Skip to content

"⇩ Votre Série Spiritualité et Illumination ⇩"

Le mécanisme d’un mantra



Psychologie Cosmique

27-06-87 3/3


Amour et pouvoir.
Pourquoi les révélations sont-elles toujours données
à de simples gens ?
Le mécanisme d’un mantra.

 


Question :

Quel est le mécanisme d’un mantra, ou d’une prière, ou d’une invocation ?
Est-il utile de les réciter même si l’on ne comprend pas le sens des mots, par exemple des phrases kabbalistiques, et faut-il les réciter à voix haute, ou suffit-il de les dire mentalement ?

Voilà une question intéressante qui me permet de faire un rapprochement avec tout ce que l’on vient déjà de dire, pour vous faire comprendre ou est la manipulation, et l’esprit des gens.
La manipulation est insidieuse, vous ne vous en apercevez même pas d’ailleurs. Le pouvoir du mot est avant tout le pouvoir de la pensée, parce que lorsque l’on prononce un mot, c’est d’abord parce qu’il a existé dans la pensée. Donc lorsque l’on parle du pouvoir du verbe, on parle du pouvoir de la pensée.

Le pouvoir de la pensée est un pouvoir total parce qu’il est une vibration. Une pensée émet une onde, qui se répercute dans la mesure de sa fréquence vibratoire. C’est-à-dire qu’une onde de la pensée qui vibre très fort va se répercuter très, très loin et très longtemps, tandis qu’une pensée qui est très basse va avoir un ton vibratoire très bas aussi, très lent, donc elle va se répercuter moins loin, durer moins longtemps.

Lorsque Dieu, pour employer ce mot, lorsque Dieu a voulu engendrer, il ne s’est pas coupé un bout de doigt en espérant que de ses cellules, de ses molécules, quelque chose qui lui ressemble, naisse. Il a pensé. Dans le mental cosmique un archétype est né, c’est-à-dire un homme parfait.

Quel est cet archétype, celui que vous devez justement rejoindre ?

Cet archétype, c’est ce que l’on appelle la monade pour certaines écoles, ou le soi supérieur pour d’autres. Puis, ce soi suprême, cette monade, a besoin d’expression. Dieu s’est exprimé en formant l’archétype, l’archétype étant la représentation de ce même Dieu, (il est écrit aussi dans votre bible que Dieu fit l’homme à son image), à son tour cet archétype va penser et créer. Il ne va créer un autre archétype, il va émettre une pensée qui va aller résonner dans l’espace comme un son, et c’est l’âme.

L’âme c’est le son envoyé depuis l’archétype pour chercher un milieu créateur et créatif. Schématiquement, on peut dire que cet archétype est projeté dans l’espace et le temps, et qu’il se réveille en tant qu’âme. L’âme c’est donc un archétype prisonnier de l’espace et du temps, qui perd la notion de l’archétype qu’elle est.

Là, commence toute l’aventure de la création et de la réincarnation, toute l’aventure aussi de l’évolution. Et c’est à cause de cela que sont nés tous les anges, qu’ont grandi tous les maîtres, qu’a été mis sur pieds tout le plan, pour que cet archétype se retrouve. Et cette âme qui est née de l’archétype, lorsqu’elle se projette elle-même dans la personnalité, reconnaît les mêmes vertus de création que celles qui sont dans l’archétype, et ainsi la personnalité peut créer et a besoin de créer.

C’est ainsi que l’homme est devenu un artiste, un musicien, un peintre, un père aussi, car créer un enfant c’est un acte d’art, du moins nous voudrions que tout le monde le considère de cette manière. Et ainsi l’homme est devenu un philosophe et a voulu créer avec sa pensée et son mental tout le système des Dieux, le système de la vie, les valeurs et le sens de la vie. Mais dans la mesure où cette personnalité est plus ou moins alignée avec l’âme, les notions créatrices exprimées par l’âme vont être plus ou moins positives ou négatives.

C’est pour cela que la plupart du temps je parle d’alignement, et que je ne mets pas tant l’accent sur l’évolution, en vous demandant d’être des disciples, des initiés, des chastes, des purs etc. Nous vous les demandons après, si vous voulez réellement faire un travail, mais pour vivre votre vie dans un sens de liberté, d’épanouissement, ce n’est pas directement ce qui vous est nécessaire.

