergies cosmiques peuvent passer pour aller rénover les règnes inférieurs à lui.

L’homme est un chaînon, un pont entre le règne divin et les règnes inférieurs, et il est responsable de ces règnes, parce qu’il est celui qui fait le pont à cette énergie. L’homme ne peut pas vivre non plus sans les règnes inférieurs, car tout étant complémentaire, chaque règne a besoin de l’autre. Même pour le devenir cosmique, c’est-à-dire pour la perpétuité de l’éternité, juste à cause de sa nature, il faut que l’homme existe.

Qu’est-ce que l’homme ?

L’homme, comme on vous l’a sans doute déjà beaucoup enseigné, ou comme vous en avez sans doute beaucoup entendu parlé, l’homme est une parcelle du divin, et en tant que parcelle du divin, il a le devoir de prolonger le divin.

La manifestation ne peut avoir lieu, que dans la mesure où il y a un instrument de manifestation. C’est comme s’il y avait deux zones, une zone où il existerait le Dieu unique que tout le monde a tant de mal à imaginer et qui se suffit parfaitement à lui-même, et une zone où il y aurait un début et une fin, sans que cela soit le temps que vous connaissez sur la terre, mais le début et la fin au moment où Dieu crée et où Dieu reprend sa création, ce qui équivaut au souffle de Brama.

Cette perpétuité de la création ne peut avoir lieu, que dans la mesure où les instruments créés, perpétuent la création. Et c’est pour cela qu’au fur et à mesure des cycles, l’être humain devient de plus en plus parfait, de plus en plus cosmique, accède à des postes de responsabilité où il doit diriger des planètes.

Face à Dieu, il devient responsable du devenir d’une humanité, d’un règne, et au bout de son évolution, de tout un système solaire. C’est alors qu’il peut quitter le domaine de la manifestation, pour aller derrière ce que les ésotéristes appellent le voile, complètement insondable pour celui qui est resté dans la manifestation.
Pour passer ce voile et pour rencontrer l’innommable, comme il est dit dans certains livres, pour rencontrer l’insondable, il faut faire le décrochage avec la manifestation. Pour obtenir ce décrochage, il ne suffit pas d’être un Maître. Et pourtant, par rapport à la majeure partie des êtres humains, c’est déjà beaucoup, mais pour passer ce voile, qui est la frontière entre le manifesté et le non manifesté, il faut être l’équivalent d’un logos solaire, donc proche d’un logos cosmique. À ce moment-là, tout bascule et c’est la véritable intégration. Mais pour vous, intégrez déjà votre moi divin, et ce sera très bien.

Pour revenir au service, je dirais pour terminer sur cette question, que tout être de bonne volonté qui commence à servir est sûr de se faire remarquer par la hiérarchie.

Tout être humain est avant tout un formidable réseau d’énergie, qui tout au long de la journée et de la nuit envoie des sons, clignote, émet des lueurs, des couleurs, et dès qu’un individu fait ou pense quelque chose, immédiatement dans son aura, un son, une couleur, un rayonnement correspond à l’acte. Le Maître qui règne et qui veille, n’a pas besoin de venir voir sur le plan physique ce que vous faites, ce que vous êtes individuellement ou collectivement. Il regarde les couleurs de la terre, le rayonnement, les sons de la terre, et connaît immédiatement ce qui est en train de se passer.

Donc, lorsque vous faites un acte de service, ayez à l’esprit que vous émettez un son qui correspond à votre service, que vous émettez une couleur, un rayonnement, et qu’automatiquement cela va aller à l’œil et à l’oreille du Maître. Comme si, dans votre jardin, soudain arrivait un orchestre. Vous n’avez pas vu entrer les musiciens, ils sont venus incognito, mais vous les entendez et c’est justement leur musique qui vous attire.

Il en est de même dans le rapport entre les hommes incarnés et les Maîtres se plaçant sur un monde subtil. C’est pour cela qu’il est absolument idiot de vous croire séparés des Maîtres, ou de vous sentir seuls. Si la pensée est capable de voyager à la vitesse de la lumière, sachez que vous êtes lumière aussi, et que, plus vous faites les choses du divin et les choses des Maîtres, vous vous positionnez dans la vie des Maîtres et dans l’aura des Maîtres.

