Skip to content

"⇩ Votre Série Spiritualité et Illumination ⇩"

Kundalini et le feu sacré



Psychologie Cosmique

22-10-88 – 5/6

 


Kundalini et le feu sacré

Thèmes :
– Le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
– L’homme doit développer sa conscience en parallèle avec sa puissance.
– Les mages noirs.
– Kundalini et le feu sacré ou feu électrique.

Quand on parle donc de la pensée de l’homme, de son pouvoir créateur et du pouvoir que représente le feu électrique, il faut essayer de comprendre ce qu’est l’évolution humaine dans son ensemble. Car essayer de comprendre la nature du feu du pouvoir, c’est étudier tout simplement l’évolution de l’homme, car c’est cela son aventure. C’est ce qui est proposé à l’homme, c’est de devenir de plus en plus puissant. Donc, tout son développement va avoir lieu, c’est certain, d’une part dans la conscience, mais dans la conscience pourquoi ?

Pour pouvoir maîtriser, pour pouvoir intelligencer de plus en plus le feu de l’univers, et devenir à son tour donc un Dieu créateur, une entité créatrice. Si la conscience a été donnée à l’homme, ce n’est pas parce que Dieu n’est que conscience. Si la conscience a été donnée à l’homme, c’est parce que c’est le moyen par lequel l’homme peut maîtriser la force qu’il est, car Dieu est le pouvoir, le Fils est la conscience.

Il y a le Père, il y a le Fils, il y a le Saint-Esprit. Le Père est le Pouvoir. C’est ce que l’on peut rappeler pour appeler le feu par exemple. Le Fils est ce qui sort de lui et qu’est comparable à lui, mais qui étant sorti de lui est un autre aspect de lui. C’est la capacité d’être la vie. Le Fils ou le principe christique c’est donc aussi, si on le représente en l’homme, la capacité d’être en vie, d’être conscience. C’est donc l’âme. Le Christ est donc la matière avec laquelle l’âme de l’univers va être construite, avec laquelle les âmes des hommes vont être modelées et avoir existence.

Il y a le Saint-Esprit, autre aspect de Dieu, comparable à Dieu, mais différent de Dieu, parce que sorti de lui, c’est la VOLONTÉ. Mais la volonté qu’est comparable, non pas à celle que l’on assimile souvent au premier rayon, mais la volonté qui est celle de la capacité à ordonner, à intelligencer, à diriger, de la même façon que font justement les anges, qui appartiennent à ce rayon-là, car tout le règne angélique et archangélique, tout le règne lorsqu’il passe à une face de création est figé dans ce rayon-là.

Automatiquement, dès que l’on conçoit l’homme, dès que l’on essaye d’imaginer son évolution, automatiquement il vient à l’esprit la logique, la logique de comprendre qu’il va avant tout devoir développer la conscience de sa puissance (et c’est là où vous vous avez du mal à suivre) et la capacité d’exercer sa puissance.

Qu’est-ce j’entends par conscience de sa puissance et pourquoi je dis que c’est à ce moment-là vous vous avez du mal à vivre ?

Je le dis parce que, qui peut venir m’affirmer être conscient de sa divinité ?

Vous savez tous que vous êtes Dieu, vous l’avez lu, vous le croyez, vous l’intuitionnez, cela vous parle, vous l’acceptez, mais la conscience de la chose n’est pas acquise. Savoir que l’on est Dieu ce n’est pas du jour au lendemain se lever et avoir une tête immense comme le cosmos est grand, et ce n’est pas sentir que l’on est devenu Dieu parce que l’on est devenu hyperconscient. Se lever un matin et savoir que l’on est Dieu, c’est sentir non seulement que l’on est conscient, mais que grâce à cette conscience et par cette conscience, on est en même temps une puissance immense.

Puissance et conscience vont ensemble. Cela est indissociable. C’est aussi le problème de l’homme, lors de son évolution. Car en même temps que pour devenir de plus en plus conscient, il lui faut de l’énergie, donc un certain pouvoir. Si on lui donne de l’énergie, il va développer son pouvoir et pas nécessairement sa conscience. Et c’est ce qui va donner lieu à la naissance d’un tas et d’un tas d’individus ayant beaucoup de pouvoir et l’exerçant mal.