Avant tout, c’est l’alignement, comme je l’ai déjà dit. Les individus vivent dans la périphérie, secoués par tous les vents de la périphérie, alors qu’il faut découvrir le centre et être aligné avec l’âme. Ainsi l’âme peut créer autant qu’elle le veut à travers sa personnalité, et de façon positive, donc bénéfique pour la personnalité elle-même.

C’est ainsi par exemple, pour citer quelque chose de tout à fait matériel et concret, l’homme a compris un jour comment édifier les maisons, les cathédrales, les grands bâtiments très compliqués. La personnalité a su s’aligner avec l’âme, l’individu a reçu l’impulsion, la découverte, la sagesse. Lorsqu’ensuite, l’homme repart dans la périphérie il refait forcément un petit peu n’importe quoi de sa découverte, à moins qu’il ne soit constamment dans le centre.

L’âme est donc créatrice, et elle exprime son pouvoir créateur par un plan que l’on appelle le plan mental, et qui n’a rien à voir avec le plan intellectuel, c’est-à-dire le plan où l’on pense. Le plan mental est donc le plan créateur. Il est semblable au plan cosmique mais amoindri, à l’échelle de l’homme.

Cette substance dans laquelle Dieu a pensé, pour créer l’archétype, existe aussi chez l’homme, et s’appelle le plan mental, et lorsqu’il maîtrise la vibration des atomes de ce plan, sa parole devient créatrice, et c’est là tout le pouvoir des mantras, des invocations, et des formules magiques. C’est là, aussi, le pouvoir tout court, par exemple, lorsque Jésus a dit au paralytique : « lève-toi et marche », ou à l’aveugle « maintenant, vois ». C’est la molécule du plan mental qui vibre en correspondance avec les activités de la personnalité incarnée qui crée le pont, et le pouvoir rayonne tout simplement.

Revenons à cet atome du plan mental.

Pour être éveillé sur un plan mental et en maîtriser les atomes, il faut avoir purifié complètement le plan astral. Combien de gens sont encore à pleurer sur les problèmes de leur nombril, je vous le demande ?
« Maman ne m’a jamais aimée, c’est pour cela que je suis traumatisée. Quand j’étais petite, j’ai reçu des gifles parce que j’ai volé un pot de confiture, depuis, je n’aime plus les tartes aux fraises ».

Combien de lamentations entend-on comme cela. Je dis quelque chose qui vous fait sourire, mais il y a pourtant de véritables misères qui sont engendrées avec ce genre de concept, avec ce genre de comportement, et cela va de la personne qui fait des complexes pour les petites choses que je viens de citer, jusqu’à celui qui a un pouvoir national et qui devient fou de pouvoir et du besoin de s’affirmer.

Souvent les grands de ce monde ont des problèmes d’enfants, et ils brûlent le monde comme ils cassent leur poupée, leur train électrique, leur jeu de quilles, à cause de problèmes qu’ils n’arrivent pas à maîtriser, qu’ils ne connaissent même pas en fait. Dans l’intimité combien d’amis et de femmes de ces grands êtres soi-disant, peuvent conclure qu’en fait, ces individus ne sont que des enfants, qui n’ont pas de force, pas de force dans le ventre, dans la foi, dans le courage, et que, s’ils ne sont pas entourés de leur armada de fans, car à ce niveau-là il faut le dire comme cela, ils ne sont plus rien. Ils ne sont que dans la mesure où ils projettent une idée de pouvoir sur l’autre, et que l’autre veut bien jouer le jeu de lui reconnaître cette puissance.

C’est là, où j’accuse les petites gens. Je vous accuse vous, de jouer ce jeu. Vous n’avez pas à reconnaître le pouvoir, en personne. Au contraire souriez, « Qu’est ce que tu réclames toi, un vote ? ».

Naturellement il ne faut pas dire, ou prétendre que la vie politique ou économique d’un pays soit quelque chose de risible, c’est certain, mais il ne faut pas jouer le jeu de cette manière-là, avec ces individus qui en fait sont si faibles.

Un individu fort est seul. Si vous voulez faire le choix des bons hommes politiques, de ceux qui ont donc un esprit fort et sain, qui peuvent maîtriser une situation, ne pas fléchir, ne pas se laisser influencer, et ne pas faire de ruses pour obtenir le pouvoir, ou quoi que ce soit, vous devez le regarder au nombre de groupies qu’il a autour de lui. Plus il en a, moins il est fort.

