Skip to content

L’humain et Dieu



Psychologie Cosmique

16-11-85 5/6

Le discernement –
Les rêves
Le tellurisme –
La science des nombres
L’âme sœur

Question :
En Dieu y a-t-il encore de l’humain ? Quelle importance accordez-vous à la Bagavatchita ?

De nombreux livres ont des bases sacrées. Le problème pour certains de ces livres, qu’ils soient hindous, d’autres peuples ou d’autres religions, c’est qu’ils sont entachés de structures religieuses.

Lorsque vous lisez un de ces livres, étant donné qu’il y a toujours des prescriptions du genre : « comment devenir disciple, comment prier, comment adorer, comment se vêtir, comment manger », immanquablement vous vivez la structure du passé. La structure du passé est toujours abolie, puisque les structures sont toujours en plein développement, donc en changement. C’est le premier problème. C’est le risque lorsque l’on se plonge dans les livres anciens à tendance religieuse.


Le deuxième problème c’est lorsqu’un livre, un écrit, est donné dans une civilisation, il est toujours donné, filtré, par l’inconscient collectif de cette civilisation. À moins que celui qui capte le livre soit pleinement un juste, c’est-à-dire quelqu’un vivant dans la réalité et cela n’est pas facile à trouver, parce qu’il faut avoir de nombreuses initiations pour cela, il y a toujours le danger d’un filtre.

Aux Indes puisque vous nommez leur culture, il existe de multiples Dieux, est-ce que ces Dieux existent ? Vous savez très bien que non.




Ces choses existent en tant qu’énergie, en tant qu’égrégore, et pourtant ils appellent cela des Dieux. Ils les adorent, ils leur font des sacrifices. Ces Dieux-là sont la structure de certains yogas, de certaines religions. Donc, les yogas et les religions qui ont pour base l’adoration de ces différents Dieux, ne sont pas mauvais, mais ils ne sont pas pleinement réels. C’est pour cela qu’il y a toujours un certain risque à remonter dans le passé en ce qui concerne l’aspect philosophique de la spiritualité, alors que, si vous allez chercher dans le passé l’aspect connaissance, comme pour le tellurisme, il n’y a aucun risque parce que cela est établie, il n’y a pas trente-six façons de voir le tellurisme et de le transformer.

Voir Dieu, là oui, il y a trente-six façons de le voir. Donc, pour nous, tous ces livres sont bons, puisqu’ils ne sont pas loin de la vérité. Mais pour qu’ils puissent pleinement révéler leur vérité, il faut que celui qui lit, soit pleinement éveillé à un autre type de conscience, sinon, il se fait, d’une certaine manière, programmer par les petits concepts, par la petite structure, par les petits filtres qui sont manifestés dans cette philosophie.

Il ne faut pas oublier qu’une religion s’appuie toujours plus sur une philosophie que sur une vérité. Si les ordres s’appuyaient sur des vérités, il n’y aurait pas de religion, il y aurait tout simplement le temple de Dieu, le temple de la lumière. Mais le problème, c’est que les religions s’appuient sur des philosophies. Donc, aller chercher dans des religions des explications à propos de Dieu, est une démarche fausse, à moins que vous ne soyez suffisamment épurés pour ne pas vous laisser piéger par ces images.

Le but, maintenant, est de permettre à l’homme de comprendre pleinement ce qu’est Dieu, et je reviens donc à la première partie de la question.

Un jour j’ai dit, et avec mille précautions d’ailleurs, que Dieu n’existait pas, et je le répète. Ne croyez pas que je sois l’enfant du diable, l’antéchrist. Je dis que Dieu n’existe pas, nous le disons tous, parce que nous voulons détruire l’image que vous avez de ce Père. Ce qui n’existe pas, c’est cette philosophie que vous avez créée autour de ce concept divin.
Les scientifiques sont beaucoup plus proches de l’image de Dieu que les dévots. Le dévot est proche de Dieu d’une certaine manière, mais ne connaît rien de Dieu. Le scientifique ne communique pas avec Dieu, mais il connaît son corps, et à force d’étudier le corps, immanquablement, un jour il en viendra à sa conscience, alors que le dévot n’ira nulle part, il va prier, c’est tout.