Ce qui fait qu’inévitablement les maîtres savent les obstacles qui auront lieu. Le mage noir qui soudain surgit sur la route n’est pas une surprise, ni pour l’initié, ni pour le maître. La surprise c’est peut-être le nom qu’il porte :

« Tiens, je ne m’attendais pas à ce que ce soit Paul ou à ce que ce soit Jacques qui devienne comme cela, mais je savais qu’un mage noir existerait. C’est inévitable. »

Donc, au fur et à mesure que vous vous développez, il faut comprendre que vous développez, non pas seulement la conscience, votre capacité à contempler Dieu, à voler dans les grandeurs du cosmos, mais vous développez au même temps la puissance qu’elle est levée tout au bas du chakra racine et que l’on appelle kundalini. Mais en fait, kundalini n’est que l’aspect visible d’un feu encore plus puissant et qui est le feu électrique en l’homme, c’est véritablement la puissance de l’âme.

Il y a toujours et c’est inévitable, un aspect exotérique et un aspect ésotérique. Pour toute chose cela existe. Il y a donc un aspect qui est vrai, certain, qui est donné, mais qui n’est pas nécessairement l’ultime vérité, et il y a un aspect qui reste caché, et cet aspect-là est l’ultime vérité. Dans la constitution occulte de l’homme c’est la même chose. Il y a la kundalini que beaucoup de voyants peuvent voir, dont tous les livres parlent, que l’on peut même manipuler si on a quelque pouvoir et que l’on sait le faire et il y a le feu sacré qui n’est pas manipulable, qui n’est pas kundalini, mais qui par extériorisation de la substance, par concrétisation de son feu va donner lieu à kundalini.

En fait, le feu sacré lui-même ne se révèle que lorsque kundalini a été parfaitement maîtrisée, lorsque donc ce feu est monté, lorsqu’il a pu rencontrer partout lors de sa montée, la pureté de l’intention du disciple. À ce moment-là, seulement, le feu sacré se lève, et c’est à ce moment-là que tout paraît possible au maître, du moins pour celui qui le regarde de l’extérieur. Alors qu’un homme qui a réussi à lever sa kundalini va pouvoir exercer certains pouvoirs mais pas tous, et il ne va certainement pas pouvoir se garder de la mort. Il va mourir comme les autres. Par contre, celui chez qui le feu sacré s’est levé, alors non seulement sa vie est éternelle, mais toutes les actions sont possibles, guérir tout le monde devient possible, car le feu sacré à ce moment-là absorbe le feu que représente l’autre qui est malade, et ce feu sacré a le pouvoir de brûler le karma de l’autre, si éventuellement sa maladie est une maladie karmique, le karma est brûlé.

Par contre, imaginez quelqu’un qui dans une certaine vie a développé énormément le pouvoir de kundalini, a réussi à faire monter kundalini, et il se retrouve un jour guérisseur. Eh bien, ce guérisseur va pouvoir guérir dans la mesure où l’autre est guérissable face de son pouvoir, mais il ne va pas nécessairement brûler le karma de l’autre et donc agir en tant que rédempteur. Et c’est pour cela que certaines maladies peuvent réapparaître. Lorsque l’on est passé dans les mains d’un guérisseur et que tout semble réglé, on s’aperçoit trois mois, six mois, un an plus tard, que tout réapparaît.

Comme cela se fait ?

C’est parce que le guérisseur par le pouvoir de la kundalini qu’il a pu réveiller, soit au cours de ses autres vies, soit au cours d’actes magiques, il a pu arranger certaines choses du plan physique. Mais il n’a pas pu dans le corps astral, dans le corps de l’âme, véritablement enlever ce que l’on pourrait appeler le péché par exemple. Chose que pouvait pourtant très bien faire Jésus, lorsqu’il disait : « va tes péchés te sont pardonnés ». Il n’avait pas besoin en fait de guérir, de savoir de quoi l’autre souffrait, de savoir pourquoi il était malade. Il voyait le péché, il le brûlait et l’autre était guéri.