Lorsque vous effectuez un acte, vous rendez votre aura, vos vibrations, vos sons, de plus en plus semblables à l’aura à la vibration et au son du Maître, et le jour où vous devenez semblables à lui en tout point, il arrive.

Donc agissez, ce qui ne veut pas dire, que demain, au nom du service et de Dieu, vous devez être pris de la boulimie d’action. Vous ne devez pas non plus vous sentir triste et vous culpabiliser parce que vous n’avez rien pu faire pour quelqu’un. Sinon, vous allez pratiquement forcer la petite grand-mère du coin, à traverser la rue, pour avoir le plaisir de lui prendre le bras et de l’aider.
Il ne faut pas non plus forcer l’action. Vous pourrez, dans la mesure où aucun acte physique vient vers vous, travailler sur un plan invisible et psychique, et lorsqu’il y a trop de jours où vous n’avez rien fait pour personne, alors mettez-vous en prière, en visualisation et en rayonnement.

C’est un autre type de travail et je ne peux pas dire que l’un soit supérieur à l’autre. Nous avons une préférence pour le travail intérieur et pour le travail invisible, parce que cela correspond davantage à notre niveau d’action. Lorsque vous faites du bien à une personne, vous le faites à une personne et il faut le faire. Mais lorsque vous rayonnez votre prière, lorsque vous rayonner la vibration divine, vous pouvez faire du bien sans le savoir à dix, quinze ou cent personnes et si vous êtes des milliers sur la terre à le faire, alors vous pouvez changer le destin du monde.

Lorsque l’énergie devient présente et suffisamment présente, pour avoir un poids qui se fait sentir, alors l’homme de la masse qui n’obéit qu’aux énergies, comme un être télécommandé, va se sentir davantage orienté vers le bien, plutôt que de tomber dans la nullité, dans les choses basses. Et c’est pour cela, qu’à l’heure actuelle, il y a tant de problèmes sur la terre, parce que, les énergies majeures, les énergies les plus en présence sont des énergies négatives, comme il en arrive chaque fois, en fin de cycle d’ailleurs.

Ce n’est pas uniquement la faute des hommes qui deviennent de plus en plus noirs, c’est aussi le phénomène de la fin du cycle. C’est-à-dire que toutes les énergies qui depuis deux mille ans, ont été déclenchées, vécues par les hommes, doivent maintenant être reconnues par l’homme et purifiées par l’homme, et c’est pour cela, qu’il semble, qu’il y en ait davantage. Il n’y en a pas plus qu’au cours des deux mille ans passés, mais c’est le moment où on règle les comptes.

C’est un peu, comme dans les entreprises, en fin d’année, il y a le bilan, il faut rembourser ses dettes. On ne peut pas passer dans un cycle nouveau, sans que le bilan soit fait et sans que les dettes soient remboursées.

À l’heure actuelle, il est capital pour l’humanité de comprendre véritablement ce qui se passe au niveau des énergies négatives, afin de ne pas en ajouter par des soucis, et des ignorances. Ce qui ne veut pas dire que demain, vous devez sourire en entendant dire qu’une chose très négative s’est passée dans le monde, que ce soit un acte terroriste ou autre chose, et de vous dire que tout va bien.

Vous devez comprendre, comme le sage est capable de comprendre et savoir que si cela est la nécessité, cela est un bien. Ainsi en maîtrisant votre souci, votre peur, vous n’ajoutez rien à la négativité du moment. Vous devez comprendre la nécessité de créer un véritable égrégore positif pour contre balancer, voire même effacer, ces énergies-là.

Vous allez me dire que les Maîtres créent cet égrégore, c’est un fait. Cependant, l’égrégore des Maîtres et l’action vibratoire des Maîtres, sont soumis au libre arbitre des hommes. C’est-à-dire que les Maîtres peuvent envoyer des égrégores de bien, aussi puissant que des bombes atomiques, pour imaginer quelque chose que vous puissiez comprendre, si sur la terre, personne ne veut être sensible à cette énergie, personne ne veut s’ouvrir, personne ne veut changer, le bien va rester au-dessus de la tête des gens et jamais se manifester. Ce sera donc un bien potentiel, et jamais un âge d’or qui peut être vécu par l’humanité.