Un jour j’ai dit qu’en étudiant l’infiniment petit, vous allez comprendre l’infiniment grand et que la science était pour nous un moyen de révéler les aspects cosmiques de la vie. Rappelez-vous ce que j’ai dit au début, tout est énergie, et comme l’énergie est de l’intelligence, alors Dieu n’existe pas comme vous l’imaginez. Non, ce Dieu-là n’existe pas, et si certains ne se sentent pas la foi suffisante pour prier, je les comprends, parce qu’en fait, l’objet de la prière n’existe pas et si l’homme actuel ne peut pas faire cette prière, tant mieux, parce qu’elle serait fausse.

Ce qui est à faire avec Dieu, c’est une communion d’énergie, une communion sur un plan de conscience. Autrefois, les gens pouvaient prier parce qu’ils étaient superstitieux, alors en petits poussins affolés ils allaient sous l’aile du grand Dieu. À l’heure actuelle, par la connaissance, par la science, les gens se sont rendus un petit peu plus indépendants vis-à-vis de Dieu. Alors ils ne prient qu’en cas de jambes cassées. La plupart des gens d’ailleurs ne peuvent plus prier, et c’est très bien.

Disons que cela peut paraître alarmant, lorsque l’on ne regarde que l’étape. Mais lorsque l’on sait que ce n’est qu’une étape et que l’homme est en train de se détacher de l’aspect superstitieux, de l’aspect dévotionnel, pour aller vers un aspect d’intelligence et d’entendement, alors l’étape devient nécessaire, elle devient évidente, et elle est acceptée, comme la chute des religions.

Il y a des gens qui crient au secours et qui pensent que sans les religions il n’y a plus de structure, il n’y a plus de morale, cela devient n’importe quoi et c’est la catastrophe.
Non, pas du tout. Dieu n’est pas oublié. C’est une nouvelle image de Dieu que les gens cherchent, et heureusement, parce que ce sont eux qui vont permettre l’arrivée d’une nouvelle connaissance, parce qu’ils la veulent, parce qu’ils la cherchent, et que lorsqu’un individu cherche, Dieu donne.
Frappe et l’on t’ouvrira, n’est-ce pas là la phrase ?

Donc le fait que les gens soient détournés de la religion est une étape utile et il ne faut pas avoir peur que le monde perde sa morale, sa structure pour autant. Si au contraire, vous savez ce qui est en train de se passer, alors, vous êtes plus à même d’aller directement vers la nouvelle étape et de diriger aussi tous ceux qui sont en train de se détacher d’une rive pour aller vers l’autre, plutôt qu’ils ne perdent du temps et risquent de se noyer.

Alors Dieu a-t-il un côté humain ?
Il lui arrive d’en avoir en effet, à de rares occasions, lorsqu’il va vers les humains et qu’il accepte de se voiler pour être intelligible, pour être approchable par les hommes. Tout le phénomène de Dieu est dans la descente, il ne réside pas dans son existence, il réside dans sa descente.
C’est justement de là que viennent tous les mystères, toutes les magies. Là-haut, il n’y a que lumière et énergie. Le fantastique est dans sa descente, parce qu’il prend des formes multiples, des créatures, des hiérarchies, des mondes, des secrets multiples sont engendrés selon les humanités et les créatures. C’est la richesse de la vie.

Avez-vous encore quelque chose à nous dire ?

Tout et rien en vérité. Tout, parce qu’il y aurait énormément de connaissances à vous transmettre, et rien, parce que tant que vous n’êtes pas devenus disciples je ne peux rien vous transmettre. Donc, travaillez, devenez ces apôtres, soyez dignes, soyez nobles, ayez la force, la foi. Soyez convaincus que la lumière est en vous. Travaillez à la faire descendre. Ayez de la patience, du discernement. Faites cela.

Au revoir.