Skip to content

La Loi d’Airain du cancer



La loi d’Airain du cancer

découverte par le Dr Hamer

 

confirmée le 9 décembre 1988

à l’Université de Vienne

 

Jusqu’ici la recherche médicale sur le cancer a orienté sa recherche sur le lieu d’implantation de la tumeur: poumon, foie, sein, os… etc… Le problème posé était; pourquoi les cellules de l’organisme se mettent-elles brusquement à proliférer de façon anarchique ? Virus ?
Éléments extérieurs: tabac, produits chimiques dans l’alimentation, etc…?

Le traitement s’attachait à trouver de nouveaux moyens pour stopper In prolifération des cellules: opérations, rayons X, cobalt, chimiothérapie…

Le Dr. Hamer prend te problème par l’autre bout. À partir de son expérience personnelle (il a eu lui-même le Cancer ) et de celles des malades dont il a eu la charge, il a constaté au fil des ans qu’il y a toujours un syndrome bien déterminé à l’origine du cancer et pas seulement un stress quelconque. Il faut un puissant détonateur, un choc psychique brutal, que le patient ressent comme I’événement majeur de sa vie, un conflit aigu et dramatique, vécu dans l’isolement psychique.

Ce syndrome initial, qu’il a découvert et vérifié soigneusement dans chacun des milliers de cas examinés jusqu’ici (20.000), il l’a baptisé
Dirk-Hamer-Syndrom (DHS),
du nom de son fils Dirk dont la mort tragique en 1978 fut à l’origine de son propre cancer.

L’expérience de ces milliers de cas individuels, diagnostiqués et traités au cours des dernières années l’a amené à dégager peu à peu des constantes et à formuler une loi, toujours vérifiée de façon précise, là LOI D’AIRAIN DU CANCER, qui n’a jamais été contredite. Cette loi, dont le Dirk-Hamer-Syndrom est la pièce maîtresse, la clef de voûte, s’énonce ainsi:

1 – Tout cancer débute par un DHS, c’est-à-dire par UN CHOC extrêmement brutal, un conflit aigu, dramatique, vécu dans l’isolement et perçu par le patient     comme le plus grave qu’il ait jamais connu.

2 – C’est la teneur subjective du conflit, la manière dont le patient l’a ressenti au
moment du DHS, sa coloration, qui détermine:

a) le foyer de Hamer, c’est-à-dire l’aire spécifique du cerveau qui,
sous l’empire du choc psychique, subit une rupture de champ
et donne des directives anarchiques aux cellules de l’organe
dépendant de cette zone.

b) la localisation du cancer dans l’organisme

3  –  II y a corrélation exacte entre révolution du conflit et celle du cancer au double
niveau cérébral et organique.

Si le conflit se complique de nouveaux conflits secondaires (par exemple l’angoisse d’apprendre qu’on a un cancer) une nouvelle zone du cerveau peut être atteinte et une nouvelle tumeur naîtra à un organe correspondant (ce qu’on appelle «métastase» dans la médecine classique).

Dès que le conflit cesse, la zone du cerveau perturbée arrête de donner des ordres anarchiques.
Elle reprend sur le champ son travail comme auparavant. Les cellules s’arrêtent de proliférer anarchiquement. Le cancer est Stoppé.

Après l’arrêt du conflit, la zone perturbée du cerveau met un certain temps à récupérer.
Pour guérir, elle s’entoure d’un œdème intra et périfocal. C’est cet œdème, visible au scanner qui a permis au Dr. Hamer de localiser avec précision quelles zones étaient touchées par chaque espèce de conflit et quels organes correspondants étaient atteints.

A l’arrêt du conflit le cerveau commande également la régénération de l’organe malade.
La tumeur se répare (œdème péritumoral, ascite, épanchement pleural, péricardique), s’enkyste, se modifie en fonction de sa localisation soit par contraction cicatricielle (sein, abdomen), soit pas reconstitution (recalcification des lésions ostéolytiques), soit par éjection (cavité buccale, rectum, vagin, etc…).

La phase de réparation, de reconstruction, de guérison dure largement le même temps que la phase conflictuelle.

S’il y a récidive du conflit durant cette phase, elle en sera prolongée. Cette période de réparation se passe avec de la fatigue, des douleurs, des œdèmes.

Tous ces symptômes peuvent être maîtrisés selon la thérapie préconisée par le Dr. Hamer.

Une fois terminée, cette phase de guérison qui se déroule synchroniquement au triple niveau
psycho-célébro-organique, la tuméfaction locale due à l’œdématisation cérébrale disparaît, l’organisme est redevenu sain. Découverte laborieusement au fil des ans par la méthode empirique, la Loi d’airain du cancer permet aujourd’hui d’OUVRIR plusieurs serrures.

Le Dr. Hamer a pu constater en effet que la leucémie se conforme exactement à cette loi. Elle a pour origine un grave conflit de dévalorisation de soi. Pour autant qu’il ne s’agisse pas d’un traumatisme cérébral, d’une malformation congénitale, la crise épileptique est pour ainsi dire un passage brutal en sympathicotonie en vue de freiner une œdématisation excessive due à la vagotonie.

L’infarctus du myocarde se déclenche toujours au cours de la phase consécutive à la solution d’un conflit de territoire, lorsque ce conflit a duré au minimum deux à trois mois.

À l’heure actuelle, un grand nombre de maladies découlent de la loi d’airain:
sclérose en plaque, parkinson, polyarthrite, diabète, eczéma, asthme, zona, ulcère, dépression nerveuse, maladie mentale, etc… Il y a toujours un conflit à coloration très précise derrière chacune de ces maladies et il est possible de guérir en se libérant du conflit.

Beaucoup de malades ont déjà pu profiter de ces découvertes.