Il est donc de la responsabilité, du devoir des hommes, d’être des ponts, des liens vivants, entre le plan subtil des Maîtres où ils rayonnent et le plan physique où les hommes vivent. Ceci ne peut avoir lieu que par et grâce aux disciples, cela ne peut pas avoir lieu par la magie des Maîtres.

Finalement les Maîtres ont tout le temps pour voir l’évolution accomplir leurs desseins, car le temps, ce grand alchimiste, arrive à bout de toutes les ignorances et de toutes les bassesses. Mais entre-temps, tous les hommes qui doivent s’incarner ne sont pas heureux, et pour ceux qui voudraient essayer de vivre différemment, cela devient impossible.

Alors, puisqu’ils sont dans la voie du bien, autant qu’ils deviennent des principes actifs pour établir le bien et l’âge d’or. C’est de la responsabilité de l’homme et cela fait partie de la liberté de l’homme.

Un initié se moque qu’il fasse beau ou qu’il fasse mauvais dans la vie des hommes de la terre, parce qu’il peut s’incarner même à des siècles très retardés, il ne souffre pas, puisque la connaissance est entière en lui. Donc, l’initié ne viendra jamais vous reprocher de ne pas avoir créé l’âge d’or. Par contre les humains qui sont en état d’évolution, qui ont besoin d’acquérir et qui ont besoin pour cela de vivre un peu en paix, de vivre un peu dans le bonheur, pour ceux-là, il faut agir et vous êtes tous responsables.

Vous dites que vous n’êtes pas responsables de ce qui se passe dans le monde.
Dans un certain degré vous avez raison, vous n’êtes pas responsables de ce qu’un général devenu fou du pouvoir, est en train d’assassiner des centaines de personnes dans des prisons mal famées. Par contre, vous pouvez vous réunir à dix, à cent, ou à mille, pour faire en sorte, que ce général devenu fou de pouvoir, ne puisse plus avoir de pouvoir, cela oui vous le pouvez.

Je ne vous enseigne pas là de la magie, je vous demande simplement de devenir des hommes responsables capables de choisir leur monde et capables d’effectuer leur monde.

Jusqu’à présent il n’y a que les gens négatifs qui ont réussi à imposer leur monde, c’est pour cela qu’il y a toujours la guerre, le meurtre, l’assassinat etc. Pourquoi les hommes de bien n’arriveraient-ils pas à exiger que leur monde existe, que ce monde-là soit ?

Si ce monde n’est pas, c’est parce que l’homme de bien à trop tendance à s’effacer et à reculer devant le poids de l’homme de mal. L’homme de mal a généralement un magnétisme, une forme de séduction, ou une forme de pouvoir qui fait, qu’en plus de son propre potentiel, il arrive à s’armer du potentiel de la masse et de la foule. Faites comme lui.

Si les gens sont capables d’être séduits par de fausses paroles, pourquoi ne sauraient-ils pas séduits par de vraies ? Il suffit que les gens de bonne volonté s’unissent et commencent à travailler, aussi activement que ceux de la négativité, au lieu de se replier sur eux-mêmes, de rejeter le monde physique pour n’être que du monde spirituel, de laisser les institutions, les affaires d’argent aux hommes matérialistes et de s’en laver les mains.

Il y a deux mille ans, quelqu’un a fait cela, et que s’est-il passé ? Jésus est mort.
Alors ne vous lavez pas les mains et agissez. Parce que cette fois-ci, il n’y a plus Jésus pour se sacrifier à votre place et c’est vous qui serez sacrifiés.

Lorsque vous vous lavez les mains, sachez que c’est vous-même que vous sacrifiez. Oui, lorsque vous vous lavez les mains, ayez conscience de cela, c’est moi que j’immole, c’est moi que je vends, c’est moi que je donne sur la croix. Alors pourquoi pleurer, pourquoi se plaindre et pourquoi accuser Dieu ou les Maîtres de ne pas être assez présents, lorsque l’homme ne fait pas son travail.