Mais si par contre il se lève seul, et qu’il vous dise : « Bon, c’est certain j’appartiens à tel et tel courant de pensées, mais c’est moi qui parle, c’est moi qui vous invite à partager la vie de la nation, et c’est moi seul qui en prends la responsabilité », alors celui-là est un bon, et à celui-là vous pouvez faire confiance. Souriez à l’autre, invitez-le à manger un couscous chez vous, mais ne votez pas pour lui. Seulement, l’homme se laisse séduire, c’est la faiblesse qu’on lui reproche. Ne sois pas quelqu’un que l’on séduise. Je te le dis, sois quelqu’un qui pense et qui fait son choix, lucide, lucide.

Revenons aux mantras.

Nous avons parlé de cette substance créatrice en l’homme, qui est le mental supérieur. Il est composé d’une multitude d’atomes, parce qu’il n’y a pas de pouvoir sans la présence d’énergie, et que l’énergie est toujours concentrée dans des atomes, qui ne sont pas exactement ceux qu’étudient les scientifiques, mais qui leur ressemblent énormément, et qui sont simplement la partie invisible en fait de ces atomes physiques.
Lorsque l’homme déclenche une invocation, il déclenche un pouvoir, il excite les atomes créateurs de son plan mental. Si les atomes créateurs ne sont pas encore assez éveillés, parce qu’il est encore en train de régler ses problèmes du plan astral, alors le mantra va l’aider à évoluer. Si l’individu est quelque peu développé sur le plan mental, cela va provoquer une montée des feux, une ouverture des chakras, et ainsi l’homme va acquérir plus de pouvoir.
S’il est complètement réveillé sur le plan astral, la formule magique, le mantra, ou le mot, vont être des moyens d’exécuter sa volonté et le bien sûr les hommes. C’est pour cela qu’un mantra, dépend dans son efficacité, de l’individu qui le prononce, de son niveau d’évolution. Le mantra et la formule magique, sont intelligence et énergie.

Tout mantra a le pouvoir et le devoir de vous faire rencontrer Dieu. Mais qui est assez élevé pour rencontrer Dieu ?

C’est pour cela qu’il y a tant de malentendus autour du mot prêt, et que tant de gens disent : « J’ai répété celui-ci pendant dix ans et je n’ai jamais rencontré l’ange ».
C’est vrai, mais c’est parce que l’énergie du mantra était occupée à rectifier vos erreurs d’abord, à trouver le moyen dans la vie quotidienne de vous apporter telle ou telle épreuve, pour vous dépouiller de tel ou tel encombrement énergétique, ou de vous ouvrir tel ou tel chakra, pour que vous puissiez rencontrer Dieu.

Il en est de même pour l’invocation. Par l’invocation, l’homme déclenche une vibration dans son plan mental. Immédiatement cela crée, de manière schématique bien sûr, une sorte de lumière dans la substance mentale de la terre, et lorsqu’elle a atteint un certain nombre de vibrations seconde, de cette lumière un éclair jaillit et s’en va dans la zone où l’être invoqué vit et accomplit son plan d’évolution.

Si l’être appelé, par exemple un ange, un maître, voit que la petite lumière qui clignote, ne clignote pas de façon assez claire, assez vive, assez efficace, il se dit : je ne peux pas descendre dans l’entier de mon être, parce que celui qui m’appelle n’est pas assez développé, et je risquerais de lui brûler son plan mental, et ensuite son plan éthérique. Donc je vais simplement envoyer ou un des guides ou bien ma bénédiction. Au fur et à mesure que l’individu fait l’invocation, c’est tout autant de bénédictions, mais tout autant de guides qu’il appelle autour de lui, et qui travaillent à lui développer le plan éthérique, et qui concourent à provoquer dans sa vie quotidienne les prises de conscience qu’il faut pour qu’il change de plan de conscience, de plan spirituel, et pour qu’il puisse rencontrer le maître, ou l’ange qu’il appelle.

C’est là le pouvoir du rituel, le pouvoir des ascèses religieuses, de la discipline religieuse. C’est que même si l’individu n’est pas prêt à rencontrer Dieu, le fait de produire cet effort appelle tellement de guides, et d’autres types d’énergies, que ce sont ces énergies-là et ces guides-là qui le préparent à rencontrer celui qu’il appelle. S’il ne faisait pas ce travail, l’individu n’attirerait pas ces énergies et ces guides, et il mettrait une infinité de vies, d’incarnations, avant de pouvoir rencontrer Dieu.

C’est donc une accélération. Le mantra, l’invocation, le rituel, le travail d’ascèse, le travail religieux, le travail mystique, sont une accélération de la descente de la spiritualité dans l’homme, ou de l’élévation de l’homme. Cela n’a pas été donné aux hommes en considérant que l’homme allait trop lentement.

