Skip to content

La Vérité, la Justice



Psychologie Cosmique

06-12-86 5/10


La vérité, la justice.


Question :
Voici une triple question. Qu’est ce que la vérité ? Qu’est ce que la justice ? Et à la lumière de la vérité et de la justice, l’usage de la force et de la violence est-il justifié ?

Qu’est ce que la vérité ?
La vérité c’est la réalité.

Qu’est ce que la réalité ?

C’est ce que vous ignorez, car pour admettre la réalité, pour connaître la réalité, il faut atteindre un certain plan de conscience. La vérité est toujours la quête de tous les gens qui ont une certaine envergure, un certain déploiement des concepts intellectuels.
C’est ainsi qu’en philosophie, sans admettre une part ésotérique, la quête de la vérité, la quête primordiale est : quel est le sens du monde, quel est le sens de la vie. Pour eux, s’interroger à propos du sens du monde, du sens de la vie, c’est rechercher la vérité.
Or, s’interroger à propos du sens du monde et de la vie, c’est s’interroger à propos de la réalité, mais on ne peut arriver, aboutir à la connaissance du sens du monde que si l’on se développe suffisamment pour pouvoir admettre la réalité du monde.

Qu’est ce que la réalité du monde ?

Pour chacun, la réalité du monde change selon son degré initiatique. Pour untel la réalité du monde est que le monde est violent, que le monde ne vaut rien, qu’il est désespérant, que les hommes ne valent rien, qu’ils sont méchants, très violents.
Pour un autre, d’un autre tempérament, d’un autre rayon, le monde va être une béatitude où tout le monde est gentil, où de temps en temps on nous tape un peu sur les doigts, mais finalement on est optimiste.
Pour un autre individu, la réalité du monde va être l’argent, la conquête du pouvoir, l’exercice de l’ambition. Cela passe toujours par la capacité d’entendement, par la capacité de vision de l’individu.

Mais en tant qu’essence, la vérité c’est simplement la réalité. On ne peut pas discourir sur la vérité. Il y a simplement à l’intégrer, à se révéler à la réalité, et ainsi la vérité entre en nous. Vérité, réalité c’est comme amour sagesse, on peut tourner autour du pot en découvrant mille et un mots pour exprimer une seule et même substance.

L’homme ne peut découvrir de lui-même le sens de quelque chose, parce que le fait même de sa quête indique qu’il est encore dans sa limite. Donc ne cherchez pas la vérité, instruisez-vous à propos de la réalité, et essayez chaque jour davantage, de vivre en rapport, de plus en plus serré, avec la réalité.

Qu’est ce que la réalité ? C’est ce que vous a dit Jésus.
Le royaume, c’est la réalité. Vous êtes éternels, c’est la réalité. Aimez-vous les uns les autres, c’est la réalité. Ce que tu fais au plus petit d’entre mes enfants c’est à moi que tu le fais, c’est la réalité. Toutes ces lois-là, sont les représentations de la réalité.

Qu’est ce que la justice ?

Sur le plan terrestre, la justice est un système qui permet, par actions égales, de pouvoir châtier ou de pouvoir récompenser une action. La justice en terme cosmique c’est la pureté, c’est la clarté, c’est encore la réalité.

La justice n’est pas exercée par Dieu, par le Maître ou une hiérarchie. La justice en tant que telle n’existe pas, il y a tout simplement une pureté.

Lorsque l’homme au cours de son évolution rencontre la pureté, comme elle est un miroir, l’homme prend conscience de toutes ses limites, de toutes ses infortunes, tous ses malheurs, tous ses vices. Ça, c’est la justice, mais ce n’est qu’un miroir, et le miroir ne peut être justice que s’il est pureté. Il ne donne aucun verdict, il est là et quand l’homme regarde, il sait et se châtie lui-même.

Aucune loi ne châtie l’homme. C’est le miroir, qui, en envoyant la perfection, envoie ce que vous vous appelez la justice, et qui n’est qu’une force de rédemption pour pouvoir anoblir et développer l’homme.
Lorsque cette force de rédemption arrive sur la terre, l’homme croit que c’est le temps du châtiment, parce que, selon le nombre de ses vices, de ses limites il va rencontrer les épreuves correspondantes, et, selon l’entêtement, cela peut avoir l’apparence du malheur, alors que ce n’est qu’un moment d’initiation.

Tous ces concepts-là sont des concepts qui ont une résonance intellectuelle, qui s’applique dans un domaine social. Comme je l’ai dit tout à l’heure, toutes les lois cosmiques ont une manifestation en tant que loi sociale. Donc, quelque part, ces lois-là sont quand même une réalité. Mais lorsque l’on veut aller au fond de cette réalité, il faut se détacher de son sens terrestre pour n’aborder que le sens cosmique.

La justice c’est un bien grand mot, une bien belle énergie, elle s’établit maintenant, vous êtes en train de la vivre. Vous me demandez ce qu’elle est ? Regardez le monde et regardez la justice s’établir.

Vous pouvez me dire : « Comment peut-on constater la justice, alors qu’il y a tant d’horreurs, et justement tant d’injustices apparentes ? »

Alors, n’oubliez pas que la justice est un miroir. À l’heure actuelle, l’homme se regarde en train d’agir, il prend conscience de ses vices, de ses limites. La société se révèle en tant que telle, l’homme se révèle en tant que tel. Celui qui avait un fond d’assassin, assassine, parce que c’est l’heure de la révélation, et quand c’est l’heure de la révélation, comme le dit l’apocalypse, ce n’est pas seulement l’heure où Dieu vient donner son enseignement, c’est aussi l’heure, pour l’homme, de prendre conscience de ce qu’il est, et selon ce qu’il saura de lui, il pourra comprendre l’enseignement.

En ce moment de grand bilan, toutes les noirceurs remontent des enfers de l’homme pour qu’il en prenne conscience. S’il y avait une énergie qui dissimule les problèmes, qui dissimule les vices, il n’y aurait pas d’évolution.

Il se trouve que, pendant un certain temps, l’énergie travaille à édifier un certain système, une certaine philosophie, une certaine civilisation, puis un jour, l’initiateur arrive avec son miroir de justice. Il met au grand jour tous les problèmes, tous les vices de la machine, et tous ces vices explosent.

Celui qui fait partie de la machine croit au grand cahot. En fait, c’est la clarification de la situation. Lorsque l’on est à l’intérieur de cette clarification, il ne semble pas que cela soit pour un grand bien. Attendez de voir les choses, il ne faut jamais juger quand on est au milieu de l’action.
De plus, l’homme a toujours l’habitude de croire que le pire va être pour demain. De génération en génération les hommes se passent la manie comme si c’était une hérédité : demain ce sera pire, cela va de plus en plus mal, grand papa avait une vie meilleure.
N’oublions pas que grand papa a vécu la guerre de 14-18, et lui-même disait : « Au temps de grand père c’était mieux. » N’oublions pas non plus que ce fameux grand père a vécu certaines révolutions, certaines autres guerres, qu’il y avait la peste, qu’il y avait la syphilis, qu’il y avait la famine, que l’on détroussait les femmes pour un rien, que l’on égorgeait les gens pour quatre sous.

À l’heure actuelle, la vie va au contraire vers un meilleur, mais avant que ce meilleur n’arrive véritablement, il faut, de fond en comble, analyser la machine, qu’elle révèle chacun de ses vices pour pouvoir les enlever. Donc n’ayez pas peur, et au lieu d’avoir l’idée de la survie, préparez-vous à la perfection. Ne travaillez pas pour la survie, travaillez pour la perfection, et quoiqu’il se passe, n’ayez pas peur.