Car il a un travail à faire sur la terre. L’homme croit que son travail est, à quatre-vingt-dix pour cent, de gagner son pain, de gagner son bonheur, de gagner son logis, de gagner la réputation, la gloire.

Le travail de l’homme sur la terre est d’être un instrument pour les énergies, mais un instrument conscient et intelligent, donc pouvant user à tout moment de son libre arbitre et de sa capacité à inventer des formes et à créer des mondes, des sociétés. Il a la responsabilité du devenir des règnes inférieurs. Jusqu’à présent, ce sont les Maîtres qui s’en sont occupés, parce que l’homme en était incapable.

Regardez ce que fait l’homme, lorsqu’on lui dit regarde la belle forêt ! Il s’empresse de faire des plans pour bâtir des immeubles. Et pourtant, c’est lui qui est responsable de cette forêt, des esprits qui sont en évolution à l’intérieur de cette forêt, mais il détruit. Lorsqu’on lui dit regarde le bel océan ! Il s’imagine tout ce qu’il va pouvoir tirer de l’océan, comme une sangsue, alors qu’il est responsable de l’océan et de tous les esprits qui évoluent à travers lui.

L’homme n’a pas compris son poste, et pourtant, cela lui a été dit dans le livre la bible, le plus connu en occident, on lui dit : « Tu devras dominer sur tout ce qui a été créé et sur tous les règnes. Tu en seras le Roi. » Être Roi, ce n’est pas simplement pour la beauté de la parure. Un Roi est Roi pour le bien de son peuple et pour administrer son peuple.

L’homme est Roi sur la terre pour administrer la terre, car s’il ne le sait pas, il ne saura pas administrer les lois cosmiques et devenir par là même un ange créateur, ou un Maître responsable.

Quel que soit votre travail quotidien, quelle que soit votre position dans la vie sociale, spirituelle, ou dans la vie d’un couple, dites-vous que quelle que soit votre extraversion, votre introversion, vos qualités, ou vos défauts, vous pouvez devenir un être précieux et primordial pour le devenir de l’humanité, en vous recueillant et en diffusant, en construisant la lumière.

Si dans votre ville, dans votre maison vous prenez conscience et que vous effectuez cela, que vous en rendez conscient votre voisin, qui lui-même en rendra conscient son voisin, avec le temps, nous pourrons arriver à conscienciser la planète entière.

C’est pour cela qu’il est capital de passer à l’action, car il faut faire une levée générale de toutes les consciences dans le bien et le positif. Ceux qui ne sont actifs que dans les plans inférieurs, dans les choses négatives, ne sont pas conscients. Ils sont dirigés par des gens forts conscients, c’est vrai, mais conscient du mal, ou conscient uniquement de l’orgueil, de la puissance.

C’est pourquoi, il faut absolument conscienciser toute la masse, et vous pourrez conscienciser la masse rien que par la diffusion de votre énergie et de la prière. Parce qu’une énergie lorsqu’elle rayonne, elle va bien sûr, inévitablement, rencontrer quelqu’un d’autre et se répandre dans son aura, et si ce n’est pas par votre parole qu’elle sera influencée, ce sera par la parole d’un autre, mais elle n’aurait pas pu comprendre la parole de ce quelqu’un d’autre si elle n’avait pas eu ce petit apport supplémentaire d’énergie.

Je veux que vous compreniez la nécessité du rayonnement énergétique et la nécessité de l’énergie dans le monde, pour que le monde change. Parce que tout est énergie, tout est force, tout est rayon et puissance. C’est pour cela qu’il faut travailler avant tout avec l’énergie, et pour travailler avec l’énergie, il ne faut pas y aller avec une disposition émotionnelle et sentimentale.

C’est pourquoi, pour faire ce travail-là, il faut monter un peu en évolution spirituelle, parce qu’il faut vous placer sur le plan mental. Lorsqu’un homme veut travailler avec les énergies, il doit pouvoir travailler avec son plan mental, sinon, il ne peut pas appeler une énergie, être l’instrument d’une énergie et la rayonner. Il n’arrivera même pas à se concentrer, à la visualiser, à la reconnaître, rien ne peut être fait.