C’est parce que logiquement et humainement, on ne peut pas attendre que la race effectue toute seule, d’après la puissance et l’intelligence de ces atomes, une évolution à laquelle l’âme doit participer. Si on ne donne pas d’instruments à l’âme pour qu’elle descende dans sa personnalité, pour s’en enrichir et repartir vers Dieu, l’âme regarde sa personnalité faire n’importe quoi, selon la race, selon l’instinct, et elle est désespérée de voir qu’il n’y a pas d’évolution.
Tandis que, si on donne un moyen à une race d’évoluer, soit par une religion d’abord, puis ensuite par une philosophie, une science et finalement par les thèses occultes, l’âme descend dans la matière, a plus de pouvoir sur elle et peut prendre encore plus possession de sa personnalité.

Donc vous pouvez être davantage vous-même, et non plus seulement un composite d’atomes au niveau physique. Si l’humanité était laissée qu’aux comportements de ses atomes du plan physique, donc de ses cellules, il faudrait beaucoup, beaucoup plus de temps pour évoluer, que l’évolution que vous pouvez acquérir en faisant justement appel à votre âme et à toutes ces énergies du cosmos.

C’est un fait que le corps physique a son intelligence, sa capacité d’évoluer, mais il est beaucoup plus long par son niveau de conscience, pas assez développé, mais de toute façon, l’évolution ne passe pas par l’action de la matière sur l’âme, mais par l’action de l’âme sur la matière, et cela est primordial.

C’est pour cela que tous les gens imaginent que l’évolution se passe du bas vers le haut, mais c’est faux. Elle se passe d’un certain milieu appelé âme ou esprit, va vers le bas, puis remonte vers le haut. Par les expériences de la personnalité, l’âme oublieuse de son archétype va prendre possession de son individualité et se découvre par là même une âme capable d’agir, donc de créer. Redécouvrant un à un tous ses pouvoirs, l’âme se rend compte qu’elle est l’archétype, et elle devient l’archétype, celui qui est le fils de Dieu, l’éternel. Et c’est la roue qui remonte, qui remonte.

Je vous écoute.
– Oui mon frère nous sommes arrivés au terme de cette longue communication, et nous attendons une conclusion.
– Vois-tu j’ai envie de m’amuser un peu avec toi, tu m’appelles ton frère, mais qui sait si je ne suis pas ton grand père ?
– Oui, c’est un terme consacré.
– C’était juste pour m’amuser avec toi.

Très bien, puisqu’il est temps de se séparer, je voudrais, puisque nous avons commencé avec l’amour, terminer sur l’amour. Tout d’abord, sachez que tous nos cœurs réunis vous aiment. Nous sommes des milliers de guides, de disciples, d’initiés, d’entités, d’anges, imaginez qui vous voudrez, nous sommes des milliers à travers l’univers à apporter, en ce moment de changement, tout l’amour dont sont capables les cœurs des différentes races qui nous composent, et tout cet amour se déverse pour ajouter, à la lumière, la victoire, car la lumière a besoin de la victoire.

L’amour a besoin de victoire. Un amour qui n’a pas de victoire n’est pas un amour vrai, un amour est toujours victorieux. Alors pour que l’amour soit dans ce nouveau monde, lorsque vous partirez de cette pièce, lorsque vous rentrerez chez vous, et chaque jour que vous aurez à vivre, je vous le demande, soyez victorieux. C’est cela le triomphe de l’amour, c’est cela la force de l’amour, croire à la victoire, et œuvrer pour la victoire, quels que soient les obstacles qui surgissent, tous les mécréants, tous les dragons qui viennent faire face. La victoire.

Si l’amour a un synonyme qui est vie, elle a un flambeau, la victoire. Alors sortez, tous, pleins d’espoir et de victoire et au nom de l’amour, essayez de maîtriser tout ce qui ne va pas dans votre vie, au nom de l’amour, essayez d’arranger tout ce qui ne va pas aussi dans la vie de votre frère, de votre voisin, au nom de l’amour, essayez de changer ce monde.

Si vous voulez que l’amour soit, il ne faut pas pleurer, il ne faut pas avoir peur, il faut au contraire sourire, et croire qu’il va gagner. Si nous sommes des millions à sourire, et si nous sommes des millions à porter cette torche du bien et de la lumière, la victoire sera là.

Au nom de la victoire je vous salue, et dans l’amour je vous quitte.