Cela se faisait par l’action de ce feu que tout Maître a nécessairement pleinement déployé, et qui vient longtemps après la montée de la kundalini, car la kundalini commence à bouger dès que vous recevez une quelconque initiation. Même si vous allez dans une école ésotérique quelconque sur la surface de la terre, une école ésotérique qui ne vous paraît même pas détenir encore l’affiliation initiatique, il y a quand même encore un égrégore. Certains mots de pouvoir, certaines formules, certains symboles y sont chargés et peuvent créer véritablement une petite initiation chez les hommes. Cette simple petite initiation peut provoquer des mouvements de la kundalini et des accélérations de la kundalini.

Partout vous pouvez rencontrer des moyens d’accélérer, de faire monter kundalini, mais vous ne saurez pas maîtres pour autant. Il y a par exemple des personnes qui ayant chuté, ont senti nettement une colonne de feu se lever dans le dos et leur octroyer par là même au lendemain un pouvoir, soit la double vue, soit la guérison, soit la capacité d’entendre des voix, ou n’importe quoi d’autre.

Comment est-ce que cela est admissible ?

Parce que si cela peut se faire de manière aussi simple, alors il faut que tous les disciples dès demain s’entraînent à chuter du plus haut escalier qui existe dans la ville, et ça marchera [sarcasme]. Si la montée de la kundalini ne peut pas à elle seule illuminer l’individu, cela veut dire qu’il existe un autre feu voilé, qui est la face cachée de l’homme, comme tout ce qui existe : face ouverte – face cachée, et c’est-ce que l’on appelle le « feu sacré ».

C’est-ce que l’on appelle aussi le « feu électrique ». C’est le feu qui pour le comprendre de manière physique, c’est le même feu qui dans un moindre degré circule dans votre système nerveux. En fait, la meilleure façon de rencontrer ce feu électrique, dans son point d’extériorisation le plus bas, bien sûr, mais pour essayer de le comprendre quand même, de l’expérimenter quand même, il faudrait que vous puissiez descendre votre conscience jusque dans les flux vibratoires qui ont lieu dans votre système nerveux, et là, vous commenceriez à comprendre ce qu’est la puissance, ce qu’est votre pouvoir.

Pourquoi est-ce que c’est dans le système nerveux que vient s’échouer, que vient apparaître physiquement le feu électrique, la puissance de l’homme ?

Cela apparaît dans le système nerveux parce que le système nerveux est l’endroit qui est encore suffisamment subtil pour n’être qu’un réseau d’énergie, et qui est suffisamment concret pour être en relation directe avec toute la vie physique de l’individu et la vie émotionnelle. Cela fait donc un rapport direct entre l’âme de l’individu et la personnalité de l’individu. Et pour aller un petit peu plus loin dans l’exemple, le sang, lui, est l’aspect le plus concret, le fluide le plus physique de l’âme en tant que conscience. C’est pour cela d’ailleurs que durant la messe, mais aussi autrefois durant les sacrifices, lorsqu’il est question du sang (durant la messe il est question du sang du Christ, pendant les sacrifices il est question du sang d’un animal, ou d’une vierge, ou d’un adolescent), chaque fois donc, c’est par idée de purification. Chaque fois que le sang est évoqué, que ce soit en pensée ou dans un acte de rituel, c’est la purification de l’âme qui est par là même symbolisée. Alors que, dès que le mage prend l’épée ou le bâton, c’est en fait l’énergie électrique de l’individu et l’énergie de son système nerveux qui sont symbolisées.

C’est pour cela aussi que le rituel est en fait le plan de convergence de tous les états de l’homme, de toutes les activités de l’homme, de tous les développements de l’homme.

Quand je parle d’un rituel, je ne veux pas dire qu’il faut dès demain vous précipiter dans toutes les loges maçonniques ou autres qu’existent, comme si c’était là l’endroit où se passerait votre évolution.