Par contre, dans sa grande extase, mystique, ou religieuse, il va pouvoir diffuser de l’énergie, mais une énergie qui ne sera pas contenue, qui ne sera pas dirigée, qui n’aura pas autant d’effets, que si elle était intelligencée par le passage en un homme conscient qui lui donne un ordre et un plan d’action.

C’est pour cela que Dieu utilise les Maîtres et d’autres êtres pour effectuer son plan d’évolution. L’énergie qu’il envoie, même si elle est intelligente pour effectuer son plan d’évolution sur une sphère X ou Y, cette énergie a besoin d’être intelligencée par les représentants de cette sphère, afin d’être mise à la disposition et au niveau des gens de la sphère.

Tout est instrument, depuis l’ange, en passant par les logos, les Koumara, ou tout ce que vous voudrez, jusqu’à considérer l’homme. Tout est instrument, parce que tout est énergie. Si vous comprenez que tout est énergie, vous sentirez que vous avez le pouvoir de changer le monde, le pouvoir de faire en sorte, par l’effet communautaire, par l’effet collectif, de changer les vibrations de la terre, même si vous n’êtes que dix réunis, vous pouvez changer la vie de votre ville, de votre région.

Si dans une autre région, dix sont encore réunis, ils peuvent changer leur région, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’une nation entière soit recouverte, vous changez un pays. Et de nation en nation vous changez un continent et vous pouvez changer un monde.

Il faut comprendre ce qu’est l’énergie. Instruisez-vous à propos d’elle, et comprenez que c’est quelque chose de vivant, qui obéit à l’homme et qui se précipite depuis le cosmos jusqu’à l’homme.

Beaucoup de gens méditent, prient pour leurs amis, pour le bien dans le monde, et à la fin de leur méditation, de leur prière, ils n’ont pas éprouvé quelque chose, n’ont même pas eu la sensation que quelque chose se soit passée.

Naturellement chacun va capter l’énergie dont il est capable, mais plus vous allez prier, plus vous allez vous forcer à capter, et plus vous allez devenir capables de capter et être sensibles à cette énergie. Si bien qu’après, vous n’aurez plus besoin de vous astreindre à des exercices de méditation, il vous suffira de l’appeler dans un effort mental, court mais puissant, elle sera là, et vous la dirigerez, vous la ferez s’abattre en tel ou tel endroit, sur telle ou telle personne.

Donc lorsque je vous propose de travailler avec l’énergie, je vous propose aussi de devenir de plus en plus disciple. Pour travailler avec l’énergie, il faut s’élever dans les rangs des disciples, pour la sentir et la faire descendre jusqu’en vous. Il y a des exercices très faciles, surtout lorsque l’on est en groupe et que l’on utilise la figure du cercle.

Le cercle est beaucoup plus puissant que toutes les autres figures, le cercle concentre les énergies, non seulement du groupe mais aussi des entités appelées ou convoqués par les officiants. Tout est cercle en fait, même si après le cercle part en spirale, tout se fait dans un mouvement concentrique et toutes les énergies se développent grâce à cela.

Donc à la manière des puissances cosmiques, disposez-vous en cercle. Pour vous unifier et concrétiser vibratoirement votre union, donnez-vous la main pendant quelques instants, en disant la prière qui caractérise votre groupe, la grande invocation, ou votre mantra, peu importe, et ensuite vous vous destinez à recevoir l’énergie.

Plusieurs travaux de visualisation peuvent être faits pour recevoir cette énergie, tout dépend avec lequel vous allez le mieux correspondre. Mais ce qui plaît le plus aux personnes, ce qui est le plus facile à imaginer et le plus prêt de la réalité, c’est d’imaginer un énorme soleil, une immense boule blanche, qui se situe, un petit peu au-dessus de vos têtes au centre du cercle, et de cette boule blanche se diffusent des rayons qui vont sur chacune des têtes des participants. Ainsi chacun est uni, et chacun prend conscience dans cette boule de lumière.

Vous pouvez inventer mille autres procédés, du moment que vous sentez que cela est exact, vous ressemble et déclenche en vous la visualisation de façon aisée.
Passez à l’action.